Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Briquet ou poubelle ?

 

http://cgt-snecma-vernon.e-monsite.com/medias/images/attention-feu.jpg

 

Juste avant de partir à Toulouse, la direction de la CGT a cru bon de sortir un communiqué enflammé parce qu'un drapeau de la CFDT avait eu chaud aux fesses.


Si on regarde l'efficacité de cet allumage, on peut en discuter.


Si on regarde la colère de ceux qui ont joué à Johnny au stade de France,là, c'est indicutable et c'est plus que compréhensible.


Ce communiqué pose une question : Si les camarades avaient brandonisé un étendard du medef y aurait-il eu cette réaction ?

Certainement pas.


Reste donc un exercice : Si ce geste est du à la signature du 11 janvier, alors quelle différence entre la signature du MEDEF et celle de la CFDT ?


J'entend déjà des bruissements qui accourent disant c'est la même chose.


Et bien non camarade, trop court, ce n'est pas pareil. Le medef est dans son rôle d'un point de vue de classe. La direction de la CFDT est dans le sien comme outil de la trahison de classe. Et ce petit mot 'trahison " fait toute la différence.


Et comme il se trouve que La Canaille connaît quelques fantômes montreuillois dont des membres de la tour confédérale qui en leur temps ont mis à la poubelle ou à l'égout  par paquets des tracts estampillés CFDT quand celle-ci se faisait la main en signant des accords au rabais ou dérogatoires, n'est-il pas curieux d'user plus d'encre contre les siens que contre ceux qui les poignardent ?


Pour iconoclaste qu'il soit,Canaille le Rouge ne brûle pas les drapeaux. Mais il se trouve plus à l'aise pour trinquer avec les batteurs de briquets que dans les pinces fesses ou se retrouve les batteurs d'estrade.


Et puis d'après le toubib de La Canaille, les fumées d'orange grillée, si on en abuse pas c'est bon pour les sinus et cela oxygène ainsi les boyaux de la tête.


Pour conclure c'est moins lourds à digérer que les oranges givrées qui elles, amères, glaciales et faisant mal aux dents ne passent toujours pas . 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

thierry cayol 15/03/2013 23:38


Je suis assez d'accord avec toi sur le fond. Mais la véritable question n'est-elle pas de se demander si l'explosion du mouvement syndical, aussi justifiée soit-elle à priori, n'est pas synonime
d'essouflement de la lutte ?

canaille le rouge 16/03/2013 08:02



Si cela était une nouveauté dans l'histoire sociale, il serait juste de poser ainsi la question mais cela rencontre la chasse "au Jaunes" dans les grands conflits du 20ème siècle plus près de
nous des grands moments de tension en 86-87 (épisode Notat) ou 95 (épisode Chérèque).Ce qui s'essouffle, ce sont les formes "primo négociatrices" des luttes et face à la vioolence patronale et
politique le besoin retrouvé d'établir le rapport des forces et de clarifier les positions.


Quand W Buffett dit qu'il s'agit d'une guerre de classe, il a raison et celle ci ne se mêne pas en distribuant des myosostis et des roses sur les boucliers des CRS et le stylo des trahisons.


C'est un vrai sujet dedébat sur leque il va falloir revenir.Et certainement à de nombreuse reprises