Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Arcelor : le parler clair

Arcelor : le parler clair
pas besoin d'en  rajouter cela se suffit à soi même  (trouvé dands le JDD):
 
CGT : "Florange n'est pas un zoo"

INTERVIEW - Leader de la CGT dans sa lutte pour sauver le site ArcelorMittal de Florange, Lionel Burriello attend la venue de François Hollande, jeudi en Moselle, avec méfiance. "Nous osons espérer qu'il aura un projet en poche", indique-t-il au JDD.fr, avant de témoigner : "Il y a encore beaucoup de rancoeur."

 

François Hollande revient jeudi à Florange. Qu'attendez-vous de sa visite?
Nous n'avons pas demandé à ce qu'il revienne. Il prend un risque et nous osons espérer qu'il aura un projet en poche. Il sera jugé par rapport à ses propositions.

Craigniez-vous une opération communication?
La CGT a d'ores et déjà averti que, dans le cadre républicain, nous soutenons toujours le déplacement du chef de l'Etat sur notre site industriel, mais sous certaines conditions. François Hollande doit prendre la parole devant les salariés et leur parler concrètement comme il l'avait fait pendant la campagne présidentielle. Florange n'est pas un zoo, mais une usine qui a morflé pendant 24 mois.

«On nous demande de courir le 100m avec des semelles de plomb.»

Dix mois après les événements, quel est le ressenti des ouvriers par rapport au pouvoir?
Il ne faut pas oublier que François Hollande a été complice de la famille Mittal, mettant en place un génocide social. Forcément, il y a encore beaucoup de rancoeur. Les ouvriers attendent un discours de vérité de la part du président.

Le site ArcelorMittal de Florange est-il aujourd'hui rentable?
On nous demande de courir le 100 mètres avec des semelles de plomb. Il y a une incohérence industrielle au sein de la branche européenne d'ArcelorMittal : chaque site est en concurrence avec un autre. L'amont est déconnecté de l'aval et le moindre défaut de logistique ou de maintenance paralyse toute la chaîne. Aujourd'hui, sans les hauts fourneaux, le site est certes rentable. Mais c'est à flux tendu.

Depuis son échec dans le dossier Florange, Arnaud Montebourg préfère évoquer les entreprises qui marchent plutôt que les emplois. Cela vous inquiète-t-il?
Aujourd'hui, la ligne directrice du ministre du Redressement productif est de parler des emplois de demain. Alors qu'il faudrait d'abord garantir les emplois d'aujourd'hui! Le dossier ArcelorMittal est l'arbre qui cache la forêt : les Petroplus sont toujours en lutte, les Fralib et les Sanofi se bagarrent toujours, etc. Avoir une idée sur des perspectives d'avenir, soit. Mais cela n'empêche pas la destruction continue d'emplois industriels à moyen terme.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article