Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Macron Über alles

Capitalistes de tous pays restez unis ...

et nous ferons de ceux

qui travaillent  à notre profit

 une masse d'esclaves.

Macron Über alles

Résumé des faits.

"S’appuyant sur différents témoignages et documents, dont de nombreux échanges de SMS, Le Monde conclut à l’existence d’un “deal” secret entre Uber et Emmanuel Macron à Bercy. Le quotidien fait état de réunions dans le bureau du ministre, de nombreux échanges (rendrez-vous, appels ou SMS) entre les équipes d’Uber France et Emmanuel Macron ou ses conseillers, citant notamment des comptes-rendus de réunions rédigés par le lobbyiste Mark MacGann"

Tout cela est tellement avéré que le château ne cherche même pas à démentir, 

Devant la montée en puissance des protestations et interpellations, l’Élysée a indiqué dimanche soir que Macron, comme ministre de l’Économie, était :

“naturellement amené à échanger avec de nombreuses entreprises engagées dans la mutation profonde des services advenue au cours des années évoquées, qu’il convenait de faciliter en dénouant certains verrous administratifs ou réglementaires”.

Un petit tour vers le dictionnaire s'impose. nous y trouvons cette définition :

Crime commis par un fonctionnaire public dans l'exercice de ses fonctions. Le refus d'appliquer la loi officiellement constaté, 
Manquement grave à une parole donnée, à son devoir; trahison de la confiance d'autrui.
 
Cela se nomme forfaiture.
Si les agents stipendiés du capital exerçants pour celui-ci des missions régaliennes n'ont de cesse de sortir du code pénal le crime de forfaiture, les faits restent qualifiés et devraient donner du grain à moudre à la Haute Cour de Justice de la République.

Certes le statut d'intouchable du logé à nos frais Faubourg St Honoré le rend dans l'instant inatteignable. Pour autant, en rappelant que les faits s'étant produit quand il était ministre des finances, ils sortent de cette prtection fonctionnelle et il est possible de prendre rendez vous dès maintenant pour le 1er juin 2027. D'ici là des juges peuvent instruire à partir des preuves accumulées voire en rechercher de nouvelles dissimulées.

Mais le citoyen ministre Touthenmacronaparte n'était pas seul et, puisqu'Über il y a, rappelons qu'une certaine Calamity Borne était la ministre des transports qui accompagnera le VRP des flibustiers des Taxi dans les prises de décisions et adaptation des lois permetant à la mygale des fiacres de faire ses ravages dans la profession. Le tout en offrant à la multinationale le statut déréglementé rendant dépendant de fait - indépendant de droit d'über les chauffeurs chargés de gonfler les coffres outre atlantique fraudes fiscales comprises.  

Bureau à San Francisco, coffres aux Bermudes via les Pays bas, cela n'a pas empêché des professionnels des impôts, après perquisitions surprises et malgré les appuis dont disposent ces Corleone du sapin* d'imposer en deux temps(2018 puis 2020) un redressement fiscal peu douloureux pour la multnationale.

La plateforme américaine de VTC Uber a été redressée à deux reprises par les services de Bercy. Les régularisations ont eu lieu en décembre 2018 (pour les années 2012-2015) puis en mars 2019 (pour les années 2016 et 2017) pour un total cumulé de plus d'un million d'euros. Si le montant exact reste confidentiel, secret fiscal oblige, la société aurait, selon nos informations, réglé près de 600 000 euros sur le premier versement puis 700 000 euros sur le second. (sources: l'express 2020)

 

Après ces redressement, faut quand même entretenir la façade, Capital (pourtant au titre si renvendicatif de qui il sert ) nous éclairant le 10/12/2021:

3,3 millions d’euros. Tel est l’impôt sur les bénéfices dû par les filiales françaises d’Uber l’an dernier. Une somme ridicule dûe aux revenus eux-aussi ridicules déclarés par le Californien en France. Ainsi, la principale filiale, Uber France SAS, a déclaré un chiffre d’affaires de seulement 76 millions d’euros, très loin de l’activité réelle du VTC. En 2018, ce chiffre d’affaires avait été estimé à 240 millions d’euros.

Explication: le chiffre d’affaires réalisé en France n’est pas déclaré par les filiales françaises d’Uber. Ainsi, Uber France SAS a uniquement un rôle d’“assistance, support et marketing”. En réalité, le chiffre d’affaires généré en France est déclaré aux Pays-Bas, par une société baptisée Uber BV. C’est avec elle que vous contractez lorsque vous prenez un VTC ou commandez un repas, comme l’indiquent les conditions d’utilisation. Cette société néerlandaise appartient à une autre société néerlandaise, Uber International BV, qui elle-même appartient à Uber International CV, société immatriculée aux Bermudes jusqu’à son rapatriement aux Pays-Bas en 2019. Depuis cette date, Uber International CV (comme Uber France SAS) appartiennent à la société néerlandaise Uber NL Holdings 1 BV, qui elle-même appartient à la société singapourienne Uber Singapore Technology Pte.

précisions sur le niveau de la faute : la discussion des lois de la République (exposé des motifs)  amène à ce constat : "les activités de transport des VTC ne se font pas toujours dans le respect des règles, pourtant peu contraignantes, du code du tourisme. Une société américaine du nom d’UBER, qui n’est pas transporteur mais entreprise de mise en relation entre des conducteurs et des clients, fait l’objet d’une procédure judiciaire de la part des services de l’État pour avoir mis en place une offre particulière UBER-POP qui s’apparente à une activité de taxi clandestin »." (sic)

Les aveux de complicités active du factotum de la rente avec les délinquants fiscaux étant maintenant publics nons attendons impatiemment l'avis du parquet national financier. Nul doute que Dupont Moretti doit chercher à distribuer des sourdines.

 

 

*Selon le dictionnaire historique de la langue française "sapin  désignait un fiacre, ce bois entrant dans la fabrication de la voiture, puis (XXe S. :1935, Simonin) un taxi."

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost1
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article