Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le travail de nuit pour baisser la facture électricité.

Nouvelles du front

de l'exploitation sans borne

avec l'aide de Borne

Le travail de nuit pour baisser la facture électricité.

Ce 21 septembre à midi, cela faisait le sujet d'entrée du JT de Fr2 en déplacement dans une usine qui fabrique des enveloppes pour le courrier .

Pour économiser sur les coûts énergétiques de l'usine, le patron -chantage à la fermeture - pousse à l'intensification du travail de nuit. De 2 équipes, il passerait à 5. Cela donne une idée de la taille de la "PMI".

5 chaines travaillant de jour ou de nuit, des perso administratifs et secrétarit du boss, les expéditions qui ne doivent ps se faire sans personnels, cela doit faire plus de 49 salariés. présentation de deux salariés résignés ou fatalistes. Pas vu dans le reportage de représentant syndical, ou du CSE .

 

Rappelons quelques points de droit du travail (à ce jour,malgré le PS, tout n'a pas été laminé):

L'accord collectif définit la durée maximale quotidienne du travail de nuit.

En l'absence de précisions dans l'accord, la durée quotidienne de travail de nuit ne peut pas dépasser 8 heures de suite.

Le travail de nuit est justifié par la nécessité d'assurer la continuité de l'activité de l'entreprise. Il doit être exceptionnel. La période de travail de nuit est d'une durée de 9 heures minimum. Dans certains secteurs (la presse par exemple), cette période est d'une durée de 7 heures. Au-delà d'une certaine fréquence, le salarié est considéré comme travailleur de nuit et bénéficie de droits particuliers.

Avant son affectation à un poste de travail de nuit, le travailleur de nuit doit passer une visite d'information et de prévention.

Cette visite est réalisée par un professionnel de santé (médecin de travail, infirmier par exemple).

Le médecin du travail peut prescrire des examens spécialisés complémentaires. Ils sont à la charge de l'employeur.

Peut-on obliger un salarié à travailler la nuit ?

Le passage d'un poste de jour à un poste de nuit est une modification du contrat de travail que le salarié n'a pas l'obligation d’accepter.

 

L'argument de la boite (qui rappelons-le ne conditionne pas des médicaments ou des produits frais mais fabrique des envelloppes pour le courrier) défendu principalement par un gugusse et une gugustine qui ne savent pas de près ou de loin ce que c'est de bosser la nuit, est motivé par le coût de l'électricité "moins cher la nuit" pour baisser les côuts de production et maintenir ... les marges (lire bénefs). Cela au prix de la santé des ouvriers sur les chaines usés prématurement par cette organisation.

L'espérence de vie de ceux qui y sont contraint est réduite, nous le savons de façon confirmées par l'accumulation d'études médicale. Elles confirment deux risques majeurs : accroissement de 15% des maladiés cardiovasculaires avant l'âge de la retraite et de 25% pour les cancers du poumon. "z'ont qu'à pas fumer " diront les parasites actionnaires ou obligataires depuis leur terrasse de Courchevel, le pont de leur yacht  ou leur chasse en Sologne.

Avec en prime un chantage à l'emploi : "soyez volontaire sinon on licenciera en gardant ceux qui acceptent sans rechigner" de prendre le chemin de l'équarissage social balisé par le patronat.

 

Devant ces situations, on fait comme les "Zoranges" négociateurs du poids des chaines ? Ou on se remet un salutaire dense et dynamique rouge au front ?

Confidence : ici, dans le paysage politique pour mener ce combat, pas grand monde ni en réel anticapitaliste déclaré, ni en rose hologramme.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article