Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Grenouillages et magouillages sont les deux mamelles de la "monarblique" française [♫ ♫ ]

 

http://www.ouest-france.fr/photos/2011/09/30/110930165927384_84_000_apx_470_.jpg

sur la piste des ordures

 

Les indiscrétions de Polichinelle mais qui tire les ficelles du pantin ?

 

Ce genre de choses peut-être édité sans que rien n'y personne dans les milieux politiques Zozoficiels ne s'insurge.


Les pratiques à la Arturo UI devenues celles de la Sarkozie et tournez manège !

 

 

Après avoir eu la peau d'"Atomic Anne", comme on appelle Anne Lauvergeon chez Areva, Henri Proglio aura-t-il celle de "son Frérot" chez Veolia ? Ces derniers jours, en tout cas, le patron d'EDF a contacté plusieurs administrateurs du groupe de services liés à l'environnement pour les convaincre de se débarrasser de l'actuel PDG, Antoine Frérot. Et évoquer avec eux son remplacement, qui pourrait être acté lors du prochain conseil d'administration de l'ancienne Générale des eaux le 29 février.

Plusieurs noms circulent, à commencer par celui de Jean-Louis Borloo, ancien ministre de l'écologie de Nicolas Sarkozy. On parle aussi d'Augustin de Romanet, administrateur de Veolia en partance de la Caisse des dépôts et consignations et ancien directeur de cabinet de M. Borloo, qui aurait l'avantage de bien connaître les collectivités locales et d'être un proche de Proglio. Celui-ci fait démentir par son entourage. Tout comme Jacques Veyrat, ex-patron du Groupe Louis-Dreyfus, en quête de poste depuis ses différends avec Margarita Louis-Dreyfus. La solutionDaniel Bouton, ex-patron de la Société Générale et administrateur de Veolia, est également évoquée.

 

 

 

Puisqu'il semble tenir la corde, suivons le cheval Borloo.

 

Il fait fortune avec Tapie dont il est l'avocat. Il devient maire de Valencienne en achetant le club de foot (qu’il renfloua de sa poche à hauteur de 3 millions d’euros et fit monter en 1ere division).

Au moment de l’affaire OM-VA. « le jour du fameux match truqué, il était grippé.


http://referentiel.nouvelobs.com/file/1193439.jpg

Tapie président du parti radical de Borloo ... ou l'inverse mais amis de la droite générique 

 

Bref le profil type pour aller dans une boîte spécialisée dans le recyclage.  


 

La bourse ne s'y trompe pas et même le Figaro sonne l'alarme mais donne tout de même des gages :


"L’action Veolia enregistre la plus forte baisse du CAC 40. La réaction du marché semble excessive".


Et le journal de dassault de poursuivre :


"Le premier verdict de la Bourse sur l’éventuelle arrivée de Jean-Louis Borloo à la tête de Veolia est sans appel: le titre perd 4,18%, à 9,18 euros. C’est la plus forte baisse du CAC 40. Sur un an, le titre accuse un effondrement de 62%. Et sur 5 ans, le repli est de 84%.

Dans le doute, les investisseurs préfèrent vendre. Ils craignent que le limogeage éventuel d’Antoine Frérot, le pdg, signifie que le redressement de Veolia soit plus long que prévu

 

 

Voir l'avocat de Tapie piloter le monopole industriel du retraitement des déchets et spécialiste du traitement des eaux usées, même si l'expertise est là, plonge devant un vertige de perplexité et interroge sur le conflit d'intrêt.

C'est que Jean-Louis Borloo, est historiquement cet ami notoire et avocat de Tapie quand l'activité de celui-ci consistait à acheter des entreprises en difficulté  pour les dépecer.

"Jean-louis Borloo "l'avocat d'affaires le plus talentueux en matière de reprise d'entreprises en faillite" selon le  magazine économique l'"Expansion". Une icône du Capital que le troll du CAC à rentes remercie ainsi pour bons et loyaux services en faisant jouer les liens entre Proglio et l'élyséocrate qui sont plus que notoirement connus.

