Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A propos de la prolifération des actes racistes et antisémites

 

Traquer et réprimer leurs auteurs. 

Extirper les racines.

Imposer au pouvoir

qu'il cesse la mansuétude 

et fasse de ce combat

une priorité. 

 

A propos de la prolifération des actes racistes et antisémites

Avant d'en entamer ce message, Canaille le Rouge a été vérifier. Près de 20 p@ges de ce c@rnet sont consacrées depuis un an à la dénonciation des causes et des manifestations d'antisémitisme et au moins autant, mêlées aux précédentes où traitant spécifiquement, au racisme.

C'est dire que ce sujet  est pour La Canaille une question politique majeure qui ne souffre pas d'échappatoire ou d'une coupable mansuétude hiérarchisant la façon de réagir à leur manifestation.

De même que les deux types de manifestations ne sont pas sécables tant leurs racines dans l'histoire de notre pays sont uniques et portées par le même arbres aux fruits vénéneux : l'intolérance organisée par une approche religieuse puisant, entretenant et justifiant dans le même creuset pour  le maintenir un système monarchique hiérarchisant les humains. Une organisation aristocratique de la société justifiant de façon idéologique les persécutions antisémites, les croisades anti-musulmanes, les dragonnades. Les mêmes, au nom de leur civilisation à coup de sabres et de goupillons bâtissant les fortunes contemporaines sur la traite négrière et l'exploitation coloniale.

Ces faits sont têtus mais archives et témoignages, chansons, frises des églises et châteaux, odes et livres d'histoire l'ont établi et ont participé à la transmission. Elle témoigne du crime pour l'éternité.

Les manifestations d'antisémitisme de cette période renvoient à ce creuset alimenté par toute la doxa intégriste chrétienne où se retrouve l'extrême droite antirépublicaine française avec la réactivation au grand jour de cette "Action française", celle de Léon Daudet et Charles Maurras, née de la ligue antisémite financée par Alphonse Daudet* lequel, de plus, fera éditer Drumond éditorialiste de la France Juive"chez Flammarion. Les racines de l'antisémitisme contemporain en France, à partir de l'affaire Dreyfus, part de la revanche sur les idéaux de 89 par la réaction, sont là.

Ce sont leurs descendants, tous actuels ou ex-colleurs d'affiches et nervis des partis de droite et d’extrême-droite qui tentent de se créer un espace dans le mouvement social actuel profitant du néant de la riposte politique indispensable de la part de ceux qui portaient, y compris dans la rue si besoin, le combat contre les idées qui vont se structurer dans les années 20 du 20e siècle autour du fascisme réunissant le capital, l'armée et l'église.

Au-delà des grandes déclarations plus ou moins médiatisées que font ceux qui se portent comme les successeurs voire héritiers de Marc Bloch, Gabriel Peri, Victor Basch, Paul Langevin,  ceux qui convoquent les mannes de Léon Blum, de Zola mais là ne prennent aucune initiatives de ripostes populaires de masse  ? L'affrontement est tel que la présence sur les lieux pouvant être gangrènés voir le devenant est la première urgence.

Peut-être se dire aussi que dans cet affrontement social qui sert de paravent aux racistes et fascistes de tout poils, pendant ce qui est à la fois un mouvement populaire avec ses belle pages mais aussi avec ces insupportables sanies, n'est-il pas urgent de ne pas laisser la CGT seule mener les initiatives de masse en particulier pour contrer les racismes dont cet antisémitisme où tout ce que charrie le caniveau pétainiste tente de déborder sur la chaussée et les trottoirs. L'extrême droite raciste fasciste ne peut tenter d'opération que là où elle trouve de l'espace politique pour se répandre et ce n'est pas au syndicalisme de lutte et de classe, même s'il y prend toute sa place,  de s'y confronter seul surtout quand de telles urgences se manifestent. 

Un combat politique à mener aussi contre un pouvoir tout occupé à réprimer le mouvement social. Un gouvernement qui laisse le charcutier rose-brun de Beauvau et ses vassaux préfectoraux gazer, matraquer, mutiler en flash-ballant et grenadant la colère populaire mais qui laissent le champs libre voire, comme on l'a vu à Lyon, protègent les fascistes et autre groupements nazis. Un pouvoir qui refuse de mener le combat contre les idées fascistes au sein de sa police et son armée sachant qu'en cas de besoin il pourra faire appel à ces bas instincts laissés ainsi libre de se structurer.

Même si des expressions d'un antisémitisme à combattre sans faiblesse peuvent sourdre dans certains espaces populaires, ne focaliser que sur celui-ci conduit à ne s'occuper que des surgeons sans tenter de déraciner la plante qui parasite la forêt "société française". Tous les jardiniers le savent arracher les lierres permet au arbres sains de croître. Le racisme, l'antisémitisme sont de ces plantes parasites qu'il faut vite éradiquer de la futaie.

*Comment est-il possible dans la France de 2019 de laisser salir du nom de Daudet cette myriade d'établissements scolaires, lieux culturels, nom de rues ?  Peux-t-on transférer les cendres de Simone Veil au Panthéon et laisser polluer l'espace publique du nom de celui qui forgera la part française de son arrestation et sa déportation, le responsable initial des conditions des persécutions antisémites de la France contemporaine ?  Cela aussi montre l'hypocrisie de la classe dominante et les reculs idéologiques de celles et ceux qui refusent d'engager ce combat.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article