Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Indignations patronales

"Et en plus

ils voudraient être mieux payés,

travailler moins ?

pourquoi pas être déclarés

tant qu'ils y sont"

Indignations patronales

C'est un florilège dans la presse quotidienne régionale diffusant sur les zones touristiques. Le lobby patronal déverse ses poubelles de haines de classe contre "ces feignants qui refusent de bosser" sous les ordres de ceux qui condescendent à parfois les payer au lance pierre,  éreintant au passage ceux des restaurateurs -moins souvent des hôteliers- qui tentent de se remettre dans les clous de pratiques sociales plus dans les normes. "Vous rendez vous comppte ? Pas encore assez d'Ukrainiennes pour prendre la relève, ces salauds vont nous gâcher la saison"

Mais quand un-e journaliste fait bien son taf - il y en a, on en apprend (en fait se confirme) de belles : violences verbales, voire physiques, heures sups non déclarées et souvent non payées, chantage à la carte de séjour pour les sans papiers surexploités, retenues illégales en matière d'avantages en nature... la liste reste ouverte.

Tout autour de ce Phare ouest où réside Canaille le Rouge, certains ont préférer mettre la clé sous la porte et partir sous d'autres cieux pour ne pas augmenter les salaires et avoir à respecter le droit du travail. Dans leurs nouvelles activités gageons que la CCI d'accueil saura leur être disponnible et leur faciliter l'installation.

Arguments de nos esclavagistes contemporains : "Si on devaient les payer comme ils le demandent, il ne nous resterait rien ou presque". Démonstration s'il le fallait que c'est bien les salarié-e-s qui créent la richesse et pas celles qui tient le tiroir caisse ou celui qui hurle à coté du passe plat.

 

Peut être un dessin animé de ‎texte qui dit ’‎PENURIE DE SAISONNIERS LES JEUNES, ON DİRAIT SA LES iNTÉRESSE PLUS DE SE FAIRE EXPLOITER, C'EST FOU! Thenardier Bières 平 tapas 9 金け መመረያላን ١١۱ عء soulcé‎’‎

 

Cette colère est réjouissante. Elle indique qu'enfin les salarié-e-s tapent du point sur la table en matière de salaires tout comme les personels commerciaux navigants de Ryanair pour ne citer que ces deux branches parmi les plus vulnérables aux pressions patronales. Ils participent à l'onde montante des gaziers électriciens, agents des TU, les cheminots, métallos, agro-industriels, commerce, chimie, fonctionnaires etc. montrant ainsi que la convergence de luttes n'est pas un rendez-vous calendaire mais le rassemblement autour de revendications qui fédèrent les actions.

Au passage cela montre la dichotomie entre débat politique et luttes sociales. Si l'alternative indispensable pour sortir du capitalisme demande d'occuper les deux espaces et sur des bases de classe affirmées, l'une ne peux avoir mission de se substituer à l'autre et ne peut prétendre exercer de tutelles sur l'autre.

 

Une donnée décisive pour la CGT qui s'engage dans la préparation de son congrès. La montée des colères sociales et des luttes dans le monde, toutes tournées contre le grand capital et ses différents sous traitants, la colère contres les politiques de casse sociale et de livraison à la rente des services publics, la marchandisation de la santé devra conduire, y compris au plan international, à déterminer comment et avec qui travailler.

La CES silencieuse sur Ryan Air et autres luttes dans l'UE, muette sur la marchandisation de la santé, la privatisation des services publics, son acceptation des directives européennes, est-elle le lieu où les revendications peuvent se fédérer dès lors que sa direction refuse de s'y engager. La FSM porte-t-elle alternative? Cela demande débat dans les structures de l'organisation.

Et si de la même façon qu'il a fallu sortir de l'union des sigles pour revenir aux rassemblements autour de la revendication nous extrapolions le débat en commençant par poser enfin la question dans les syndcats :"Dans cette troisième décénnie du 21e siècle, de quelle activité internationale une CGT porteuse de son histoire à besoin pour être utile au monde du travail, une CGT ancrée sur ses repères de classe, offensive, solidaire et à la pointe du combat de la PME de la Dordogne aux multinationales aux mains d'oligarchies de toutes latitudes pour faire avancer les valeurs humanistes et progressistes , pour aider le monde du travail de faire reculer l'exploitation capitalistes jusqu'à s'en affranchir?

Là en ce début d'été 2022 est la vraie peur du connétable du MEDEF logé à nos frais Faubourg St Honoré.

 

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost1
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article