Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La phase 2 de l'opération du Likoud à Paris

 "plan com.

de la

réaction israélienne

en France

La phase 2 de l'opération du Likoud à Paris

Un rappel pour commencer : pour les anthropologues la population palestinienne (tout comme une part conséquente de celle de Jordanie, Syrie, Liban, Egypte, Maltes etc.) est constituée de ces sémites que la supériorité méprisante des bourgeoisies colonialistes des siècles d'avant qualifiaient de "levantins". Immense avantage de l'appelation contrôlée dès l'origine par les chantre de la hierarchie des races, un mépris total des cultures millénaires antérieures qui vivaient comme toute les collectivités, communautés, peuples du monde dans des rapports pas plus, mais pas moins idyllique qu'en Europe soumis ici aux menées impérialistes de l'empire Ottoman comme là, les impérialismes européens, contre leurs peuples.

Ce terme de "Levantin" permettaient aux pouvoirs politiques idéologiques économiques dominants d'y intégrer les Juifs pour maintenir et globaliser comme fer au feu dans les pays colonisateurs un ferment de division que les appareils d'églises de la chrétienté, religion d'états, fournissaient de ses maléfiques carburants sacerdotaux d'un même pas bénissaient les armées colonisatrices.

Tout cela pour confirmer qu'aujourd'hui, le bastion de l'antisémitisme (différent de l'antijudaïsme) au moyen orient, c'est Israël, son état et sa politique d'élimination des populations autochtones historiquement auusi sémites que les juifs d'Europe centrale et de russie ne sont pas et son colonialisme.

Mais à Paris dénoncer la politique de l'état d’Israël, sa violation permanente du droit international est être antisémite. 

Un peu comme dire que dénoncer la campagne d'Italie de Mussolini en Ethiopie est être "anti italien" ou celle de Napoléon en Espagne ou en Russie est être "anti corse", "anti français".

Depuis un CRIF qu'ils ont dévoyé de ses objectifs initiaux de solidarité et d'affirmation du droit à vivre comme tout à chacun en harmonie au sein de la République pour en faire un bastion du soutien de la politique israélienne, l'appareil politico religieux pro sioniste, ses forces factieuses de types LDJ, sa cinquième colonne porté par un fou furieux comme Meyer Habib intentent des procès en inquisition contre quiconque dénonce la politique d’Israël autour d'un chef d'accusation d'antisémitisme marquant la confiscation d'un terme large pour en faire une exclusivité douteuse.

Ces factieux ont le soutien de tout ce que compte la réaction en France du PS au F-Haine qui font leur union sacrée.

Valls dégager 500 hommes pour protéger les stands du Likoud à Paris.

Honneur aux pacifistes israéliens qui dénonce les complicités internationales avec la réaction israélienne.

Honte à la solférinocratie qui vient d'afficher son soutien au colonialisme israélien.

Plus que jamais boycott des produits issus de la colonisation et des capitaux qui soutiennent la colonisation israélienne !

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
R
Bravo pour votre excellent rappel historique avec un Grand H et bravo pour cette tout aussi analyse politique. J'étais ce soir, tard hélas car il ne m'a pas été possible d'y être dès le matin, à GAZA-PLAGE.Il y avait paraît-il beaucoup de monde dès le matin. Pour autant, le soir, ce sont les bâteaux-mouches et autres bâteaux de croisière qui nous ont salués chaleureusement. Tous remplis de touristiques asiatiques et européens y compris français. Il est certains que les photos prises notamment par les touristiques asiatiques seront dans leurs journaux, quand dans la presse française (il n'y avait que FR3 m'a-t-on dit qui a fait se déplacer un reporter) ce sera le silence total. Sur le chemin de retour, vers 22 heures, j'ai voulu passer devant l'espace (très très important) israëlien, et là, des policiers m'ont demandé de passer sur l'autre trottoir. Un policier a même ouvert spécialement la grille pour permettre à une dame âgée de passer et moi profitant de l'aubaine, j'ai voulu en faire autant et j'en ai été empêchée par ce même policier avec cette phrase :"passez de l'autre côté, j'ai ouvert pour la dame", moi : "Et moi alors je ne suis pas une dame". Lui : "mais cette dame est une dame âgée". Petite précision, cette "dame âgée" sortait de l'espace israëlien. Une jeune collègue de ce tout aussi jeune policier a voulu atténuer la grossièreté de son collègue en m'expliquant, qu'il y avait "une manifestation" (sic). Moi, "nous sommes sous occupation israëlienne". Elle "Tout a fait Madame" (sic) Puis plus loin, car l'espace réservé au Likoud sous protection Hidalguesque et Bétaresque (je les ai vus les "p'tits gars du betar, a moins qu'il y ait eu aussi ceux de la Ldj et du groupe Tagar (Taguar ?) petits jeunes et moins jeunes côte à côte avec les CRS,)s'étendait précisément au-delà de l'Hôtel de Ville jusque sur le pont Louis PHilippe.J'ai fait remarquer que j'étais parisienne, que je payais mes impôts, ma taxe locative et que j'avais le droit d'avoir jouissance des quais de Seine et ai rappelé que cette occupation était censée se terminer à 22 H. OUI honte à la Mère Hidalgo qui a manifesté son mépris pour une partie de la population française et parisienne, qui s'est révélée pour ce qu'elle était véritablement, une sioniste convaincue et sans honte aucune en prenant ouvertement fait et cause pour cet état illégal construit après massacre de centaines de Palestiniens à Deir Yassine et Emmaüs, la destruction de centaines de villages palestiniens (Tel-Aviv, seule à été bâtie sur la destruction de 7 villages palestinien) etc, état prétendûment socialiste, voire communiste (via ses kibboutz) d'où sans doute le soutien de l'URSS pour son établissement, ce qui fut la première des forfaitures car alors comment justifier cet Etat Juif pour des Juifs. On ne peut se prétendre socialiste ou communiste et s'en référer à une religion, en l'occurrence, la religion juive pour créer cet état et le maintenir avec force massacres et captation de territoires.