Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Du Danube au Tage

 

 

 

 

 

Deux évènements viennent de se produire dimanche. Chacun des deux exigera analyses et commentaires, mais mis bout à bout, ils produisent déjà des réflexions :
Élections en Autriche, élections au Portugal.

 

Canaille le Rouge vous donne les liens avec canempechepasnicolas Analyse-détaillée-des-élections--au-Portugal- et El diablo autriche-les-communistes-resistent-avec-leur-meilleur-score-depuis-1975 qui ont passé ces éléments alimentant la réflexion.

 

A partir de ces données, La Canaille cherche plus à regarder ce que ces tendances peuvent révéler.

 

Notons aussi que depuis lundi matin alors que les scrutins se sont déroulés dimanche, c'est silence radio, écran bleu et stylos encapuchonnés.

 

Ce qui est sorti des urnes ne fait l'affaire ni des commentateurs ni de leurs commanditaires.

 

Des résultats diamétralement opposés à partir d'un point commun : le rejet de l'UE et donc le rejet de l'alternance douce au capital sans alternative pour les peuples.


La comparaison s'arrête là.

 

Où donc s'opère la divergence comme le dirait un physicien ? L'examen des contenus stomacaux des extraits d'isoloir nous y aide :
D'un coté au pays de la couveuse du nazisme jamais dénazifiée une extrême droite qui chaque jour revendique plus et plus forts son héritage brun, et fait du rejet de l'UE considérée (pas forcément faux) comme sources des malheurs interne à l'Autriche le fond de commerce d'une xénophobie qui rassemble un quart de l'électorat et agite le même spectre que ceux qui en Grèce sont frontalement combattu par le mouvement populaire. 

 

Comment pour nos commentateurs stigmatiser cette extrême droite et poursuivre ici la banalisation de la Walkyrie du FN, celle qui à Vienne, se fait la plus belle pour aller valser au bal de ces nazillons maudits ?

 

De l'autre un mouvement populaire qui malgré une social-démocratie du même acabit que la nôtre mène des luttes fortes, impose des reculs et dispose politiquement d'un Parti communiste qui réalise un score à faire se pâmer un pécééfien. Il est vrai qu'augmenter son score de 20 % et franchir la barre des 11, voilà qui montre que s'appuyer sur l'exigence de souveraineté nationale et populaire face à la Troïka est le meilleur moyen de combattre l'extrême droite puisque c'est s'en prendre au capital dont l'extrême droite est un des outils.

 

Si les resserrés des antichambres au lieu de crier "au secours vite des alliances directes ou à rebonds pour barrer la route au FN " décidaient de frontalement affronter l'UE, le capital qui la soutient comme marionnettiste soutien son pantin, la lutte gagnerait en efficacité.

 

Mais c'est cette efficacité qui justement leur fait peur : si le peuple prend la parole, avec leur bilan depuis Maastricht jusqu'à ce jour, ne cherchera-t-il pas à construire autre chose et donc les laisser sur le bord du chemin ? Pour les uns c'est "adieu veaux, vaches, cochons, mandats et sous de Bruxelles", pour les autres c'est leur ADN qui se trouverait grillé.

 

C'est la voie difficile que tracent à leur façon et leur expression les communistes grecs, celle qu'ont choisit les communistes portugais.

 

Plus efficace que les impasses des reniements en Italie en France et en Espagne qui inscrivent à leur passif l'extinction pour ce qui les concerne de l'idée de subversion du capital.

 

Bizarre de voir comment ceux qui furent les instigateurs ou les intéressés un temps de l'eurocommunisme, pour gagner les euros, ont abandonné le communisme.

 

Les choix s'aiguisent, il va bien falloir en faire. Puisqu'on parle choix, La Canaille n'échangera pas un baril de solidarité avec le PCP contre trois barils de pécéefondegochisé, de PDS Italien, d'une GU espagnole au sein d'une GUE pro UE ou autres.

 

Même si cela mousse plus sur les écrans, cela décape moins biens et ne s'attaque pas aux taches qui maculent la société : les dégâts du capital. Cela ne désinfecte pas le tissu et surtout laisse la gangrène en attente.

 

Comme très rapidement la question des élections européenne va inonder le paysage politique au point de rendre inaudible toute forme de pensée qui voudrait s'extérioriser de ce carcan autant le dire aujourd'hui, quitte à remettre en ligne à chaque fois que besoin ceci est un point de vue qui se veut communiste

 

Du Danube au Tage
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article