Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A la manière de : [♫ ♫]

A la manière  LE-MONDE.FR avec  blog  du 03 fevrier qui présente les chose ainsi  : [link]

 


version remastérisée :

http://s2.lemde.fr/image/2012/02/06/416x0/1639526_3_9272_nicolas-sarkozy-et-angela-merkel-a-la-fin-de_1e33b4f89f6cac434f43ad7fe722b90e.jpg

Fa# souhaite bonne chance à celle qui aura la lourde mission d'assurer la succession du PPE à la tête de la France

 



Nicolas Sarkozy achève son mandat au côté de la candidate Angela Merkel


Ce sera dans le salon Murat, à la suite du conseil des ministres franco-allemand, lundi 6 février qu' Angela Merkel accompagnée de Nicolas Sarkozy accordera un entretien d'un quart d'heure à France 2 et ZDF. L'interview sera conduite par les journalistes David Pujadas et Peter Frey et diffusé à 20 heures en France. Angela Merkel n'a jamais accordé d'entretien conjoint avec son fondé de pouvoir.


 Ainsi, la chancelière allemande se met clairement en campagne. Samedi 28 janvier, invité au conseil national de l'UMP, le secrétaire général de la CDU, le parti de la chancelière, Hermann Gröhe avait indiqué que Mme Merkel serait présente " lors de rendez-vous de campagne au printemps ».


« Si Mme Merkel le veut c'est sa liberté », avait commenté François Hollande, le candidat socialiste qui n'a pas compris qui est  la réelle candidate.


Ce dernier a fait savoir qu'il remettrait en cause, s'il était élu, le traités européens négocié à Bruxelles, le 31 janvier. « S'il est élu, il demandera la renégociation de ce traité pour le compléter et le rééquilibrer… pour sortir l'Europe de la spirale de l'austérité », a déclaré mardi le directeur de campagne de François Hollande, Pierre Moscovici, le lendemain du conseil européen.


Angela Merkel a par avance opposé une fin de non recevoir à M. Hollande. « L'Europe ne pourrait pas fonctionner si tout ce qui a fait l'objet d'un accord était remis en question dès qu'un gouvernement change », a-t-elle dit lundi soir lors d'une conférence de presse après la réunion des Vingt-Sept.


La droite rassemblée se réjouie d'avoir enfin une candidate déclarée pour se mettre enfin en campagne.


La bourse de Francfort a salué la nouvelle par une montée de 0.8% de l'indice, le CAC40, pas en reste, a montré une progression qui n'avait pas été connue depuis les privatisations massives de la fin du siècle précédent. 

 


 

C'est digne d'un éditorial d' E Amaury, patron du Parisien Libéré à la grande époque. Mais comme Le Monde dans son papier précise : 

 

"Les dirigeants allemands soutiennent systématiquement les exécutifs sortants. En janvier 1995, Helmut Kohl avait pris parti pour le premier ministre Edouard Balladur en se rendant à Chamonix (Haute-Savoie) sur son lieu de villégiature. Le chancelier allemand, proche de François Mitterrand, n'était pas enthousiaste vis-à-vis de Jacques Chirac, qu'il avait connu lors de la cohabitation de 1986. En 2002, Jacques Chirac avait soutenu Gerhard Schröder, pourtant social-démocrate et donné battu par les sondages".

La Canaille, finalement, fabule-t-il? Le chargé de com de l'Elysée, finalement, n'est pas que le VRP de la bourse de Frankfurt.

 

http://storage.canalblog.com/61/58/212291/43712386.jpeg

 

 


"L'information ne doit pas être exact elle doit être énorme" Disait E Amaury.

A la reflexion, ce n'est pas si énorme que ça.

 

 

 



Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article