Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Portugal, où en est-on ?

      balladez vous dans les vidéo c'est plus que pas mal,voir très très fort, vous verrez

    

Quelle nuit! quelle joie! quel espoir! 

 Le 25 avril 1974 au matin, le soleil, sur le Portugal était plus radieux qu'ailleurs.

Il n'avait plus la même couleur, il avait pris la lumière de la Liberté.* 

 

Il fut une époque où une des forces, un signe de reconnaisance, voir un hommage au PCF et à sa presse se trouvait dans son opiniâtre effort à donner des informations sur ce que pensaient, disaient, faisaient les organisations amies, les partis frères des autres pays àtravle monde.

Le fleuve impétueux de cette soif de donner à connaître s'est ensablé dans les dunes des égoïsmes et des subventions de l'UE.

Et pourtant, ces partis frères, ils causent, toujours. A partir de leurs problèmes, réflexions et recherches de solutions.

Quand il s'agit d'un parti aussi proche que le PCP, cela mérite de s'y arrêter et d'étudier.

Alors bien sûr, il n'est pas le copain de chambrée que les gugusses du GUE se sont choisis. Qu'à Bruxelles ils se prennent qui ils veulent  hors le champ du réel. Et pourtant, des faubourg de Porto ou Lisbonne, du souvenir de Peniche, la voix du PCP porte, loin.

Les parties en couleur sont le choix de La Canaille.

 

Vasco Cardoso, membre de la commission politique du Parti communiste portugais, évoque l’alternative 
radicale proposée 
par son parti 
au pseudo-plan 
de sauvetage 
de l’UE et du FMI
Crise financière Portugal : «Nous sommes face à 
une intervention étrangère»
Comment réagit 
le Parti communiste portugais à la suite 
de la décision des autorités d’avoir recours à une « aide » financière de l’Union européenne et du FMI ?

Vasco Cardoso :
Cette décision est 
d’autant plus illégitime qu’elle conduit au vol des ressources nationales. Elle va aggraver les conditions de vie de la population mais peser également sur notre balance extérieure, laminer notre appareil productif. Cela va exactement à l’inverse de ce dont a besoin le pays pour répondre à la crise.

L’UE et le FMI conditionnent leur plan d’intervention à une conciliation nationale avec les partis politiques. Qu’en pensez-vous ?


Vasco Cardoso :
D’abord, nous ne considérons pas ce plan comme une aide mais comme une ingérence. Nous sommes face à une intervention étrangère contraire aux intérêts nationaux. L’UE ne cherche pas à appuyer le développement économique du Portugal mais à sauver les banques, étrangères (allemandes, françaises, néerlandaises, espagnoles) ou même portugaises. C’est-à-dire celles-là mêmes qui ont profité du pillage de notre pays. Si nous ne mettons pas fin à la soumission à ces intérêts capitalistes là, l’austérité va devenir une règle immuable. Elle sera appliquée d’abord en raison du déficit des comptes publics, puis en raison des exigences des bailleurs de fonds, etc., etc. C’est inacceptable. Car à chaque fois ce sont les travailleurs et le peuple portugais qui payent cette crise. En fait ce n’est pas cette politique d’austérité mais la lutte qu’il faut engager contre elle qui doit être placée au centre du débat.

Le premier ministre socialiste 
José Socrates a rendu responsables les formations politiques de 
la situation après le rejet au Parlement de son quatrième plan 
de rigueur présenté comme un pacte de stabilité économique (PEC). 
Que vous inspire cette justification ?


Vasco Cardoso :
C’est un chantage. 
Le gouvernement tente de se défausser de ses propres responsabilités. Le rejet du pacte de stabilité IV est le rejet d’un paquet de mesures impliquant des coupes supplémentaires dans les salaires et les pensions, l’augmentation des prix, la privatisation de services publics... Ces mesures contre lesquelles nous avons voté auraient conduit à l’aggravation de tous les problèmes nationaux. Car elles entendaient imposer de nouveaux sacrifices à la population.La décision gouvernementale d’avoir recours au FMI, avec l’appui des partis de droite et du président de la république, Anibal Cavaco Silva (droite), correspond en fait au choix des groupes financiers et des banques. Pour le PCP, les réponses ne se trouvent ni dans les paquets d’austérité ni dans le recours à des fonds, européen ou du FMI, car leur accès est conditionné à une terrible aggravation des conditions de vie des travailleurs et de la population.

