Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Après la mort du bourreau

 

http://files.newsnetz.ch/bildlegende/89060/1275474_pic_970x641.jpg

      Avec une fois encore le trait ciglant et juste de Burki (que La canaille confus avait oublié de mentionner)

 

On va dire "curieux" ou "surprenant" pour qualifier un des article-blogs d'un journaliste du Monde à partir de la mort de Videla.


Curieux dans son titre "Jorge Videla : un illuminé au pouvoir" et encore plus, dans le corps de l'article, comme dans certains messages de la discussion ouverte dont certains porteurs font remonter en surface les égouts non épurés des vidanges fascistes.

 

L'auteur qui ne doit pas être un ignare doit connaître le sens des mots :

"Au cours des époques moderne et contemporaine, on a désigné par le terme d'Illuminés (et plus récemment Illuminati) un certain nombre de groupes (dont certains ont revendiqué l'appellation) plus ou moins marginaux et secrets, et souvent en opposition avec les autorités politiques ou religieuses." 

 

Sur l'opposition avec les autorités politiques ou religieuses, parlant de Videla, faut oser le faire. 


Des justifications des massacres au nom de la lutte contre le communisme avec des phrases du genre "10 000 morts pour Vidéla contre 100 millions pour les communistes " peuvent ainsi trouver hébergement dans les p@ges d'un journal fondé en 1944. Vertige.


Cela n'aurait pas justifié d'y revenir si le titre lui même ne portait déjà ce négationnisme de bon aloi. Pas plus illuminé que  Pinochet, StroessnerPacheco et Burdaberry, Castelo Branco  et combien d'autres, ni que les différents militaires ou marionnettes civiles qu'ils servaient et qui ont sévi du Sud du Mexique jusqu'à la Terre de Feu durant un demi siècle. Par contre et sauf évocation subliminale pas un mot sur les liens d'une très grandes intimités entre ces dictatures et les milieux d'affaires, ou l'aide affectueuse et désintéressé pilotée depuis Langley( link) et Fort Bragg  (savourez cet article ...du Figaro à ce propos lien) :


Curieux cette capacité à passer sous silence le rôle de Kissinger (tout auréolé d'un prix Nobel de la paix qui  ramène la distinction à ce qu'elle n'est, voirla tendance dominante des palmares suivant), rôle rappelé avec force par un des lecteurs indigné par l'article :    

« Nous devons nous attendre à une bonne dose de répression en Argentine, probablement beaucoup de sang versé. » William Rogers (Département d’Etat américain) à Henry Kissinger, le 26 mars 1976 (deux jours après le coup d’état).
Réponse de Kissinger : « Quelles que soient nos chances dans cette affaire, le nouveau régime aura besoin de quelque encouragement de notre part. Parce que je veux les encourager activement. Je ne veux pas donner l’idée qu’il existe envers eux le moindre ressentiment ou une quelconque volonté de harcèlement de la part des Etats-Unis.»
Un mois plus tard, la junte de Videla se voit accorder 50 millions de dollars d’aide militaire par le Congrès américain.
« Ecoutez, notre disposition de base est que nous souhaitons que vous réussissiez. Ce que l’opinion publique américaine n’arrive pas à accepter est le fait que vous êtes en guerre civile. Nous américains, nous sommes sensibles au problème des droits de l’homme, mais nous passons généralement sur le contexte. » Henry Kissinger, le 7 octobre 1976 à l’Amiral Guzzetti (ministre des Affaires Etrangères argentin).
Henry Kissinger, qui considérait le dictateur Videla comme « un hôte formidable », soutint cet « ami personnel » jusqu’au bout et bien après la chute de la junte militaire.

 

C'est bien de le rappeler.

 

Curieusement, dans la presse et au delà du Monde" quelle discrète pudeur sur l'encadrement désintéressé des illuminés par des officiers issue de nos grandes écoles française de la torture ou de la complicité active, parfois avec zèles  y compris à se "purifier" des siens, de cette église catholique qui vient de se doter d'un chef d'état major argentin ami du pape défunt de la dictature argentine.

 

Ce silence général sur le rôle de l'église n'est rompu que par l'Huma* dans son article (il est à lire et faire lire : lien Huma et Vidéla ) quand il parle du combat des Mères de la place de  Mai.


"L’Association des mères de la place de Mai, toujours à la recherche de leurs enfants et petits-enfants disparus, appelait hier soir, à la suite de la traditionnelle marche qu’elles réalisent depuis trente-trois ans sur la place de Mayo, au procès «éthique et politique des violeurs de la parole de Jésus». «Durant la dictature, des curés et des évêques ont légitimé le génocide, en bénissant les tortionnaires, en présidant des séances de tortures (…). Nombre d’entre eux sont toujours membres de l’Église », rappellent ces mères courages que le régime dictatorial traitait de «folles»."

 

Un article qui de plus attire l'attention sur un sujet qui ne sera pas sans rappeler des souvenirs d'une période ici vieille de 75 ans : l'engagement au coté des factieux d'une très grandes parties du gratin de ce que la presse appelle pudiquement les milieux économiques : le grand patronat et la finance liés en Argentine à l'aristocratie latifundiaire.

