Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Dépêche : Xavier Mathieu Condamné

 

 

sourti stylo recadré Bs Def

 

La première réflexion à l'esprit, impulsive il faut l'avouer, après une réaction de colère : la totalité des mis en examen des affaires politico-judiciaires qui transforment les halls de l'UMP en antichambre de Cayenne ont -ils été soumis à ces mesures vexatoires et d'abord faites pour humilier ?


De même qu'il ne faut pas céder à la passion et exiger la peine de mort pour les génocidaires, s'ils y avaient été soumis cela n'empêcherait pas La Canaille d'en condamner la pratique.


On connait la position du "fn" en matière de loi du talion et de tout répressif, celle de l'UMP qui sur ces terrains cherche à doubler sa concurrente.


 Il est urgent que sur cette question de la criminalisation des luttes sociales les forces politiques qui sollicitent vos suffrages vous disent ce qu'elles feront et le niveau de non discussion où elles mettent ces question dans leurs décisions d'accès aux responsabilités. Rappelons qu'en 1988 les militants trainés devant les tribiuaux n'ont pas bénéficié d'amnistie et ont quasiment tous, sauf peu d'exceptions, été licenciés. 


Avant de lire la déclaration de la CGT qui clos cette p@age, voici la dépêche telle que reprise sur "TF1 news" , celle du Monde et celle de l'Huma:

 

Refus de prélèvement ADN:

Xavier Mathieu condamné

le 03 février 2012 à 10h27 , mis à jour le 03 février 2012 à 11h04

 

La cour d'appel d'Amiens a condamné vendredi le syndicaliste CGT de l'ex-usine Continental, Xavier Mathieu, à 1.200 euros d'amende pour avoir refusé de se faire prélever son ADN par la police.

La cour d'appel d'Amiens a condamné vendredi le syndicaliste CGT de l'ancienne usine Continental, Xavier Mathieu, à 1.200 euros d'amende pour avoir refusé de se faire prélever son ADN par la police. Une amende de 1.000 à 1.500 euros avait été requise contre lui. Lors de son premier procès, en juin 2010, le syndicaliste avait été relaxé. Le parquet, qui avait requis une peine d'un mois de prison avec sursis, avait ensuite fait appel de cette relaxe.

 
Les faits datent de la condamnation de Xavier Matthieu à 4.000 euros d'amende par la cour d'appel d'Amiens pour avoir participé avec des ouvriers de 
Continental au "saccage" (les guillemets sont de C le R, le journaliste les avait "omis")de la sous-préfecture de Compiègne en avril 2009. Il avait alors refusé de se soumettre à un prélèvement d'empreinte génétique, comme l'exige la loi.


 
Créé en juin 1998 pour recenser l'ADN des condamnés définitifs pour des infractions sexuelles, le fichier national automatisé des empreintes génétiques a été étendu en 2001, 2003 et 2010 à de nombreux autres crimes et délits. L'usine de pneumatiques 
Continental de Clairoix a fermé début 2010, entraînant la suppression de 1.120 postes. Au printemps 2009, un conflit social de plusieurs mois -- dont M. Mathieu a été la figure emblématique- contre le projet de fermeture avait permis aux ouvriers d'obtenir des indemnités de départ extra-légales.

 

 

Ce qu'en dit le Monde :

La cour d'appel d'Amiens a condamné, vendredi 3 février, le syndicaliste CGT de l'ancienne usine Continental, Xavier Mathieu, à 1 200 euros d'amende pour avoirrefusé le prélèvement de son ADN par la police. Le syndicaliste avait été relaxé en première instance en juin 2011 par le tribunal correctionnel de Compiègne. Le parquet, qui avait requis une peine d'un mois de prison avec sursis, avait fait appel de sa relaxe.

"Je suis condamné (...), ce qui veut dire qu'ils peuvent se repointer la semaine prochaine et me redemander mon ADN et me rejuger si je refuse", a réagi Xavier Mathieu.

La CGT a dénoncé "l'acharnement du gouvernement" qui a, selon elle, "enjoint au parquet d'Amiens de continuer les poursuites" contre le syndicaliste. Par sa décision, la cour d'appel d'Amiens, "infirme donc, la décision de relaxe prononcée par le tribunal de Compiègne en juin dernier, qui considérait que des syndicalistes qui défendent leurs emplois ne peuvent figurer sur un tel fichier et ne doivent donc pas être assimilés à des délinquants", écrit la CGT dans un communiqué.

Dans ce contexte, le premier syndicat français "continuera d'agir contre la criminalisation de l'action collective" et "réitère son exigence d'abrogation immédiate des dispositions sur le fichage des syndicalistes et le retrait de ceux-ci des fichiers ADN existants".

POLÉMIQUE SUR LE FNAEG

Les faits datent de la condamnation de Xavier Mathieu à 4 000 euros d'amende par la cour d'appel d'Amiens pour avoir participé avec des ouvriers de Continental au saccage de la sous-préfecture de Compiègne en avril 2009. Il avait alors refusé de se soumettre à un prélèvement d'empreinte génétique, comme l'exige la loi.

