Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Amis et camarades, Canaillophiles assidus ou de passage

Lisez donc cette fable

du grand

Jean de La Fontaine

 

Amis et camarades, Canaillophiles assidus ou de passage

Vous y lirez pourquoi

même si ce vil veau d'or

reste toujours debout, 

C'est lui qu'il faut de prime abord éperonner.

Qui se cache derrière ce païen qui pour mécréant qu'il fut vénère les mêmes idoles que nos chiens de garde ?

L'Homme et l'Idole de bois

Certain Païen chez lui gardait un Dieu de bois,
De ces Dieux qui sont sourds, bien qu'ayants des oreilles.
Le païen cependant s'en promettait merveilles.
Il lui coûtait autant que trois.
Ce n'étaient que voeux et qu'offrandes,
Sacrifices de boeufs couronnés de guirlandes.
Jamais Idole, quel qu'il fût,
N'avait eu cuisine si grasse,
Sans que pour tout ce culte à son hôte il échût
Succession, trésor, gain au jeu, nulle grâce.
Bien plus, si pour un sou d'orage en quelque endroit
S'amassait d'une ou d'autre sorte,
L'homme en avait sa part, et sa bourse en souffrait.
La pitance du Dieu n'en était pas moins forte.
A la fin, se fâchant de n'en obtenir rien,
Il vous prend un levier, met en pièces l'Idole,
Le trouve rempli d'or : Quand je t'ai fait du bien,
M'as-tu valu, dit-il, seulement une obole ?
Va, sors de mon logis : cherche d'autres autels.
Tu ressembles aux naturels
Malheureux, grossiers et stupides :
On n'en peut rien tirer qu'avecque le bâton.
Plus je te remplissais, plus mes mains étaient vides :
J'ai bien fait de changer de ton.

Dédicace de ses fables par La fontaine à "Monseigneur le Dauphin" en 1668. Canaille le rouge y retient cette perfidie quasi anti monarchique et donc d'actualité :

"Il arrivera possible que mon travail fera naître à d'autres personnes l'envie de porter la chose plus loin. Tant s'en faut que cette matière soit épuisée qu'il reste plus de fables à mettre en vers que je n'en ai mis"

La fable du riche indispensable au pauvre, du patron créateur de richesses trois siècles et demi plus tard reste au coeur du combat.

 

Amis et camarades, Canaillophiles assidus ou de passage
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article