Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ce que ce gouvernement autorise la SNCF de faire

http://www.matierevolution.fr/IMG/jpg/Maroc_repression-f1161.jpg

Venez vous former dans la sérénité et la liberté.

Pour les plus motivés, bientôt un centre à Alep en attendant que des places se libèrent à Guantanamo

 

Gratiné. La Fédération des cheminots utilise le terme de scandale.

 

Sortie le lendemain de la confirmation de GuillaumeIII pas son ange tutélaire ministériel, cela prend tout son charme.

 

Former les cheminots au pays des bagnes et autres lieux de disparitions,  combien Pépy a-t-il payé le module qui apprendra à lutter contre la présence syndicale ?

 

La première promo s'appelera-t-elle Abraham Serfaty ? Le centre de formation s'appelera-t-il Medhi Ben Barka ?


Lisez, vous verrez que le terme de Scandale n'est vraiment pas outrancier :


SCANDALE : la Direction SNCF délocalise sa formation professionnelle ! (26/02/2013)
 


Lors du dernier Comité Central d’Entreprise, la Direction SNCF a présenté un projet de création par la SNCF et l\'ONCF (Office National des Chemins de Fer au Maroc) d\'un Institut de Formation aux métiers Ferroviaires au Maroc (IFF) lié à la création d’une LGV entre Tanger et Kenitra.

La CGT est favorable à la coopération entre la SNCF et les entreprises historiques de chemins de fers pour autant, dans ce dossier il n’en est rien puisqu’il s’agit de la création d\'une filiale commune de formation sur la base de relations commerciales. 



En effet l\'IFF, vendra aux deux entreprises ses prestations de formation. 
Ainsi, la lecture du dossier permet de découvrir qu\'un tiers des heures de formations dispensées par l\'IFF le sera à destination des cheminots de la SNCF. 



Dans un premier temps, plus de 5000 heures de formation initialement assurées en France seront délocalisées au Maroc et un nombre équivalent d\'heures serait consacré à des formations nouvelles. 



La CGT dénonce cette situation, au moment où des centres de formation sont fermés en France (Miramas en étant le dernier exemple) ! 



Force est de constater qu’il s’agit clairement d’une opération de dumping social de la Direction SNCF par la mise en place de formations à bas coûts. 



Dans un contexte de crise économique profonde, de destruction d’emploi, de dégradation des conditions de vie et de travail des salariés, la direction SNCF se comporte comme les patrons qui usent de la délocalisation pour abaisser leurs coûts et faire pression sur les salariés au mépris de l’exemple qui incombe à une entreprise publique de Service Public. 



Au moment du renouvellement du mandat du Président de la SNCF, le Gouvernement serait bien inspiré de recadrer la feuille de route de l’entreprise publique pour maintenir l’emploi et la formation professionnelle en France et ainsi à l’engager à être plus attentif à la qualité de service rendu aux usagers et aux conditions sociales des cheminots. 

 


Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article