L'usine de pneumatiques de Clairoix, où il était salarié, avait fermé début 2010, entraînant la suppression de onze cent vingt postes. Au printemps 2009, un conflit social de plusieurs mois – dont M. Mathieu a été l'emblème – avait permis aux ouvriers d'obtenir des indemnités de départ extralégales.

Créé en juin 1998 pour recenser l'ADN des condamnés définitifs pour des infractions sexuelles, le Fichier national automatisé des empreintes génétiques (Fnaeg) a été étendu en 2001, 2003 et 2010 à de nombreux autres crimes et délits.

"Ce n'est pas l'amende le pire, c'est d'être condamné, d'être traité comme un délinquant. Les délinquants, ce sont les dirigeants de Continental. Ce ne sont même pas des voyous, ce sont des criminels. J'aurais voulu qu'(ils) soient jugés pour les conséquences de la fermeture de cette boîte, le désastre économique sur la vie des gens", a lancé M. Mathieu aux journalistes.

"Que Xavier [Mathieu] soit dans le même fichier que des violeurs et des assassins, c'est honteux", a déclaré Pierre Sommé, l'un des quelque cent "Conti" venus soutenir le syndicaliste à sa sortie du tribunal. 

 

 

Ce qu'écrit l'Huma (qui publie le communiqué de la CGT )

 

 


SOCIÉTÉ
 -  le 3 Février 2012

 

Conti : Xavier Mathieu condamné à 1200 euros d'amende
Mots clés : luttecgtamiensxavier mathieu,

 

 

La cour d'appel d'Amiens a condamné vendredi le syndicaliste CGT de l'ancienne usine Continental, Xavier Mathieu, à 1200 euros d'amende pour avoir refusé de se faire prélever son ADN par la police. Une belle preuve d’acharnement...

Lors de son premier procès, en juin 2010, le syndicaliste avait pourtant été relaxé. Le parquet, qui avait requis une peine d'un mois de prison avec sursis, avait ensuite fait appel de cette relaxe. Une amende de 1000 à 1500 euros avait ensuite été requise contre lui.

Les faits datent d'une première condamnation de Xavier Mathieu par la cour d'appel d'Amiens. Il avait alors refusé de se soumettre à un prélèvement d'empreinte génétique. Le syndicaliste et les Conti protestaient contre la fermeture de l'usine de pneumatiques Continental de Clairoix et le licenciement de 1120 personnes. Une lutte acharnée qui avait au moins permis aux ouvriers d’obtenir des indemnités de départ extra-légales.

Le PCF s’est insurgé contre cette décision : « Victime d’un acharnement politique du gouvernement, Xavier Mathieu est purement et simplement condamné pour l'exemple. Le PCF s'insurge contre cette décision, et apporte son entier soutien à Xavier Mathieu et à son combat. Le fichage ADN des syndicalistes est un scandale et le PCF et ses partenaires du Front de gauche continueront de soutenir la liberté d'expression et la liberté d'agir des syndicalistes qui luttent pour sauver leurs emplois. »

Créé en juin 1998 pour recenser l'ADN des condamnés définitifs pour des infractions sexuelles, le fichier national automatisé des empreintes génétiques a été étendu en 2001, 2003 et 2010 à de nombreux autres crimes et délits.

 

 

La déclaration de la CGT :

 

       Xavier Mathieu

Toujours plus d’acharnement contre un militant de la CGT

                                               vendredi 3 février 2012

La cour d’appel d’Amiens vient de condamner, à une amende de 1200 euros, Xavier MATHIEU, militant de la CGT Continental qui avait refusé de se soumettre à des prélèvements ADN, lors de la mobilisation des ouvriers contre la fermeture de leur usine.

Elle infirme donc, la décision de relaxe prononcée par le tribunal de Compiègne en juin dernier qui considérait que des syndicalistes qui défendent leurs emplois ne peuvent figurer sur un tel fichier et ne doivent donc pas être assimilés à des délinquants.

La CGT dénonce l’acharnement du gouvernement qui a enjoint le parquet d’Amiens de continuer les poursuites à l’encontre de ce militant CGT.

La CGT continuera d’agir contre la criminalisation de l’action collective et la défense des droits fondamentaux des salariés. L’action syndicale est légale et légitime.

Elle réitère son exigence d’abrogation immédiate des dispositions sur le fichage des syndicalistes et le retrait de ceux-ci des fichiers ADN existants.

Presque trois ans après la fermeture, en mars 2009, de l’usine de pneus de Continental, à Clairoix, alors que seuls 212 des 1.110 salariés Conti ont retrouvé un emploi en CDI, la CGT apporte son soutien à Xavier Mathieu et à tous les salariés en lutte pour leur emploi et leurs conditions de travail.

Montreuil, le 3 février 2012

 

 

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article