Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Anniversaire et façon de le commémorer ou, contrepèterie, une tête de Pont du couvoir

C'était il y a 5 ans

Anniversaire et façon de le commémorer ou, contrepèterie,  une tête de Pont du couvoir

7 janvier 2015, La terreur théofascisante s'abattait à Paris.

La Rédaction de Charlie assassiné le 07, le 09 l'Hyper casher et ses morts ses blessés. un traumatisme qui ne s'éteindra pas.

Et, ridicule crépidule s’empilant de façon obscène sur la doxa réactionnaire, un député de l’astéroïde glauque macronien nommé Pont en vient à traiter les grévistes de preneurs d'otage.

La Colère froide devant cette injure à chaque fois réchauffée permet à Canaille le Rouge de rappeler deux choses :

  • 1) Comme a su le faire admettre un cheminot à un usager remonté contre les grévistes, les halls de gares ne sont ni le Bataclan ni l'Hypercasher et les usagers, s'ils sont pris en otage, le serait plutôt par les membres du gouvernement qui privilégient leurs vacances plutôt que de travailler à sortir de cette crise. On peut dire la même choses des dépôts RATP, des hôpitaux, des raffineries de Pétrole, des centrales EDF  ou des entreprises et services, secteurs de l'économie qui par la lutte veulent se faire entendre et obtenir le retrait du projet Macron.
  •  
  • 2) Puisque le terme est utilisé par ceux qui stigmatisent ainsi toute lutte sociale, transformant le temps d'un conflit leurs clients (soumis à des tarifs prohibitifs des "lois" du marché), en usagers privés de leurs services publics (que les mêmes s'acharnent à détruire pour le piller), rappelons donc que la pratique historique des gouvernement de la 5e République depuis l'Affaire Claustre jusqu'à nos jour est non seulement de négocier, mais aussi par des canaux plus ou moins discrets de payer rançon.

Le gouvernement d'E. Philippe qui sait négocier avec les preneurs d'otage dès lors que les intérêts d'Aréva ou des marchands de canons sont en jeux, parfois au mépris des otages eux-mêmes, sait organiser réceptions, cortèges présidentiels et ministériels avec TV sur le tarmac de Villacoublay mais, janvier 2020, refuse de négocier ouvertement avec ceux qui sont en grève préférant des intermédiaires à la libyenne plus ou moins glauque. Ce sera quelle commission pour Berger ? 

C'est bien que le concept défendu par la nordique  tête de Pont pataugeant dans le Marécage UDF-UDI LREM  n'est pas opérationnel concernant les travailleurs en lutte mais qu'il puise dans son propre référentiel et us et coutumes des siens pour accuser les autres.

A l'échelle de ce protozoaire de la politique, c'est ramener à son niveau de néant la stratégie dont use Trump au plan planétaire. Et même là, il est ridicule.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article