Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A propos de l'image du 'Troll du CAC à rentes"

http://static.lexpansion.com/medias/80/41441_france-s-president-sarkozy-looks-at-a-rafale-jet-fighter-landing-on-the-deck-of-the-charles-de-gaulle-aircraft-carrier.jpg

 

Nous on en a marre même si nous voyons mal comment le remplacer.

 

De l'autre côté des Alpes pour des raisons différentes il n'est ps non plus apprécié :

 

Voila la nature du débat en Suisse. (ce qui ne conduira pas à La canaille à s'y fiscalement réfugier - avec sa retraire de cheminot il n'interresse que peu ceux des causeux qui suivent) :

Mauvaise nouvelle pour la France. Elle aura du mal à vendre ses avions de combat Rafale à la Suisse.

Christophe Darbellay, le président du PDC, un parti charnière au Parlement fédéral, vient de tirer une violente salve sur le président français. «Comment Sarkozy peut-il croire que nous allons acheter à la France des avions, alors qu'il attaque la Suisse sans raison», a-t-il confié dans un entretienau site web alémanique du Tages Anzeiger.

Une froide vengeance

Quelle mouche a piqué Christophe Darbellay pour qu'il se lâche pareillement? En fait, il applique le proverbe suivant: la vengeance est un plat qui se mange froid. Les politiciens suisses, toutes tendances confondues, n'ont pas du tout apprécié que le président français fasse la leçon à la Suisse lors du sommet du G20 à Cannes. Sarkozy avait dénoncé les «déficiences» de la Confédération pour ne plus être considérée comme un paradis fiscal.

Cette déclaration, qui n'était pas prévue, avait provoqué l'ire de l'ancienne cheffe du Département des affaires étrangères, la socialiste Micheline Calmy-Rey. Cette dernière avait convoqué l'ambassadeur français puis manifesté sa mauvaise humeur en déclarant à la TSR: «Nicolas Sarkozy a probablement un problème avec nous, je ne sais pas lequel».

Tuer l'espoir français

Aujourd'hui apparemment, l'heure de la facture est arrivée. Le Conseil fédéral a choisi leGripen suédois comme nouvel avion de combat. Et comme le Parlement doit encore se prononcer, le président du PDC s'applique à tuer tout espoir pour la France. Il disqualifie la dernière offre de nos voisins (18 Rafale pour 2,7 milliards) comme trop tardive et «pas sérieuse».

Mais Darbellay en veut surtout à Sarkozy. «Il ne perd pas une occasion pour pilonner la Suisse. Et il voudrait dans le même temps qu'on lui achète des avions de combat? (...) Même si c'était le meilleur avion du monde , au prix le plus favorable, je n'approuverais jamais cet achat».

Les carottes sont cuites

Le président du PDC reconnaît une seule qualité au dirigeant français. Il n'a pas changé son discours sur sa volonté d'échange automatique des données fiscales et son refus d'adopter une taxe libératoire à l'instar du gouvernement allemand.

Les carottes sont-elles cuites pour la France? Darbellay laisse une petite porte entrouverte. En gros, si Sarkozy veut vendre des avions à la Suisse, il faut qu'il arrête ses attaques et conclut un accord fiscal qui normalise les relations entre les deux pays.

En attendant, les 22 Gripen suédois continuent de faire la course en tête. Surtout que leur prix d'achat pourrait être inférieur à 3 milliards selon les dernières déclarations du groupeSaab. ( 16.863 -0.02%) 

 

Notez la délicatesse laissez-nous planquer les thunes et nous verrons à commercer sachant que le même journal (24h en Suise) le même jour nous apprend : 

1)Zurich veut déplacer les prostituées de rue dans un «drive-in» en proche périphérie. Si le peuple dit «oui» le 11 mars, ces dames attendront clients et voitures dans des boxes spéciaux dès le printemps 2013.

2) Les banques tessinoises manquent de coffres

 La fuite de capitaux hors d'Italie est telle que certaines banques du Tessin manquent de coffres. Pour pallier le manque, elles loueraient les «safes» à disposition dans les hôtels.

«Au moins 11 milliards d'euros seraient ainsi sortis illégalement d'Italie au dernier trimestre 2011». Cette estimation ne vient pas de n'importe qui, mais bien d'Attilio Befera, le directeur du l'autorité fiscale italienne.


En trois info un beau portrait 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article