Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Après le communiqué du PC de Grande Bretagne, celui de Grèce.

Analyse de classe

et point de vue communiste.

Pour l'instant coté France

la page reste blanche.

 

Après le communiqué du PC de Grande Bretagne, celui de Grèce.

A défaut de disposer ici d'une analyse de classe venant d'une force politique se réclamant d'une option communiste affirmée et calée sur le primat de la souveraineté populaire pour combattre le capital, après l'opinion des communistes du pays du Brexit décidé, celui des communistes du pays du Crexit  verouillé. Celui de Grecs qui combattent l'UE et la trahison dite de gauche qui applique à leur pays les méthodes antipopulaires des eurocrates pour férocement le piller.

Parti communiste de Grèce: Déclaration du Bureau de Presse du CC de KKE sur le Résultat du référendum en Grande-Bretagne en relation avec son retrait de l'UE

Le résultat du référendum de Grande-Bretagne montre le mécontentement grandissant de la classe ouvrière et des forces populaires envers l'UE et ses politiques anti-populaires. Néanmoins, ces forces doivent se dégager des choix des secteurs et des forces politiques de la bourgeoisie et acquérir des caractéristiques anti-capitalistes radicales. Le résultat enregistre la dissipation des espérances, qui ont été nourries ensemble par tous les partis bourgeois en Grèce tout aussi bien avec les mécanismes de l'UE qui prétendaient que les peuples pouvaient être prospères à l'intérieur du cadre de l'UE.

Le fait que la question du départ d'un pays de l'UE fut posée si intensément - un pays vraiment de la taille de la Grande-Bretagne- est dû d'un côté aux contradictions internes dans l'UE et aux inégalités de ses économies et d'un autre côté à la confrontation qui a lieu entre les centres impérialistes, qui s'est accentuée dans les conditions de la récession économique. Ces facteurs renforcent le dénommé euro-septicisme, brisent les tendances en cours, mais aussi les tendances qui cherchent un changement dans la forme de la gestion politique de l'UE et de la zone Euro.

Les mobiles de l' "Euro-septicisme" réactionnaire sont ceux des partis nationalistes, racistes et fascistes, comme le Parti de l'Indépendance du Royaume Uni de Farage (PIRU), le Front National de Lepen en France,

L' "Alternative pour l'Allemagne" et des formations similaires en Autriche, Hongrie et en Grèce, par exemple le fasciste "Aube Dorée", l'Unité Nationale de Karatzuferis et d'autres. Mais l' "Euro-septicisme" est aussi exprimé par des partis qui utilisent une étiquette de gauche, qui critiquent ou rejettent l'UE et l'Euro, soutiennent une monnaie nationale et cherchent d'autres alliances impérialistes, avec une stratégie qui oeuvre dans le cadre du capitalisme.

Ces contradictions et antagonismes imprègnent les classes bourgeoises de chaque Etat-membre de l'UE. Les processus économiques et politiques en cours, à la fois en Grande-Bretagne et dans l'UE, les négociations concernant la position de la bourgeoisie britannique le jour suivant, peut conduire à de nouveaux accords temporaires entre l'UE et la Grande-Bretagne. Ce qui est certain c'est qu'aussi longtemps que la propriété capitaliste des moyens de production et le pouvoir bourgeois demeureront en place, les développements seront accompagnés par de nouveaux sacrifices douloureux pour la classe ouvrière et les forces populaires.

Le résultat du référendum en Grande-Bretagne expose les autres forces politiques en Grèce, qui ont glorifié la participation de la Grèce à l'UE durant toutes les années précédentes, en la présentant comme un processus irréversible ou en semant des illusions au sujet d'un besoin de "plus d'Europe de démocratie et de justice." Il expose aussi ces forces qui considèrent une monnaie nationale comme étant une panacée qui mènera les peuples à la prospérité. La Grande-Bretagne avec sa Livre Sterling a pris les mêmes mesures anti-ouvrières et anti-populaires que les autres pays qui sont dans la Zone euro. Elle continuera à prendre les mêmes mesures en étant tout aussi bien en dehors de l'UE, car celles-ci sont imposées par le besoin de ses monopoles d'être compétitifs et rentables.

Il est certain que dans les prochains jours les voix et "alarmes" se multiplieront , à la fois de la part du gouvernement SYRIZA-ANEL et de la part des autres partis bourgeois au sujet du "besoin de rétablir l'UE", au sujet de l' "UE qui a perdu son chemin et qui a besoin de retourner à ses racines" etc. Néanmoins l'UE depuis sa création a été et et est une alliance réactionnaire des classes bourgeoises de l'Europe capitaliste, avec l'objectif de saigner à blanc les ouvriers et de dévaliser les autres peuples du monde, dans le cadre de leur rivalité avec les autres centres impérialistes. Il n'y a pas eu et il n'y aura pas un arrangement permanent, tout comme les alliances similaires ne furent pas permanentes dans le passé. L'inégalité capitaliste et la rivalité, le changement dans le rapport des forces, le plus tôt ou le plus tard, porteront les contradictions à la surface, qui n'auront pas été comblées plus longtemps par les fragiles compromis. Simultanément, de nouveaux phénomènes, des processus pour de nouvelles alliances réactionnaires viendront à maturité sur le terrain du capitalisme.

Les intérêts du peuple grec, du peuple britannique, de tous les peuples d'Europe ne doivent pas être placés sous un "faux drapeau". Ils ne doivent pas être placés sous les drapeaux de la bourgeoisie et de ses différents secteurs, qui déterminent leurs choix et leurs alliances internationales selon leurs intérêts et sur les bases de l'exploitation la plus élevée des ouvriers. La nécessaire condamnation de l'alliance prédatrice du pouvoir du capital, de l'UE, la lutte pour le désengagement de chaque pays , pour être efficace, doit être lié au renversement nécessaire du pouvoir du capital par le pouvoir populaire ouvrier. L'alliance sociale de la classe ouvrière et des autres couches populaires, le regroupement et le renforcement du mouvement communiste international sont les conditions préalables pour paver le chemin pour cette perspective d'espérance.

DÉCLARATION DU BUREAU DE PRESSE DU COMITÉ CENTRAL DU KKE - 24/06/2016

(Source: Solidnet- traduction de l'anglais par la rédaction du Lien, organe du Parti Algérien pour la Démocratie et le Socialisme)

lien de l'article original

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article