Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Année Napoléon, Fouché place Beauvau, droit de manifestation, la nouvelle doctrine Macron

L'homme de toutes les trahisons,

Celui de la garde robe réversible

adaptable tout régime

pousse les feux de la provocation

 

Année Napoléon, Fouché place Beauvau, droit de manifestation, la nouvelle doctrine Macron

 "...avec ce qui s’est passé mercredi, et avec les décisions de Gérald Darmanin aujourd’hui, on est dans une rupture. Il y a, pour moi, une volonté de faire taire l’ensemble de forces démocratiques, dont l’AFPS. C’est particulièrement grave".

 Bertrand Heilbronn, président del AFPS

Avec l'arrestation du Président de l'AFPS qui conduisait une délégation officielle à la sortie de son rendez-vous avec le ministère des affaires étranfgères, alors que les organisateurs - dont lui même - pour éviter tout incident avaient appelé les présents à ne pas rester et rentrer chez soi, le Préfet de Police - homme lige du témoin assisté pour violence sexuelle par ailleurs ministre des chaussettes à clous - a rompu unilatéralement avec toutes les pratiques en cours en matière de rassemblement dans l'urgence.

Une pratique qui permettait d'organiser l'expression des solidarités, sentiments, joies, peines, de façon encadrée et cela depuis des dizaines d'années. 

Au-delà de cette déja insupportable atteinte au droit constitutionnel et démocratique de manifester, alors que les deux compères viennent d'être sévèrement condamnés dans un rapport de la CNIL* pour l'usage illégal de drones contres les manifestants, le préfet de police passant outre cette condamnation, ceux-ci décident arbitrairement de ne plus organiser de négociation-organisation pour les manifestations.

Cela se produit juste après la mise en évidence de la complicité des agresseurs de la manifestation du 1er mai à Paris avec les forces de "l'ordre", ces dernières ayant balisé et réalisé les conditions du guet-apens.

Il s'agit d'un nouveau seuil de franchi dans la volonté de contraindre les libertés, après la nasse, la cage.

La police nationale et ses appendices locaux sont mobilisés dans une stratégie qui renoue avec les pratique de Chiappe, Papon, Frey et Marcelin.   

Parlant de Fouchet Napoléon disait qu'il était "de la merde dans bas de soie".

Avec Darmanin le règne de l'acrylique s'installe place Beauvau pour succéder à la soie.

 

* Voir l'article de Médiapart qui raconte comment Darmanin tente d'échapper à sa condamnation :

"Drones: comment Gérald Darmanin a voulu échapper à toute sanction
 PAR CLÉMENT LE FOLL ET CLÉMENT POURÉ

Alors que le Conseil constitutionnel doit se prononcer sur la loi « Sécurité globale », Mediapart révèle que le ministre de l’intérieur a tenté, fin 2020, d’échapper à une sanction de la Cnil qui enquêtait sur cette surveillance illégale. Il a surtout réclamé que cette sanction, une fois prononcée, soit dissimulée aux citoyens et aux parlementaires.

Non seulement, le ministre de l’intérieur défend, auprès de la Commission nationale informatique et libertés (Cnil), des pratiques de surveillance manifestement hors des clous, mais surtout il réclame que la sanction qui lui pend au nez, si elle devait être confirmée, ne soit jamais publiée.

En clair : il veut qu’elle soit dissimulée aux citoyens et aux parlementaires, au moment où l’Assemblée nationale planche justement sur la loi « Sécurité globale », dont un volet prévoit la généralisation de l’utilisation des drones par les forces de l’ordre. « Les conséquences » de la publicité d’une telle sanction seraient « susceptibles de nuire aux travaux parlementaires en cours », ose Gérald Darmanin."

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article