Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Amnistie : Les truands patentés se sont trouvés et ont de bons avocats

 

 http://www.grandfauconnier.com/IMG/html/CHEVALERIE%20ivn_fichiers/image011.jpg

Le Sire de Hollande et les barons de son parage faisant allégeance à Sire Medef .

Son emminence  Berger et  sire Gattaz entourent le suzerain. 

 

 

Canaille le Rouge a préféré prendre quelques heures de recul avant de dire son écoeurement sur la façon dont les vassaux du PS viennent de faire allégeance publique à un suzerain nommé capital et leurs sénéchaux et baillis du Medef et de la CGPME.


Grand bien lui en a pris il n'aurait pu mentionner dans la liste évoquée plus loin comment les mêmes     tribunaux qui ont condamné les salariés en lutte sous Sarkozy s'apprêteraient sous Hollande à blanchir le même sarkozy dans les affaires liées aux valises à pognon de la propriétaire de l'Oréal.

 

L'amnistie pourtant décidée politiquement, refusé par le gouvernement hier contre le vote favorable du Sénat, ne serait que justice au regard des procédures et faits ayant conduit à des condamnations aussi injustes que politiquement réclamées par l'exécutif précédent sur demande du patronat.

 

Si certains avaient encore quelque illusion sur la nature du PS, son refus d'en débattre et de l'adopter met cette nature en pleine lumière. 


Une semaine après avoir porté un texte qui valide par anticipation l'amnistie préalable et permanente de tout patron violant ce qui reste du code du travail, le PS confirme les condamnations prononcées sous la mandature Sarkozy contre des travailleurs qui exigeaient le simple respect de leur droit dont celui de vivre de leur travail sans que ce droit à vivre dépende des fluctuations du CAC40.

 

Si nous regardons le pedigree juridique de ce "jeune gouvernement", la nature des choix s'affiche :


  • C'est ce même gouvernement qui durant des semaines a couvert Cahuzac.
  • Un gouvernement dont le parti aux manettes maintient localement des mafieux en responsabilités dans son parti majoritaire.
  • Le même  qui mandate aux élections des types en délicatesse avec la justice, sa majorité parlementaire et ses ministres qui pour entamer leur mandat blanchissent Woerth, laisse les juges se débrouiller  avec les affaires Tapie Lagarde.
  • Un gouvernement qui cherchait (et cherche toujours) à négocier l'amnistie fiscale et pénale des truands patronaux souvent fraudeurs transfrontaliers avant que les projecteurs de vrais journalistes les obligent à en rabattre.
  • Ce gouvernement qui donne des gages au Medef et n'engage de poursuite que sur pression de la presse.

 

Ce pouvoir désigne son ennemi privilégié : le travailleur en lutte pour ses droits. 


Le PCF vient de sortir un communiqué qui condamne avec une argumentation cohérente cette volte face qui fait définitivement basculer le PS dans le camp patronal sans aucun atermoiement possible.


Voici son texte. Il est ici d'autant plus à apprécier que La Canaille ne ménage pas par ailleurs ses critiques le concernant :

 

Amnistie sociale : Respecter le vote du Sénat !

La décision du gouvernement de ne pas voter la proposition de loi d'amnistie sociale est incompréhensible. Elle s'apparente à un désaveu cinglant du Sénat et de sa majorité de gauche. Elle est une volte face par rapport aux positions exprimées par Madame Taubira, Ministre de la Justice lors des débats sur le texte au Sénat. Surtout, cette proposition de loi constitue un acte de justice à l'égard de l'ensemble des salariés et des syndicalistes qui luttent pour le maintien de leur emploi à l'heure où le chômage atteint un record dramatiquement historique. Le rejet de ce texte, quelques jours seulement après l'adoption de l'ANI qui instaure une amnistie patronale en limitant les délais de recours contre les licenciements abusifs est un nouveau coup dur contre le monde du travail. Comble du calendrier, la discussion dans l’hémicycle de l'Assemblée des propositions de loi du Front de gauche sur l'amnistie sociale et sur les licenciements boursiers interviendra le 16 mai, quelques jours après le vote définitif de l'ANI.

Dès aujourd’hui, j'appelle à ne pas laisser faire ce mauvais coup. La parole doit revenir aux députés de gauche qui peuvent, comme leurs collègues du Sénat, voter cette loi le 16 mai. J'appelle à la levée d'un mouvement pétitionnaire de soutien à la proposition de loi des parlementaires du Front de gauche. Cette mobilisation doit venir renforcer les cortèges, qui le 1er mai, défileront dans tout le pays pour défendre les droits des travailleurs. Le 5 mai, la marche citoyenne à l'appel du Front de gauche doit être un moment fort de la mobilisation pour l'amnistie sociale. Cette dernière doit enfin se prolonger jusqu'au 16 mai, jour du vote des propositions de loi du Front de gauche, où j'appelle au rassemblement.

Indéniablement, seule la mobilisation citoyenne et populaire peut contraindre le gouvernement à faire machine arrière et à respecter le vote du Sénat.

Pierre Laurent, secrétaire national du PCF

 

Le texte de P Laurent est clair. Sur sa condamnation de la position du PS, c'est une bonne nouvelle. Concernant les autres points qu'il développe, en particulier le 5 mai et les initiatives autour du débat parlementaire, Canaille le Rouge sur cette p@ges-ci n'en restera qu'à la question de l'amnistie.

 

Si, comme le disent tout les commentateurs, il s'agit non seulement d'un tournant dans la mandature (ce que confirme ce matin Bartolone tant pressé de s'asseoir dans le Siège de Zapatauyrault) mais bel et bien en matière de liberté de l'équivalent d'un congrès de Bad Godesberg (là ou la social-démocratie allemande décida de rompre avec la lutte des casse et la lutte contre le capitalisme), cela doit conduire à reconsidérer les positionnements de toutes les forces politiques et sociales, les termes de leur alliance avec le rose Ganelon.


Il va falloir maintenant que le PCF nous dise comment il se positionne (majorité ou opposition?) les barricades n'ayant que deux côtés il semble sur ce coup et ce sujet il soit du bon. Est -on sûr que cela soit la position de la totalité de sa direction et de ses parlementaires ? pas de procès d'intention mais des attentes à une réponse claires.


Reste à voir si il y aura rassemblement pour combattre cette droite peint en rose ou si celle-ci pourra garder des moyens de pression sur ses "partenaires" pour les prochaines échéances de son calendrier électoral.

 

Quel travailleur, quel travailleuse avec ou sans emplois pourra accepter en conscience de voter pour le parti qui après avoir fini la casse entamée sous la droite annonce maintenant des séjours de Loos aux Baumettes en passant par Fleury Mérogis pour qui veut s'opposer à sa mise en oeuvre dans les entreprises ?

 

Que le PS aille baiser les semelles du patronat (pour rester polis) c'est son choix. Mais qu'il ne compte pas sur le peuple, qui lui a sa dignité, pour participer à cet avilissement.

 

 

 

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article