Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

22 octobre, Retour sur l'Histoire

A propos des fusillades

de Châteaubriant,

de Nantes,

de Souge

et du Mont Valérien

22 octobre, Retour sur l'Histoire

Chacun sait que c'est en représaille des exéutions par la Résistance de trois officiers nazis (parce qu'en 1941 ne pouvaient être officier que des inscrits au NSDAP). Celui de Nantes, Holtz, étant de plus un agent de 5e colonne en France, il sera dès les premiers jours de l'occupation installé dans les principales responsabilités au sein des forces d'occupation.

Aujourd'hui, peu de gens savent ce qui conduira la Résistance communiste à passer à l'action armée.

Pierre Georges, Frédo des Bataillons de la Jeunesse, officier dans les brigades internationales ne s'est pas réveillé un jour en disant "ça y est, on va en dézinguer un". Il s'agit d'un processus, s'accélérant durant l'été 41, dû exclusivement à la politique répressive des forces d'occupation de sa collaboration politique (et économique).

Pour comprendre les événements, retour sur l'enchainement des faits.

Le 14 juillet 1941, les communistes appellent les Français à manifester dans toutes les localités de la France en entonnant la Marseillaise. La BBC appelle aussi à manifester. Pétain et sa clique, l'armée d'occupation interdisent toute manifestation.

Malgré les menaces, les appels seront entendus. Des cortèges d'hommes, de femmes et d'enfants vont déambuler sur les places de leurs villes et de leurs villages, arborant pour certains les couleurs nationales.  

Entre la nuit du 13 au 14 juillet, Marseille est constellé de papillons tricolores aux couleurs bleu, blanc, et rouge portant l'inscription : 14 juillet. Liberté. Égalité. Fraternité. Vive la République !

Le 14 juillet à Paris, un cortège de 300 personnes se forme place de l'opéra, la police charge, des bagarres éclatent sur les Grands Boulevards,  les soldats allemands intervienent. Des bouquets de fleurs ont été déposés par les anciens combattants devant les monuments aux morts, la police en a dénombré 2600 à l'Arc de Triomphe de l'Étoile; de la rue de Rennes à Belleville, De la Madeleine à la rue Jeanne d'Arc ou encore aux Champs-Élysées. Une centaine d'arrestations ont été opérées sur les grands Boulevards, ce 14 juillet, la police arrête plusieurs centaines de personne pour port de cocardes tricolores. La population en colère interpelle les policiers pour savoir si elle vit en France. Malgré la répression, le succès est certain.

le 13 aout 1941 la jeunesse communiste appelle à manifester  sur les grands boulevards en mobilisant les étudiants et les Jeunesses communistes. Le 13 août 1941 vers 19 heures, Olivier Souef, l’un des dirigeants des étudiants communistes, sortait de la bouche du métro Strasbourg-Saint-Denis avec un drapeau tricolore. Le signal était donné, les jeunes présents sur les trottoirs se joignaient au petit groupe, une quarantaine de manifestants se dirigeaient vers la place de la République en entonnant le premier couplet de « La Marseillaise ». 

Henri Gautherot et Samuel Tyszelman deux jeunes communistes des bataillons de la Jeunesse sont arrêtés et déféré devant le trunal militaire allemand le 18 aout, condamné à mort et exécuté le 19.

Fusillés pour avoir manifesté sur la voie publique. 

Le commandant du "Gross Paris" fait placarder une affiche disant :

« Le Juif Szmul Tyzelman de Paris, le nommé Henry Gautherot de Paris ont été condamnés à mort pour aide à l’ennemi, ayant pris part à une manifestation communiste dirigée contre les troupes d’occupation allemandes.

Ils ont été fusillés aujourd’hui. Paris, le 19 août 1941. »

22 octobre, Retour sur l'Histoire

Cet assassinat va décider la Résistance communiste, non sans débat, à passer à la lutte armée. Le 21 Pierre georges abat au métro Barbes Rochechouart un officier de la Krigsmarine et dit "Titi est vengé. 

La décision de la résistance conduira les jeunes communiste (souvent des combattant des brigades internationales malgré leur jeune âge à cibler des officiers des troupe d'occupation. Holtz à Nantes abattu par Gilbert Brustlein , et Reimers abattu par Pierre Rebière à Bordeaux.

La résistance communiste qui vient de passer à la lutte armée décide de rendre coup pour coup. Les autres forces, sur orde de De Gaulle, demande d'attendre et de ne pas tuer de soldats allemands. Les forces d'occupation assisté avec zèle par la camarilla pétainiste engage la politique des otages et des exécutions de masse.

Les fusillés de Souge (50) Châteaubriant et Nantes (48), du Mont Valérien (5)  le 22 octobre 1941, ne sont pas dus à des décisions de justices face à des actes aventuristes mais bien à l'engagement de la barbarie répressive de masse par les forces d'occupation et de sa collaboration.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
merci de votre message.
Non seulement je connais et apprécie le film mais sous mon état civil, hors pseudo, je participe à le faire connaitre. Les choix personnel et mes responsabilités associatives font qu'il vaut mieux parfois ne pas permettre les confusions.
Pour autant le militant de la mémoire que le citoyen est peut (et doit) faire que Canaille le Rouge intervienne à sa façon. Le tout est de ne pas tomber dans la schizophrénie, mon proche entourage est très vigilant sur ce point .
Cordialement
C le R
G
Vous me paraissez plutôt bien informé. Vous serez sans doute intéressé par le film que j'ai fait avec mes parents jeunes lycéens résistants: https://vimeo.com/64100011