Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ouiiiiii ! le loto !!

 

C'est ça, 

bon sang mais c'est bien sûr.

Canaille le Rouge s'en veut

de ne pas y avoir pensé 

avant.

 

Ouiiiiii ! le loto !!

Bon, évidement, le financement participatif, là, ça ne peut pas marcher.

Demander à ceux qui touchent de cracher au bassinet, peu de chance de remplir la cagnotte.

Donc, il faut changer d'angle d'attaque.

Et là, l'idée est géniale : le Loto.

Canaille le Rouge propose juste de rendre le système plus efficace tant culturellement que financièrement.

Il faut des sous pour entretenir le patrimoine historique et culturel du Pays.

Et des sous, le gouvernement nous dit une larme coulant en cadence le long d'une ride botoxisée, "yenapumépudchépu".

La Canaille, vengeur masqué indépendant mais pas neutre, a la solution.

Et oui !

Voila: le gouvernement demande à la Française des Jeux de monter un Loto pour payer le CICE (chacun peut miser à la limite de ses revenus).

Dès lors, la part de la loi de finance 2018 consacrée au CICE peut être versée à la culture et quelques autre approches convergentes.

Regardez par combien cela multiplie le budget de la rue de Valois!

Et les patrons qui clament que la réussite n'et due qu'à l'effort individuel se trouvent consonance avec leur thèse.

Et Touthenmakron qui n'y avait pas pensé tout seul !

Faut tout leur dire !

Mobiliser les reflexes civiques par l'investissement aléatoire de la Française des jeux  pour financer la rente que les voleurs du CAC à rente se versent et user de l'argent publique pour assister l'art et la culture, qui oserait dire que c'est de parti pris et obsolète ? 

Là où Canaille le Rouge vient de poser ses valises, pas sûr que le député du coin, berniqué à la super glue amarinée sur les roches de l’Île Longue, pour rayonnant qu'il soit, porte les termes de ce débat.

Pas grave usons ne nos réseaux et relais pour faire avancer l'idée.

 

P-S : pas question d'user de cette pratique pour sauver les partis politiques en péril, cela d'une part en application du préambule de notre Constitution. Et de plus qui irait miser sur les faillis d'hier, les menteurs d'aujourd'hui, les rases-gratis de demain ? 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article