Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

TC Bobigny : dédié à un de ces gamins qui un soir d'octobre a lancé une boite bière à un CRS.

http://pcfevry.hautetfort.com/media/01/01/759544928.2.jpg

 

Tout commence par ça:

"COMMUNIQUÉ DE PRESSE

SYNERGIE­ OFFICIERS est écœuré par la décision ahurissante du Tribunal Correctionnel de Bobigny (93) de condamner les sept policiers impliqués dans une affaire de faux témoignage à des peines allant de six mois à un an de prison ferme, toutes peines supérieures à celles requises initialement par le Parquet."

Syndicaliste, La canaille n'a pas pour habitude de faire de l'exégèse sur les publications des autres professions.

Là, le citoyens Canaille bouscule le syndicaliste le Rouge pour mettre deux trois questions dans le débat. Certaines sont communes à d'autres intervenants, pas toutes du moins dans le débat "officiel".

Le sinistre de l'intérieur a donc décidé que celui de la justice tenait mal ses troupes et en quelque sorte lui a fait savoir.
La bavure, serait donc le juge, pas le(s) coupable(s) sanctionné(s) par le tribunal !

Quelqu'un qui commet un délit est délinquant, un crime est criminel. C'est ce que disent les lois d'un ordre social bourgeois qu'on impose aux Contis, aux Molex, à nombre de jeunes qu'on traîne en ce moment devant les tribunaux, de militants qu'on poursuit voire qui ont été enchristés par les forces dites de l'ordre . Le tout au nom du respects sacré de textes dont la contestations devrait, pour le pouvoir, conduire si ce n'est à la guillotine puisqu'il n'en dispose heureusement plus, au moins aux galères si les rétro commissions pouvaient s'appliquer à leur construction.

Sans remonter au temps des galères, et en restant dans le droit bourgeois de cette très réactionnaire constitution, contester la chose jugée pouvait aller pour un ministre si ce n'est jusqu'à une comparution en haute cour au moins à la démission s'il avait un peu d'honneur ou à la révocation s'il escomptait morpioner avec ses attaches à sa majorité.

Vichy pirate qui la ramène à tout moment est-il au dessus des us, coutumes et lois de la République?

Que dit et fait le conseil constitutionnel? C'est quand même un plus que proche de l'Élysée,  ministre de l'intérieur qui contourne une fois de plus la loi et les obligations de sa charge.

Que va dire le CSM de cette sortie? Ne serrait-il pas judicieux d'exiger qu'il parlât?

Maintenant, transposons dans la "vrai vie". Que dirait-on si la chambre syndicale des charcutiers manifestait contre la condamnation d'un des siens pris en flagrant délit d'écoulement de produit avariés ayant envoyé une ou deux personnes à l'Hosto?

Autre aspect à la marge : un opinel dans la poche d'un gamin interpelé dans une manif lycéenne, c'est port d'arme prohibé et à minima six mois dont trois avec sursis et inscription au casier. Manif de policiers en uniforme portant leur arme de service,formellement interdit depuis 1936 sous peine de sanction graves,  et là, circule camarade, il n'y a rien à voir.

Mais si des gendarmes (ou leur famille) protestent  contre leur conditions indécentes de logement, vite, sanctions, mutations.

Enfin, permettez à La Canaille une interrogation. Imagine-t-on un syndicat d'enseignant couvrir ou organiser une action afin de protester contre la sanction qui frapperait  un instituteur convaincu d'acte contraire à la déontologie voir à la morale dans le cadre de ses activités professionnelles ? Que dirait de cela tous ceux qui se sont permis concernant les évènements de Bobigny de justifier l'intolérable?

Quelles sanctions administratives et juridiques pour ceux qui couvrent des activités qui marquent des dérives dangereuses, antirépublicaines dans une profession qui heureusement à l'air de ne pas accepter unanimement ces actes. Sanctions qui devraient s'appliquer d'autant plus fermement qu'on se situe haut dans les responsabilités politiques et organisationnelles de ceux qui les ont couvertes, et pour ce fait, jusqu'au départ du gouvernement de vichy pirate.

 

PS;  l’article L 441-4 du code pénal précise : “Les peines sont portées à quinze ans de réclusion criminelle et à 225000 euros d’amende lorsque le faux ou l’usage de faux est commis par une personne dépositaire de l’autorité publique ou chargée d’une mission de service public agissant dans l’exercice de ses fonctions ou de sa mission.”

 http://www.francesoir.fr/sites/default/files/imagecache/article_image/manifestation-bobigny-policiers-menteur_0.jpg

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article