Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Monde (toujours) les idées (dominantes) et la présentation de l'info

http://gklein.blog.lemonde.fr/files/2009/01/lemonde-1.1232833909.jpg

Ah bon ? En tout cas il a gardé ses traitements dermatologiques

 

Juste pour étayer le propos précédent sur la façon dont le quotidien de référence n'est référent que de l'idéologie dominante au point d'en être que déférent, ce titre du jour :

 

 

Grèce : les partis politiques ont conclu un accord sur l'austérité

 

L'agence de notation Standard and Poor's a indiqué mercredi qu'elle n'était pas certaine que la dette publique de la Grèce serait viable même après avoir été effacée à 70 % par ses créanciers privés.

L'agence de notation Standard and Poor's a indiqué mercredi qu'elle n'était pas certaine que la dette publique de la Grèce serait viable même après avoir été effacée à 70 % par ses créanciers privés. REUTERS/YIORGOS KARAHALIS

 

Qui manifeste ci dessus ? 


Il n'y a que ces trois partis en Grèce ?


Que représentent-ils des votants, des inscrits ?


Que disent les autres dans leur diversité?


Regardez ensuite comment par cercles concentriques la rédaction en arrive à entretenir l'idée qu'il n'y a d'issue que dans les sacrifices populaires.


Avant de mettre en ligne, La canaille a cherché (sans résultats) un article qui dirait ce que pourrait être l'économie grecque si Capitaliste terrien ou armateurs, clergés étaient taxé au même niveau que le peuple,sans parler de ce que l'Allemagne doit à la Grèce au titre des pillages de son occupation il y a 70 ans.


Est-ce si subversif que pas un journaliste ne se vêtisse de son Chanel ou Smalto de combat, son treillis en Loden pour s'enfoncer dans les maquis de la fraude fiscale et l'escroquerie financière réelle en Grèce ?


Pas un seul spécialiste des religions dans le staff pour oser, tel un aumônier de maquis, aller crocheter les portes des monastères pour montrer qui et quoi ils cachent ?


Pas de correpondant à Berlin pour parler des 54 milliards d'Euro (hors interets légaux), montant du pillage jamais dédomagé, qui grèvent les comptes du budget de la Grèce ? [lisez ici]


Comme pour une orange, Le Monde montre le dessus de l'écorce et tait ce qu'il y a sous celle-ci.


Cette orange n'est pas bio, son traitement imperméabilise le coeur des risques de connaissance et l'intérieur ainsi pourrit.


Voila comment le titre présente les chose à vous de juger (les parties en gras et bistres sont le fait de La Canaille):


Les négociations sur la dette grecque avancent. Les trois partis de la coalition gouvernementale en Grèce se sont mis d'accord, jeudi 9 février, sur un ensemble de mesures d'austérité à mettre en œuvre en échange d'un deuxième plan d'aide international à Athènes. Une décision qui intervient avant la réunion des ministres des finances de la zone euro, jeudi à 18 heures.

"Je pars pour Bruxelles avec l'espoir que l'Eurogroupe va prendre une décision positive concernant le nouveau plan d'aide", avait déclaré le ministre des finances grec, Evangélos Venizélos, avant de quitter Athènes, à l'issue d'une réunion marathon sur les mesures de rigueur avec le premier ministre, Lucas Papadémos, et la délégation des chefs de la troïka (Union européenne, Banque centrale européenne et Fonds monétaire international).

Cette réunion, qui s'est finie dans la nuit, a succédé à celle des dirigeants des trois partis gouvernementaux grecs mercredi soir, qui avaient discuté pendant huit heures avec M. Papadémos pour trouver un terrain d'entente sur les nouvelles mesures de rigueur réclamées par les créanciers du pays, condition sine qua non du déblocage d'un prêt de 130 milliards d'euros, vital pour les finances du pays.

>> Lire l'entretien avec Michel Aglietta : "La première règle d'or est de ne pas réduire précipitamment l'endettement"

 

La question de la réduction des retraites complémentaires avait été le seul point d'achoppement des discussions mercredi soir entre le premier ministre et les dirigeants des trois partis - le socialiste Georges Papandréou, le conservateur Antonis Samaras et le leader d'extrême droite Georges Karatzaferis.

DETTE PUBLIQUE PAS VIABLE

L'agence de notation Standard and Poor's avait indiqué mercredi qu'elle n'était pas certaine que la dette publique de la Grèce serait viable, même après avoir été effacée à 70 % par ses créanciers privés. "Sachant que seulement une petite composante de la dette va subir la décote, ce n'est pas sûr qu'elle sera à des niveaux que nous voyons toujours comme viables", a affirmé lors d'une vidéo-conférence pour les investisseurs le directeur des notations d'Etat en Europe, Frank Gill.

La Grèce, actuellement notée "CC", avec perspective "négative", passera par la note "SD" (défaut de paiement sélectif) si la dette est restructurée. Standard and Poor's attribuera ensuite une nouvelle note après l'émission de nouveaux titres. "Après la restructuration, une fois que les obligations auront été échangées, nous remonterions rapidement la note à un niveau toujours bas, mais qui est plus en adéquation avec notre point de vue sur la question de savoir s'il y a viabilité de la dette en Grèce", a expliqué M. Gill. 

"Ce que nous comprenons en tout cas c'est qu'il y aura un effacement de pas moins de 70 % de la dette détenue par les investisseurs privés", a-t-il indiqué. "Mais puisque par exemple les banques grecques détiennent une très grande part de cela, et que le nouveau programme international d'aide à la Grèce devra les refinancer, en d'autres termes combler les fonds propres qu'elles perdront en subissant cette décote, l'allègement de dette réel obtenu à partir d'un effacement de 70 % de la dette détenue par les investisseurs privés n'est pas particulièrement important", a insisté l'analyste.

Par ailleurs, l'agence de la dette grecque a considérablement revu à la baisse son objectif de privatisation. Elle prévoit de lever 19 milliards d'euros d'ici à 2015 via la cession d'actifs publics afin de rembourser sa dette, au lieu des 50 milliards d'euros de privatisations prévus initialement, rapporte jeudi un de ses  responsables.

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article