Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Macron-Castex ou la citée de la peur

 

Après la péroraison télévisuelle

de Fantômasque

Macron-Castex ou la citée de la peur

Quelque soit par ailleurs l'approche qu'ont ses membres des traitements à déployer, la quasi totalité du corps médical est vent debout face aux indécisions du pouvoir pour faire face à la pandémie.

En guise de combat, c'est un replis élastique sur des positions impréparées pour céder aux exigences du MEDEF et des barons des Chambres de Commerce et d'Industrie.

Que Touthenmacronaparte ait délégué à Fantômasque le soin d'annoncer leur variant politique des lois de l'inertie fait plus du premier ministre un fusible de luxe qu'un chef de gouvernement paré de ses prérogatives et obligations constitutionnelles.

Mais se contenter d'en rester là permettrait de ne pas voir le fond de la stratégie qui maintenant est établie.

Pour éviter les risques cumulées d'explosion sociale tant la situation devient individuellement et collectivement insoutenable, le pouvoir organise via les média une sorte de "management" de la pandémie par la peur et l'attente de décisions en permanences retardées ou contredites pour entretenir cette peur.

Même parmi les média quadrillés par ses chiens de garde, l'opération a du mal à passer. la ré

Tous les choix et décisions du gouvernement, de la soumission aux ukases de bigpharma, à cette désorganisation du système de vaccination qui indigne et met ceux chargés de la réaliser dans des colères noires comme la persistance de la fermeture en cascade des lits d'hôpitaux alors que tous les avis des épidémiologistes annoncent pour la fin février une submersion des capacités de soin, tout cela démontre non pas une incapacité mais la poursuite d'un cap méthodiquement établi et suivi : le moyen de vider de sa substance tout le système sanitaire basé sur la sécurité sociale et de finir de livrer la santé publique dans les mains du grand capital.

Le scandale de la fourniture des vaccins et l'impérialisme des labo alimenté par l'UE qui fait semblant de s'insurger confirme le cadre de cette stratégie.

Cela se conjugue avec d'autres décisions encadrées par des mesures répressives pour qui voudrait s'en échapper telle la claustration* de toute la jeunesse étudiante simultanément au maintien des écoles et collèges ouverts pour que le medef dispose sans contrainte de sa chair produire du profit.

Tout cela participe de cette organisation qu'on peut qualifier de Pratique Terroriste d'Etat  menée par un pouvoir aux abois (où bientot prés la moitié des ministres -dont ceux en responsabilité régalienne- sont sous le coup d'enquête judiciaire, ce qui en dit long sur la vertu du dit gouvernement).

Un seul enseignement peut être tirer de la prestation d'hier soir.

Il faut y voir l'annonce de la décision du factotum du MEDEF de tout faire pour continuer de squatter l'Elysée et s'y faire entretenir à nos frais.

En agissant de cette façon et en attisant la colère des catégories les plus poujadistes de la société française, pariant sur leur capacité de nuisance, il a engagé - à nos frais - la campagne électorale de celle qu'il a choisie comme challanger.

Le Capital pourra ainsi dormir tranquille durant des années. 

Raison de plus pour ceux qui veulent une rupture de ne pas entrer dans ce jeu et cet agenda et de non pas vanter leur camelotte mais de proposer à notre peuple de construire son alternative à partir de ses éxigences sociales économiques culturelles traçant le cap cette politique de rupture insispensable.

il ne semble pas que leur prédilection à courrir après le mickey suspendu par la chaine des sondages l'oeil rivé sur mai 2022 ne les tire vers cela.

Vu l'urgence, il va falloir faire sans eux, et en l'état c'est presque une bonne nouvelle.

* la définition de claustration est édifiante : "Réclusion volontaire d'un sujet à son domicile, par crainte des contacts sociaux ou par indifférence à leur égard". Que dire de plus ? 

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article