 

"On savait qu’en Argentine le grand patronat avait dressé des listes de syndicalistes à éliminer. Le procès Blaquier devrait permettre de lever le voile sur un épisode que la grande presse liée aux milieux économiques et financiers, les militaires avaient occulté. Les organismes de défense des droits de l’homme exigent que le ministre des Finances de la dictature et père du modèle économique qui mena le pays à l’abîme à la fin des années 1990, José Alfredo Martinez de Hoz, réponde de ses actes devant la justice."


Cette obstination générale dans la sélectivité éditoriale, confirmée par le black-out des télés et radios, sur cette articulation du coffre fort, du sabre et du goupillon, leur babarie structurelle montre ainsi comme quoi le mort d'hier non seulement débarrasse le plancher argentin mais est aussi une purification de l'atmosphère de la planète.

 

* dommage que la rédaction de l'Huma n'ait pas ressorti son papier sur la conférence de presse de Le Pen en décembre 93, en voyage sur place, à propos des dictatures d'amérique du sud dont l'Argentine. L'internationale vert de gris existe et a réalité en France. Elle est à montrer à chaque fois que possible dans toutes ses hideuses facettes.

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

BA 18/05/2013 15:35


Samedi 18 mai 2013 :


 


Karachi : les soupçons de détournement se renforcent.


 


La preuve d'un financement occulte de la campagne d'Edouard Balladur en 1995 semble se confirmer.


 


Un intermédiaire présumé, mis en examen dans le volet financier de l'affaire Karachi, a acquitté deux études sur les chances de succès d'Edouard Balladur à la présidentielle de 1995, a-t-on
appris samedi de source proche du dossier, confirmant une information de France Info. Pour cette source, il pourrait s'agir d'un "immense pas" venant renforcer les soupçons de détournement de
commissions versées en marge de contrats d'armement au profit du financement de la campagne de M. Balladur.


 


Les juges Renaud Van Ruymbeke et Roger Le Loire ont récemment reçu des résultats partiels d'investigations lancées aux Etats-Unis sur les liens entre le consultant politique américain Paul
Manafort et les intermédiaires Abdul Rahman El Assir et Ziad Takieddine, mis en examen dans l'enquête, selon cette source.


 


Ils ont ainsi obtenu une facture pour deux études d'opinion sur les chances d'Edouard Balladur, menées en octobre 1994 et janvier 1995, émises par la société Tarrance Group, dont M. Manafort est
le gérant, a indiqué à l'AFP la source proche du dossier. Ils ont aussi reçu la copie d'un chèque de 52.000 dollars, comportant les références de cette facture, acquittée par le compte suisse de
l'intermédiaire El Assir à la BCP à Genève à l'ordre de la société de M. Manafort, a précisé cette source. Ces études donnaient M. Balladur largement en tête devant M. Chirac, a-t-on ajouté.
L'AFP n'a pu consulter ces documents dans l'immédiat. 


 


Les comptes d'El Assir avaient déjà fait apparaître des versements au profit de M. Manafort entre septembre 1994 et août 1995 mais sans qu'ils puissent être reliés à la campagne de M. Balladur.
Ils ont été évalués à 377.000 dollars. 


 


En octobre 2011, Nicola Johnson, épouse de Ziad Takieddine, avait assuré que M. Manafort était un ami d'El Assir et qu'il donnait des conseils pour la campagne d'Edouard Balladur.


 


Les intermédiaires Abdul Rahman El Assir et Ziad Takieddine sont soupçonnés d'avoir été imposés au dernier moment par le cabinet au ministère de la Défense de François Léotard dans la conclusion
de contrats d'armement avec l'Arabie Saoudite et le Pakistan.


 


Renaud Donnedieu de Vabres, conseiller de M. Léotard à l'époque, et Nicolas Bazire, directeur de la campagne de M. Balladur, sont également mis en examen dans cette affaire. 


 


(Rappel de la campagne électorale pour l'élection présidentielle de 1995 :


 


- Nicolas Sarkozy était le porte-parole de campagne d'Edouard Balladur.


 


- Nicolas Bazire était le directeur de campagne d'Edouard Balladur. Nicolas Bazire est le témoin de Nicolas Sarkozy lors de son mariage avec Carla Bruni.


 


- Le clan balladurien était constitué d'Edouard Balladur, Nicolas Sarkozy, Nicolas Bazire, François Léotard, Renaud Donnedieu de Vabres, etc.)


 


Les juges d'instruction soupçonnent qu'une partie des commissions sur ces contrats, appelées rétrocommissions, ont pu financer la campagne de M. Balladur.


 


http://tempsreel.nouvelobs.com/justice/20130518.OBS9674/karachi-les-soupcons-de-detournement-renforces.html

canaille le rouge 18/05/2013 20:15



Pas convaincu qu'il y ait un rapport quelqconque entre la mort de Videla et Balladur disons que la page sert de boite à lettre...


Si Karachi arrive sur le Blog, j'espère un mot sur l'Argentine