Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Il n' y aura jamais de terre d'élection

avec ce genre de sinistre ballotage

Il n' y aura jamais de terre d'élection

Voici la légende de la photo ci dessus telle qu'affichée à la une du Monde.fr :

Entre Menton et la ville italienne de Vintimille, les migrants passent d’un campement à l’autre, ballottés par les forces de l’ordre des deux pays.
 

Soit la rédaction avait quelque chose à arroser (mais alors on laisse au moins un plumitif de garde ) soit ils croyaient faire de l'humour.

Dans les deux cas nous sommes entre l'odieux et l'ignoble.

Cela dit, l'article du correspondant sur place, mal servit par ce piteux dérapage, est un peu plus digne et conforme à la déontologie du journalisme :

 

« C’est le comité d’accueil qui arrive », scande fièrement un CRS en entrant sur le quai de la gare Menton-Garavan. Cette petite station située entre la ville italienne de Vintimille et Menton, coincée entre les falaises et la Méditerranée, est devenue le point d’arrêt de beaucoup d’Africains, venus d’Erythrée ou du Soudan.

Vendredi 19 juin, à Garavan, deux estafettes de CRS attendent de pied ferme le train de 7 h 7. Mêlés aux frontaliers italiens allant travailler en France, deux jeunes hommes sont rapidement escortés sur le quai par les forces de l’ordre. Pas un mot n’est échangé. Le groupe se dirige lentement vers un gradé qui demande aux deux hommes de vider leurs poches avant de noter quelques mots sur son calepin. « Ils arrivent avec les camions », dit-il. « Ils », ce sont les douaniers. Ils viennent chercher les deux hommes, maintenant installés dans un Renault Trafic blanc banalisé ; direction le « bureau des douanes françaises ».

Derrière ce vieux bâtiment de douaniers qui surplombe la Méditerranée, deux Algéco encerclés par des barrières de chantier font office de centre provisoire de rétention. Le balai continu d’estafettes blanches y amène des migrants par 4 ou 5, hommes et femmes, tous plutôt jeunes. Certains sont maintenant assis sur les gravillons éparpillés devant leurs logements de fortune. Et ils attendent. Il n’y aura bientôt plus de place. Un policier les surveille depuis un fourgon, porte ouverte. « Ils vont être amenés au centre de coopération franco-italien [situé à quelques centaines de mètres], et les Italiens viendront les récupérer, explique-t-il. « Il y en a beaucoup en ce moment, mais c’est normal, vu le dispositif ». Qui consiste en un triste retour à l’envoyeur.

 

A Vintimille, le va-et-vient des migrants

A quelques kilomètres de là, devant la gare de Vintimille, côté italien, plusieurs centaines de migrants attendent, eux aussi, impassibles, près des carabiniers italiens ou à l’ombre sous le car port de la gare. La Croix-Rouge italienne et des bénévoles de l’Unicef passent de groupe en groupe.

Hassan est arrivé il y a deux mois. Ce Soudanais de 32 ans a quitté son pays il y a deux ans, y laissant sa femme. « Il n’y a pas de liberté là-bas (…). Je ferai tout ce que je peux pour passer en France. Je vais patienter. » Au Darfour, il a vu son père se faire tuer, dit-il. En passant par la Libye, il a été le témoin de bagarres, de kidnappings, de la mort de certains de ses compagnons de voyage.

Dans le hall de la gare presque vide, un groupe d’hommes tente d’acheter des billets de train dans une borne automatique, sans succès. Sur la gauche, une trentaine de personnes sont installées sur le sol d’un large couloir. En face de celui-ci, près d’un photomaton, d’autres migrants partagent un plus petit couloir avec des SDF.

A 20 h 30, le hall de la gare s’anime. Un train va partir à 20 h 52 vers la France. Au même moment, un train arrive de Rome. Ils sont plusieurs migrants à en sortir. « Il y a tous les jours entre 50 et 100 nouveaux migrants », affirme un cheminot italien qui souhaite garder l’anonymat. Dans le train provenant de Milan qui va arriver plus tard dans la soirée, « on sait qu’il y a entre 25 et 30 migrants », dit-il. « C’est tous les jours comme ça. Ils vont essayer de passer la frontière, mais la police française va les arrêter à Menton et les ramener ici en bus, ou simplement à la frontière, et c’est la police italienne qui les ramènera ici. » .../...

 


 

Voici le lien permettant d'accéder à la totalité de l'article.

 :http://www.lemonde.fr/immigration-et-diversite/article/2015/06/19/a-la-frontiere-franco-italienne-l-incessant-va-et-vient-des-migrants-refoules_4658294_1654200.html 

 

 

Canaille le Rouge a gardé cette photo pour illustrer cette déroute des valeurs humanistes que doit porter la République :

Il n' y aura jamais de terre d'élection

Quand droite de droite et droite dite de gôôche tentent de ne pas se laisser distancer par la droite extrême, cela donne cette image insupportable d'une France qui doit porter la honte que lui infligent de ses dirigeants.

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

BRODBECK Philppe 19/06/2015 23:51

Honte à ces saloperies de socialistes de merde qui nous gouvernent par reniement de la Parole données. Pour ma part, pas de regret, car pour moi le pacte "républicain" n'a pas fonctionné. Je savais à qui j'avais à faire... Et beaucoup d'autre dans mon entourage...
Cela nous rappelle les années d'avant guerre où la lâcheté de ces mêmes socialistes nous à entrainé dans la pire des guerres que l'Europe ait connue.Et, voilà que l'Otan, force guerrière des capitalistes américains avec ces supplétifs "européens" se déploie dans les ex pays soviétiques mais qui étaient fortement impliqués avec le régime nazi avec ses milices et coupables de milliers de crimes... durant la seconde guerre mondiale... Un seul de ces pays résiste: la Grèce!! Le succès de son combat sera le notre, malheureusement sa défaite aussi. Faisons face à ces défis majeurs et tant pis si nous faisons voler en éclat cette europe de merde qui n'amène que misère et chômage... C'est une honte de laisser crever des populations entières qui fuient la guère et la misère et encore une fois les ex puissances coloniales les jettent à la mer...Leur combat sera le notre++!
Philippe BRODBECK

Canaille Lerouge 20/06/2015 08:45

Que dire de plus autre que je suis au diapason de ta colère et de la honte collective qui devrait plus et mieux s'exprimer.