Récemment, les autorités brésiliennes se sont dites prêtes
 à venir en aide au Portugal. 
Que représente pour vous 
ce type de proposition ?

Vasco Cardoso :
Notre pays doit modifier ses relations commerciales dont 70 % sont liées à cinq pays de l’UE et il doit changer les formes de financement auquel il a recours. Il nous faut diversifier nos relations, en particulier avec l’Afrique et l’Amérique latine, avec des pays asiatiques. Il faut en finir avec les relations de dépendance vis-à-vis des grandes puissances de l’UE. C’est dans ce sens que la perspective d’une plus grande coopération avec le Brésil nous paraît constituer une bonne chose.

Plus généralement quel type d’alternative faites-vous valoir ?


Vasco Cardoso :
Il est nécessaire de renégocier la dette publique : les échéances de son paiement, les intérêts qui lui sont liés, ceux que l’on doit payer et aussi ceux que l’on ne doit pas. Car, une partie de cette dette est illégitime. Le Portugal a payé des taux d’intérêt proches de 10 % tandis que ceux de l’Allemagne étaient à 3 %. L’État portugais devrait avoir une action convergente avec la Grèce, l’Irlande, la Belgique, l’Espagne, elles aussi victimes d’attaques spéculatives et de l‘ingérence de Bruxelles. Il nous faut également un plan de relance de notre production nationale, au sens de produire plus pour devoir moins. La politique de destruction de l’appareil productif national est en effet à l’origine de la dette externe du pays. Parier sur la production nationale impliquerait une limitation des importations de certains produits. Car c’est la cause première de l’aggravation de nos différents déficits.
Il est important aussi de renégocier les grands « partenariats » public-privé employés ces dernières années dans les services, la construction d’infrastructures. Car, dans les faits, cela se traduit à chaque fois par des rentes pour le privé préjudiciables aux besoins réels de l’État et des populations. Plus de 50 milliards d’euros ont été engagés dans ces « partenariats » pour les quarante prochaines années. Des entreprises et des institutions publiques ont placé des liquidités à l’étranger avec des taux d’intérêt avantageux. Le rachat d’une partie de la dette publique avec ces actifs permettrait de desserrer l’étau financier à court terme. Et puis il faudrait augmenter les salaires, affirmer le rôle des services publics. En lieu et place des privatisations, l’État devrait 
récupérer les secteurs stratégiques de l’économie. On le voit, il s’agit d’une politique prenant l’exact contre-pied des orientations de droite appliquées par le Parti socialiste et le Parti social- démocrate. Ce qui revient aussi à dire combien le Portugal doit affirmer 
sa souveraineté face au pillage organisé de l’UE et du FMI.

Entretien réalisé par 
Cathy Ceïbe
Nicolas Maury
*souvenir de Pédro, un de ces communistes clandestin en france ouvrier le jour, militant le reste du temps avec sa femme et leur deux gamines invitant tous les camarades de la citée à vider les bouteilles qu'ils avaient conciencieusement stockées depuis des années sachant qu'un jour ils pourraient faire honneur et trinquer à leur, à la Liberté.
Chants, danses et ces flics envoyés par un réac de maire, lourdés par la population. Ambiance le Samedi sur le marché où la morue séchée et bien d'autres produits avaient dès 10h00 disparu des étals. Et cette fête dans un préaux d'écoles discrêtement mis à disposition par un directeur...impliqué.
Une fête pour cette communauté portugaise pétrie d'internationalisme  et pour ses invités  qui un an plus tard pour son premier anniversaire se retrouvera et fera coup double pour arroser la prise de Saïgon par les partisans vietnamiens.

Si je vous disais que La Canaille, les soirs où il se sent trop orphelin d'une organisation communiste, ces jours de blues, se verrait bien militer au PCP ou au KKE de Grèce, cela vous étonne?

Et si je vous disais que dès le lendemain matin il piaffe de la voir se construire ici, cela ne vous étonnera pas trop.

http://www.youphil.com/sites/default/files/imagecache/article_img/images/2010-11/rash-brax-solidarite-internationale.jpg
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article