Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Si le pouvoir en Iran est despotique, cela autorise-t-il pour autant l'impérialisme américain de décider d'y faire sa loi ?

 

Qui est où,  et y fait quoi ?

Si le pouvoir en Iran est despotique, cela autorise-t-il pour autant l'impérialisme américain de décider d'y faire sa loi ?

Voilà comment l'Iran encercle les USA de plus d'une vingtaine de bases militaires.

En n'oubliant pas que si le pouvoir en Iran est ce qu'il est à ce jour, c'est historiquement dû aux USA et leur soutien au tyran Pahlavi* ci devant "Shah", installé par les USA par un coup d'état contre une République laïque et progressiste iranienne.

Le pouvoir des Mollahs n'est que l'équivalent de celui des autres auxiliaires des USA et leurs fondamentalistes évangélistes.

Sauf qu'en Iran les USA n'ont pas la maîtrise des richesses pétrolières gazières et minières que d'autres fondamentalistes utilisent à leur profit grâce à une répression aussi insupportable que celle dont usent les protégés de la camarilla Trump.

Fomenter un attentat contre un dignitaire d'un pays, cela sur le territoire d'un pays tiers est signifiant d'une réelle déclaration de guerre dont Trumpholamour s'arroge le droit d'user au mépris de tout le droit international en passant par dessus l'ONU.

Dans l'histoire contemporaine, nous sommes devant une variante d'un sinistre remake de l'assassinat du chancelier autrichien  Engelbert Dollfuss par Hitler pour parvenir à l'Anschluss, tentative de main mise sur l'Autriche, qui sera alors combattu par le pouvoir de Vienne tout autant fasciste que celui de Berlin.

Se réjouir de l'assassinat du général iranien en 2019 est de même nature que se féliciter de celui de Dolfuss en 1934. 

A méditer.

 

Pour rappel ou information pour les plus jeunes : Mohammad Reza Pahlavi  arrive sur le trône de Perse en 1941 pour succéder à son père un peu trop marqué pour la puissance coloniale britannique dans ses extrêmes familiarités avec l'Allemagne Nazi.

Le fils, aussi démocrate que le père refuse de voir celui qui est pourtant son premier ministre (Mossadegh) nationaliser l'industrie pétrolière et dès 1953 instaure une dictature à la façon Pinochet avec une police polie politique la Savak.

Pahlevi se rapproche vite des États-Unis et entretient des liens très étroits avec la Maison-Blanche, en particulier avec les présidents  Eisenhower et Richard Nixon.

Ensuite, comme pour les Talibans en Afghanistan, les USA via la CIA vont préparer leur avenir dans la région en soutenant fortement l'expression de mouvements contestataires étudiants et financer la communication pour la révolution islamiste de l'ayatollah Khomeiny. L'enjeu étant de garder la main sur le Pétrole du moyen orient et contenir voire contrôler l'OPEP.

Le poids de l'alliance américaine avec l'Arabie Saoudite et les autres monarchies dictatoriales du golfe persique (Koweit, Bahrein, Émirats arabes unis et Oman) dans un premier temps partenaires de l'Iran dans l'OPEP, mais rivaux pour la maîtrise du Golfe Persique, vont conduire les USA et tous leur présidents succcessifs  à chercher par TOUS les moyens  à entraver le développement économique de l'Iran à partir du moment où les États-Unis mesurent  ne plus être en mesure d'avoir la main sur le jeu politique à Téhéran. Vous connaissez la suite.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article