Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

En direct d'Ecosse ; le monstre du Loch Ligoness. Prélude à un castanerxit ?

 

Ou comment fabriquer

des marronniers

pour éviter les châtaignes 

 

En direct d'Ecosse ; le monstre du Loch Ligoness. Prélude à un castanerxit ?

Un désastre écolo-industriel ?

-Vite qu'Ici Pouris-Soir parle en boucle du monstre du loch Ligoness !

Un proche du château, transfuge des anciens détenteur du bail, surpris à frauder, dissimuler voire voler ?

Un Ligonessy vite, pour occuper les unes des média !

La Missi dominici de château, pour cause d'indélicatesse se voit refuser ses lettres de créances par les barons de l'à-coté ?

Le Loch Ligoness et ses brouillards et suaires vont jeter un voile pudique sur le moment délicat qui perturbe le protocole du châtelain et lui laisse le temps de trouver un.e remplaçant.e crédible sur le marché.

Dans cette société du tout marchand, le marché du fantôme et du monstre semble devenir florissant.

Peu féru de géographie, il semble que la grande Bretagne inspire la politique française. Ne dirait-on pas qu'un ersatz de Stapleton  semble opportunément être sollicité, tel Nessy en août, pour venir au secours du cacou des tripots pris dans le bourbier de Beauveau et l'aide à tenter une fuite en avant dans le brouillard façon "chien des Baskerville". 

 

Steve, Harpon, Nice Marseille, J Rodrique, G Legay, et maintenant un faut Dupont de Ligonnès,  bavures, mutilations, fautes, toujours au cœur, le même histrions qui sous les projecteurs roule les mécaniques pour éviter qu'on regarde dans les coulisses celui qui tire les ficelles.

Le Castanerxit, fusible de l'alimentation du château, certes de luxe mais mal taré et en surcharge, se précise.

 

PS : en attendant ce pauvre quidam qui aura eu Interpol et  toute la Beauvau-connexion aux fesses pendant plus de 18h00, quelles excuses publiques, quelles dédommagements ? 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article