Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ce Chirac, quel fin politique !

Ce n'était pas un faux pas mais bien un acte mesuré de quelqu'un de lucide.

 

Quand monsieur d'avant avait dit qui il choisirait pour après, le tôlé dans son camp fut général. A peine si la volière Bleu Blanc à reflets bruns ne cria pas à la trahison voire exigeât un internement d'office. 

 

Et non il avait bien vu le matois : Pour faire la politique du capital il vaut mieux des valets zélés que des parties prenantes directes cherchant à faire leur pelote.

 

C'est l'histoire des Bourbon où les Orléans cherchait à être khalife à la place du khalife légitime et le troll n'y a pas dérogé.

 

Le jacquot il avait bien vu l'intérêt : les 30 milliards donnés entre la poire et le fromage au banques invitées au château pour souper, ça passe comme lettre à la poste alors qu'avec l'autre, il aurait servi ses potes de sa coterie, pas sa classe.

 

Quand J. Chirac a dit qu'il voterait Hollande, il faisait comme en 97 : laisser au nom de la défroque rose poursuivre et aggraver la politique de la droite, inoculer la fatalité dans les esprits et déblayer le terrain pour la curée ultérieure.

 

Ce samedi ils ont fait le point de l'avancée du travail. 

 

Ce n'est que cela.

 

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article