Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Un patron catalan serait-il soluble...

Dans une solution républicaine

 violet jaune et Rouge

Un patron catalan serait-il soluble...

La république voulue par la droite catalane aux affaires à Barcelone garantit-elle plus de droit sociaux aux salariés catalans que la monarchie de droite aux affaires à Séville, Vigo, Bilbao ou Madrid ?

Curieux que pas grand monde, voire personne, ne pose ici la question ainsi.

Un ouvrier andalous est-il plus proche de son alter ego catalan ou de son patron andalous ?

La question marche transversalement à l'horizontale d'ouvrier à ouvrier, de patron à patron. Mais si on la pose verticalement on s’aperçoit vite qu'en matière d'exploitation un patron catalan n'en cède rien à son homologue andalous basque ou galicien et que ce qui rapproche à l'horizontal éloigne à la verticale : le rapport de subordination et d'exploitation.

Un(e) ouvrier(e) agricole de Catalogne est-il plus payé et travaille-t-il (elle) moins que celui ou celle d'Andalousie ?

En Catalogne, une agriculture où une exploitation de brebis laitières (1000 têtes) dont le propriétaire est président du comité agricole local tandis que sa femme est représentante de la délégation espagnole à Bruxelles sur le secteur ovin peut voisiner avec  des exploitations coopératives où le prix payé par la grande distrib a les mêmes conséquences mortifères pour les petits producteurs qu'en Bretagne .

En Andalousie, la production de fraises de la Huelva est la plus importante du monde. Pour les fraises et les framboises, un nombre total de 60 000 travailleurs immigrants, principalement d’origine roumaine, polonaise, marocaine, bulgare, équatorienne ou colombienne sont engagés temporairement pour la récolte. vers la mi-janvier, La production de fraises de la Huelva est la plus importante du monde. Les patrons engagent principalement que des femmes (ayant des enfants restés au Pays pour dit aussi pudiquement que cybiquement "ne pas avoir de problème d'installation "(sic) parce que «ce travail nécessite des mouvements de mains délicats et sensibles»(resic). La convention d’engagement stipule qu’elles toucheront un salaire de 33 €/jour pour une durée de travail de 6h30/jour et 39 heures/semaine.

Pourquoi ces questions ? Les intérêts et pratiques des grands propriétaires et patrons andalous ou catalans sont-ils plus antagoniques que ceux entre ouvriers de la peninsule ibérique et patron de la même péninsule et les multinationale paretenaires ou ?

Patrons et politiciens de la droite républicaine catalane et patrons et politiciens de la droite monarchiste ibérique sont bien d'accord pour rester dans le cadre d'une UE où le trafic de main d’œuvre saisonnières est la norme, où de Gibraltar à Talin de Glasgow à Athènes la grande distrib fait sa loi.

Canaille le Rouge se gardera bien de donner des conseils ici ou là tant il se bat chez lui pour le respect de la souveraineté populaire.

Une piste intéressante ; le rejet par toutes les droites d'Espagne (PP, PSOE etc)de l'idée de république fédérative démocratique où le peuple décide fait résonner une voix que ni l'héritier de Franco ni les commis de Bilderberg et Francfort en poste à Bruxelles et Luxembourg ne veulent entendre, une voie que par tous les moyens y compris la répression ils sont prêt à user pour l'interdire. Rappelons nous Junker et sa célèbre admonestation du peuple Grec : " la démocratie n'est pas opposable aux traités européens " Rajoy ne dit et ne met pas en application autre chose tandis que la droite autonomisme catalane milite pour sanctuariser sont autonomie dans le cadre de l'UE.

Chercher l'erreur.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article