Histoire de rafraîchir les mémoires, La Canaille en remet une louche.

Souvenez vous, Jean-Louis Borloo - comme par hasard ! - ministre de l'Économie, des Finances et de l'Emploi du 18 mai au 19 juin 2007. au moment où se traite la question du "tribunal arbitral" autour du dossier du "Crédit Lyonnais et Tapie".

Un dossier qui vaudra à Lagarde, qui laisse entendre que le choix de recourir à l'arbitrage avait été décidé avant sa nomination, des ennuis avec la justice promptement calmés avec sa migration opportune à la tête du FMI. Celle-ci, après le départ de Jean-Louis Borloo, resté quelques semaines seulement en poste à Bercy, poursuivra le travail qui lui vaut une mise en examen dont l'instruction est en cours. 

L'imptérant lui même distille ; joint par Libération, "Borloo confirme, sans plus, avoir rencontré la semaine dernière plusieurs administrateurs de Veolia Environnement. Il ajoute par ailleurs être en négociation avec « deux grands groupes internationaux qui ne sont pas Veolia »."

 

En tout cas quelle piteuse image de la "monarblique française".

Ce n'est pas tournez manèges mais plutôt l'assiette au beurre.


"Post ouebum" (La canaille ne sait pas comment en lanagage "claviriptural" on dit post scriptumum) :

La presse en ligne rapporte que : 

Le président Nicolas Sarkozy a qualifié lundi 20 février sur BFMTV d'"absurde" l'hypothèse d'une intervention de l'Elysée pour installer l'ancien ministre de l'environnement, Jean-Louis Borloo, à la tête de Veolia"L'Elysée serait derrière une éventuelle nomination" de Jean-Louis Borloo à Veolia, l'interroge la chaîne à la sortie de son QG de campagne, dans le XVe arrondissement. "C'est absurde", répond le chef de l'Etat.

http://blog.chavanieux.net/public/sarkozy-pinocchio.jpg

 

Alors oui ou non  accord secret entre Proglio et Sarkozy ?

On apprend aussi, dans ce quotidien, « l'accord secret » qu'auraient passé Henri Proglio et Nicolas Sarkozy :

  •  
    • le premier, qui avait dû renoncer en 2009 à présider à la fois EDF et Veolia en raison d'une polémique sur sa rémunération, placerait son ami Borloo à la tête du groupe privé, dont il est administrateur ;
    • le candidat-président de la République, quant à lui, s'assurerait le soutien du radical, légèrement critique sur le tournant des « valeurs » pris par Sarkozy dans sa campagne.

Proglio et Sarkozy auraient donc, selon Libération, manœuvré toute la semaine dernière en ce sens, dès le dimanche 12.

Lundi 20 sur iTélé, l'actuelle ministre de l'Ecologie Nathalie Kosciusko-Morizet a qualifié ces nouvelles de « rumeurs de presse » :

« Je ne peux pas vous confirmer ou vous infirmer. Veolia, c'est une entreprise privée avec des administrateurs qui prendront leur décision j'en suis sûre pour le plus grand bien de l'entreprise. »

Si l'information se vérifie, une question se posera : ayant quitté il y a moins de deux ans le ministère de l'Ecologie, Jean-Louis Borloo peut-il prendre la tête du numéro 1 mondial du secteur ?

Borloo devra-t-il saisir la commission de déontologie ?

En théorie, l'article 87 de la loi du 29 janvier 1993 (modifiée début 2010) « relative à la prévention de la corruption et à la transparence de la vie économique et des procédures publiques » impose le passage devant une « commission de déontologie » aux agents publics désireux de rejoindre avant trois ans un secteur privé sur lequel ils auraient eu prise dans le public."

Cette loi concerne, entre autres, les fonctionnaires, les agents non titulaires, les membres d'un cabinet ministériel... Mais pas les ministres.    

    Au fait, parce que la question régulièrement posée n'a toujours pas eu de réponse, Proglio a-t-il toujours son rond de serviette à la Fête de l'Huma ?

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article