Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Châteauroux, ou comment s'écrit l'Histoire

 

la guerre idéologique

à ses théoriciens

et

ses praticiens.

Ils sont costauds

Emblématique, comment la droite (Barouin) a volé la Bourse du Travail  de Troyes aux travailleurs

Emblématique, comment la droite (Barouin) a volé la Bourse du Travail de Troyes aux travailleurs

Titre du Parisien du 11 mai signé Dominici, le missi de service du Medef :

 

"A Châteauroux, la CGT et la CFDT sonnent la charge contre la ville"

Bigre, de quoi s'agit-il donc?

Quelle brigade légère déferle-t-elle sur la capitale de l'Indre comme le d(r)isait Pierre D(r)ac ?

De quoi s'agit-il ?

"Rompant avec un usage ancien mais jamais clarifié sur le plan juridique, la municipalité de Châteauroux (Indre), elle, demande aux syndicats, CGT et CFDT, d'assumer les charges de la Maison des syndicats qu'elle met gratuitement à leur disposition.

 

Dernier épisode : voilà un mois, l'électricité a été coupée par EDF"

Remettons le débat en français clair et sur ses pieds.

La CGT est à l'origine de la créations des Bourses du travail en France. Lieux d'organisation de la solidarité ouvrière, point de convergences des expériences de luttes et de création du rapport de force, elles sont la bête noire des patronats locaux et de leurs relais politiques. Chateauroux est un cas d'école.

Partout, la CGT a toujours travaillé pour que les commisions administratives des BdT mettent aussi, dans le respects des réglements intérieurs, les locaux à dispositions du mouvement associatif et citoyen. A Châteauroux comme ailleurs, elle est en cela depuis sa création un vecteur du développement des valeurs républicaines.

Les Bourses du Travail, lieux public gérés par les travailleurs au travers de leurs organisations syndicales, ouvert à la population participent à cimenter le vivre ensemble et l'esprit laïque et républicain.

Rien que pour cela il est normal que les moyens publiques soit mobilisés pour leurs activités et leur entretient.

Le maire de Chateauroux après avoir été mis en échec dans sa volonté de faire disparaitre la BdT tente de l'asphyxier en tapant à la caisse.

Où cela se corse, c'est qu'à Chateauroux comme partout où les municipalités s'attaquent aux Bourses du Travail, c'est que le maire de droite fait partie de ceux qui ont porté et fait perdurer le financement et le fonctionement des chambres de commerces et d'industrie (CCI) par des fonds prélevés sur des recettes fiscales (produites pour l'essentiel par le travail des salariés).

Ces CCI qui sont au patronnat ce que les Bourses du travail sont aux salariés sont donc elles entretenues au frais du contribuable mais les BdT devraient l'être que par les salariés sans financement publics ou équivalents ?

Chacun peut mesurer la duplicité du langage des édiles qui s'attaquent aux Bourses du travail et structurent la fiscalité pour que l'argent public organisent les conditions de réalisation du profit et de l'exploitation qui le permet.

Vous noterez que vu le spectre fiscal concerné par ces fiancements publics au service du patronat, les élus s'ils sont principalement identifiés à droite ne monopolise pas la totalité de l'espace. les lois Macron en toile de fond structurent ce paysage...et déplace le centre de gravité des forces de droite vers une "ex gauche" qui ainsi grossit les rangs des précédents

CQFD 

Mais cela, le Parisien n'en souffle mot.

Qui a dit guerre idéologique, lutte de classe ?  Canaille le Rouge, c'est certain.

Autant appeler un chat un chat.

Cela permet de clarifier les enjeux

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article