Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le grain de sel de Roger

En prise sur l'actualité

Le grain de sel de Roger

Vous ne serez pas surpris de savoir combien Canaille le Rouge est en résonance avec ce qui suit.

"Sans remonter aussi loin, j'ai aussi participé à bien des luttes au cours de ma carrière à la SNCF et je peux témoigner que jamais la CGT n'est restée l'arme aux pieds dans la guerre des classes, tant pour combattre la politique antisociale des Chemins de fer que pour participer à des combats pour que la région mantaise vive et se développe pour le bien-être de ses habitants. Affirmer que toutes ces luttes ont été gagnées serait trahir la réalité. Mais seules sont perdues d'avance les batailles que l'on ne livre jamais.

Après la dernière grève des cheminots contre la casse du rail public français, les directions régionales de la SNCF, aux ordres du gouvernement et de l'UE du capital, sont tombés à bras raccourcis sur des grévistes. Au Pays basque comme partout ailleurs. C-dessous l'expression de la CGT des syndicats d'Hendaye, de Saint-Jean-de-Luz et de Bayonne.

Durant cette grève, le patronat routier et l'extrême droite n'ont pas été dans le camp des travailleurs du rail en lutte. Bien au contraire. Et aujourd'hui, les mêmes appellent à un blocage routier le 17 novembre contre la flambée des carburants, avec le soutien des médias inféodés au capital.

Les tarifs du gaz ont augmenté de 25% depuis le 1er janvier 2018. Les prix à la consommation ont augmenté de 2, 2% sur un an en France et le pouvoir d'achat est en dégringolade constante bien avant Manu 1er à l'Elysée. Les journaux de la Bourse écrivent par contre pour nous endormir: "France : l'inflation se stabilise à 2,2% sur un an en octobre",alors que le CAC 40 et les actionnaires, y compris ceux des entreprises non cotées en Bourse, explosent leurs profits.

78% des 998 sondés trouvent "justifié" l'appel aux blocages des routes le 17 novembre, selon un sondage Odoxa-Dentsu consulting pour France-info et Le Figaro. "Cette proportion est beaucoup plus élevée que lors des récents mouvements plus catégoriels", écrit France-info. Et pour enfoncer le clou: "Par exemple, le mouvement des cheminots n'était qualifié de "justifié" que par 39% des sondés."

Alors, on peut toujours regarder la situation sociale de notre pays par le petit bout de la lorgnette, s'engouffrer dans des impasses politiques sans solidarité avec son voisin ni boussole progressiste à l'esprit, croire qu'exploiteurs et exploités rament sur la même barque et tous d'un même élan.

Mais quand, France-info allié au Figaro, par exemple, rémunèreront-ils le sondage: "Trouveriez-vous justifié le blocage du pays pour l'augmentation du pouvoir d'achat et le plein emploi?""

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
R
Me referant a la celebre citation : " la preuve de l existence du pudding , c est qu on le mange" , je dirais que si l IHS a organise un colloque sur l institutionalisation syndicale, c est que le probleme existe , d ailleurs P MARTINEZ qui n est pas ma tasse de the et quI pratique trop a mon avis cette institutionalisation a fait une intervention sur ce sujet lors du congres de notre UD du LOIRET en 2015 en quelque sorte le pyromane qui crie au feu ...
Richard PALAO
R
Je pense avoir egalement une bonne connaaissance du terrain en tant que responsable de mon syndicat des retraites de la SECU et de membre de la CE de mon Ul ou nous pouvons constater cette institutionnalisation des syndicats
Quand a la CONF nous sommes nombreux a constater l accentuation de la derive reformiste avec sa participation a de faux espace de dialogues comme la CES le CESER le COR et sa participation a des negociations bidons comme sur la loi travail'et celle des retraites autant de temps perdu qui autait du etre utilise pour organiser et coordonner les lutte s
Richard PALAO
R
Petit fils de cheminot ( du temps de la vapeur) je partage ce texte et dit bravo a la CGT cheminot je n en dirais pas autant de la confederation qui devrait se demander pourquoi de simples citoyens sont amenes a defendre leurs pouvoir d achat face a la letargie des syndicats ce qui autorise la fachosphere a s eriger en defenseur des faibles
Nul doute que le syndicalisme institutionnel qui accapare les syndicalistes dans les reunions avec les patrons ou le pouvoir y est pour quelque chose
Richard PALAO
C
Je trouve que c'est une approche un peu distancié de ce qu'est la vie de la CGT au plan confédéral : la Fédération CGT est une de celle qui dans les instances jusqu'à la CE et au bureau confédéral donne le plus de moyens (dont des permanents en prise avec leur FD et leur syndicat) pour le fonctionnement de toute l'organisation.
Ensuite les fédérations et les syndicats sont majeur et il est faux de dire que les responsables passent plus de temps en réunion avec les patrons qu'avec les salariés. Sans même remonter jusqu'à G Monmousseau et ses éditos dans la VO , si le risque a couru dans les années 75-80, est revenu début 90, le mouvement de 95 et les luttes suivantes font que la CGT a le souci de se préserver de ce risque (je parle à partir de mon expérience personnelle qui certes maintenant dat, mais mes contacts ne traduisent pas de changement de pratique.
Un colloque organisé par l'IHS CGT sur "l’institutionnalisation" de l'activité syndicale s'est même tenu s'intéressant à ce sujet et a mobilisé de nombreux acteurs retraités pour réfléchir avec les militants en activité à cette question et mesurer ses pièges. C'est dire que ce n'est pas la pratique de la CGT.