Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

4 temps, le 3ème cylindre dans le vent

13-03-06--CECAB-copie-1.JPG

Une coopérative de petits paysans qui ont quand même les reins solides 

 

Souvent La Canaille à la dent dure contre le monde agricole (pas rural, agricole, les mots ont du sens).


Des correspondants lui disent "fait la différence entre les gros et le petits ils sont aussi victimes , faut être solidaires".


Solidaires ? d'accord. Mais la solidarité parce qu'elle induit réciprocité, cela marche dans les deux sens.


Or aujourd'hui, ils étaient au pied du mur et sur un terrain commun.


Ce qui suit n'est pas la prose de la canaille mais ce que rapporte la presse régionale :

 

1)Les abattoirs Gad SAS ont été placés mercredi 27 février en redressement judiciaire

2)La société emploie 1 700 salariés répartis sur 4 sites. Ses deux principaux abattoirs sont situés à Lampaul-Guimiliau (Finistère) et Josselin (Morbihan). Ils sont complétés par un atelier de découpe de viandes à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), spécialisé dans la découpe de porcs, la fabrication de produits élaborés (saucisses, brochettes) et de charcuterie (rôtis cuits, pâtés, boudins blancs, etc.). Est également concerné par la procédure, le siège social de Gad SAS à Saint-Martin-des-Champs (Finistère).

3)Dans un communiqué publié mercredi 27 février dans la soirée, la direction du groupe Gad SAS précise que "l'activité de la société se poursuit normalement".

Filiale du groupe coopératif Cecab* lien avec site de CECAB) basé à Theix (Morbihan), Gad SAS abat plus de 2,4 millions de porcs par an. L’entreprise souffre de la hausse du prix des matières premières, de la concurrence allemande et de tarifs toujours très bas pratiqués par la grande distribution. L'objectif de Cecab est d'arriver à vendre sa filiale. Il a, en 2012, tenté une cession avec l'aide du Comité interministériel de restructuration industrielle (Ciri), mais elle n'a pu aboutir.

Le redressement judiciaire pourrait faciliter ce type de solution, mais elle pourra difficilement se faire sans casse sociale. La société Prestor* (Kersaint-Plabennec, Finistère), groupement de producteurs de porcs, est actionnaire minoritaire de Gad SAS aux côtés de Cecab.

4) Gad. 1.500 manifestants dans les rues de Landivisiau. Environ 1.500 personnes ont commené à manifester peu avant 15h dans les rues de Landivisiau, après une première halte à Lampaul vers 13h30 et une prise de parole du maire de la commune. il y a en revanche moins de représentants du monde agricole qu'espéré, et notamment pas de tracteurs.

 

Par contre dans le télégramme de Brest de jeudi, la FDSEA et le CDJA  avec force développement peuvent noter :

Reçue ce vendredi matin pendant deux heures à Paris par Stéphane Le Foll, le ministre de l'agriculture, une délégation d'agriculteurs du Finistère conduite par Thierry Merret, président de la FDSEA 29, et Olivier Billon, président des Jeunes Agriculteurs du Finistère, est ressortie très satisfaite de cet entrevue.

"Nous tirons un bilan positif de cet entretien au cours duquel nous avons évoqué le désarroi qui règne dans la campagne finistérienne. Nous avons eu une bonne discussion", a indiqué Olivier Billon à sa sortie de l'entretien, ajoutant que le ministre de l'Agriculture avait promis de se rendre avant le 15 avril dans le Finistère. Il viendra accompagné de Guillaume Garot, le ministre de l'agroalimentaire, et visitera des exploitations qui font du lait du porc et de la volaille.


La promesse d'une aide directe
Surtout, Stéphane le Foll s'est engagé a ce qu'une aide directe soit versée aux jeunes eleveurs et aux nouveaux investisseurs en attendant une modification de la loi de modernisation économique. Sans toutefois en préciser le montant.

"Le ministre de l'agriculture a indiqué qu'il le pouvait pas dire aux GMS (grandes et moyennes surfaces, Ndlr) d'augmenter les prix aux consommateurs. Il faut donc oeuvrer pour une meilleure répartition des marges à l'intérieur de la filière. Le ministre a reconnu que chacun avait besoin d'un prix rémunérateur. Tout le monde sait aujourd'hui que la Grande distribution se fait 30 à 35 % de marge nette", a commenté Olivier Billon.

 

Moralité, si tu tagues les murs du ministre ou si tu lui fait un service de lisier pour drainer ses rosiers, tu es servi en retour. Mais pour les prolos qui travaillent les productions des mêmes "on" t'envoit les liquidateurs de la CCI. Ceux là, le préfet, le ministre, les députés du coin (tous) te promettent la galère entre les fins de droits et l'age de la rettaite qui recule pour le plus vieux.

 

Pour les plus jeunes, parions qu'ils ont sous le coude la proposition d'un contrat dans la Royale ou l'infanterie de marine. Entre abattoir et le Mali ou bientôt Syrie, il n'y a qu'un changement de statut sinon qu'à part risquer aussi d'être tué c'est le statut de l'abatttoir qui change et l'animal à abattre est un être humain qui ne restera pas sanns se défendre. Vous noterez que ce n'est pas parmi ceux qui organisent la casse ou ceux qui en bénéficiennt que se recrute la chair à canon.


Notons au passage que nos joyeux syndicalistes ont envisagé une augmentation des prix pour le consommateur et que c'est faute de cela qu'il osent dire que monsieur Leclerc devrait peut-être faire un effort. Le Foll se frottait les mains.

 

Comment être solidaire avec l'expression concrête de l'égoïsme.

 

* CECAB et Prestor, "coopérative" de producteurs, sont donc les donneurs d'ordre proprio du groupe qu'ils liquident. C'est quand que le éleveurs s'en prennent au vrai responsables ?

Et la solidarité, dans les deux sens ? 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article