Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

SNCF : leurres, appeaux et les curieuses découvertes de Canaille le Rouge

 

Un Chambord industriel : 

les chasses en battue du capital

les droites

  et leurs roses oranges rabatteurs

se déploient

 

 

SNCF : leurres, appeaux et les curieuses découvertes de Canaille le Rouge

"Passée les Borne, y a plus d'limites"

Confirmation de que dit ici Canaille le Rouge : pour le pouvoir, pour les chargeurs et les acteurs du capital, l'heure n'est pas au départ des Pepy's boys et leur chef, bien au contraire. Il leur est trop utile et tient sa feuille de route.

Bon de rappeler que Dame Borne, déléguée de l'élyséen fondé de pouvoir du CAC à rentes, a été en 2002,  directrice de la stratégie de la SNCF.

Ensuite maîtrisant son sujet, elle rejoint la société Eiffage en 2007 en tant que directrice des concessions. Cela au moment où Pepy organisait la politique (dont les PPP) dont on mesure les conséquences aujourd'hui.

Pas inutile de rappeler qu'Eiffiage au titre de ces PPP a reçu la concession de la construction de la LGV Bretagne qui est au cœur des dysfonctionnements en cascades en gare Montparnasse.

Mieux, le journal patronal du BTP "le Moniteur" nous apprend dans son édition du 6 mars 2017 que :

 " Petite révolution sur le réseau ferré français. Pour la première fois, la SNCF va confier l’entretien et la maintenance d’une ligne LGV à un opérateur privé, en l’occurrence Eiffage Rail Express pour la LGV Bretagne – Pays de la Loire. "

Truculente à la lumière de ce qui précède cette info de "BFM Business" du 17 février 2016 :

"Eiffage, attributaire d'un contrat à 3,3 milliards d'euros pour construire la ligne TGV Le Mans-Rennes, demande près de 200 millions supplémentaires à SNCF Réseau. Selon Eiffage, cité par Le Figaro, "comme le trafic de fret sera plus faible qu'imaginé au début, on nous a demandé de mettre de l'inox sur les rails pour éviter qu'ils ne se grippent. Cela a un coût".

Dans le cadre de procédures prévues dans les contrats, des experts vont être nommés pour dire si ces travaux doivent être payés ou non par SNCF Réseau. Leurs avis sont attendus au printemps 2016. En cas de persistance d'un désaccord, le litige pourrait être porté en justice mais ce n'est pas forcément dans l'intérêt des deux parties qui ont tout intérêt à s'arranger."

Et ils savent s'arranger. En ont-il causé en trinquant à la fin de la rencontre du 7 janvier ? 

Comme il est beau le monde des bisounours aux dents de requin du capital.

Dans d'autres temps voire d'autres contrées, ne parlerait-on pas de conflit d’intérêt ?

Comme une sorte de Trumperie sur la marchandise ? 

Le S.G. de la fédé CGT des cheminots remet les choses à leur place dans une interview à Franceinfo : 

SNCF : "Le gouvernement a besoin de Guillaume Pepy pour enfumer l'opinion publique", dénonce la CGT Cheminots

Laurent Brun, secrétaire général de la CGT Cheminots, dénonce sur franceinfo "la stratégie de la direction de la SNCF" alors que Guilllaume Pepy, le patron de la SNCF et Patrick Jeantet, responsable du réseau, sont reçus lundi par la ministre des Transports.

"le gouvernement a besoin de Guillaume Pepy pour enfumer l'opinion publique, pour multiplier les stratégies de communication, pour annoncer que tout va aller mieux pour que rien ne change. On a eu un plan sur les caténaires, un plan sur les aiguillages, maintenant on a un plan 'robin'  [présenté en septembre, 'rob' pour robustesse, et 'in' pour information voyageurs]... Des plans, Guillaume Pépy en a présenté un certain nombre, à chaque fois c'est déshabiller Paul pour habiller Jacques !" 

La ministre des Transports Elisabeth Borne a été à "la stratégie de la direction de la SNCF à une époque, rappelle Laurent Brun. Elle sait pertinemment quelle est la situation de l'entreprise". La réforme de 2014, selon Laurent Brun, a aggravé la situation : "On a éclaté le système en trois opérateurs [SNCF, SNCF Réseau et SNCF Mobilités] au lieu de deux et on n'a pas apporté de fincancement nouveau. Si aujourd'hui, on nous annonce qu'on réunifie le système et qu'on apporte des financements nouveaux je dirai que nous allons vers quelque chose de positif, mais ce n'est pas ce qui est prévu" a conclu Laurent Brun.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article