Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Prix de l'huile, comment le capital s'engraisse-t-il ?

Prix de l'huile, comment le capital s'engraisse-t-il ?

Référendum de 2005,

Maastricht et autres épices à profits

payés par les familles.

Quel rapport avec le prix d’huile d’arachide, celui le fromage à raclette ou du poulet de bresse ?

Le nirvana du profit s’est ouvert avec la mise en œuvre dans l’UE de cet « espace de concurrence libre et non faussée » instauré par la mise en œuvre par ces traités.

Auparavant les prix -système capitaliste oblige - étaient calés sur "la loi de l’offre et de la demande" à partir de la production réelle des biens de consommation, de la proximité de la production et pour certains produits de première nécessité par des outils politiques de régulation que l’UE a fait voler en éclat pour livrer l'espace total au marché où le profit escompté est l'unique mode de régulation.

Le prix du quintal de blé ou de graines de moutarde, comme celui du baril de pétrole ne se règle plus entre producteur et besoins de consommation (valeur d'usage et valeur d'échange) mais à la bourse de Chicago qui détermine la volatilité des cours à partir d’une spéculation (exclusive valeur d'échange) alimentée par l’appréciation des seigneurs du marché, saigneurs des peuples, et leur réseaux internationaux de la City de Paris ou de Francfort pour organiser le profit maximum possible. Organisant de fausse pénurie et faisant flamber les prix sur des stocks établis de longue date. Cet forme aboutie de l'impérialisme économique entravant les vélléités identhiques de l'impérialisme Russe en croissance nous donne la guerre en Ukraine.

Vous noterez que pour pouvoir alimenter cette idée de la crise ukrainienne responsable de l'incandescence du côut de l'arachide, qui comme chacun sait pousse spontanément sur les berges du Dniepr, après avoir des années dit que c’était de la faute des chinois si tout augmentait, nous apprenons que - sauf si Kiev serait devenue la capitale du Céleste Empire - ce serait donc maintenant la faute de l’Ukraine et de la guerre, laquelle est alimentée des deux cotés par d’autres boursiers tout autant oligarques que ceux de agro-industriel.  Vous allez voir Buitoni et Nestlé ne vont pas tarder à nous dire que ce n'est pas la suppression des controles sanitaires mais la crise ukrainienne qui est responsable du manque d'hygiène dans leurs usines. 

Les uns vendent des canons pour bombarder les populations tandis que les autres se gavent du montant des spéculations conséquences des dévastation commises par les premiers

Mais personne ne parle du pillage néocolonial sur les ressources agro alimentaires tel ce "paysan Breton" qui se retrouve avec 3500ha de terres volées au peuple ukrainien avec l'accord de leur gouvernement.

Il n'est pas seul. d'autres riches céréaliers beaucerons où équivalents, tous gavés des fonds de la PAC (et donc nos impôts) spéculent sur le blé ukrainien. Certains, parfois les mêmes  poussent à la culture du haricot vert de côte d'Ivoire qui use des surfaces vivrières dont les ivoiriens ont besoin pour survivre. Pour ne rien dire de l'huile de palme. Alors que dans l'UE, c'est primes à la jachère, et droit d'user de produits phytosanitaires ici, épuisement des sols là-bas, et trafic de main d'oeuvre pour les travaux saisonniers  le plus importées des pays pillés leurs peuples subissant de la misère.

Ce sont les fauteurs de guerres qui affament. Comme les marchands de canons, ces "agriculteurs" en font partie.  Raison de plus de mener le combat pour la paix pour nourrir l'humanité ; bien plus intensément

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost1
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article