Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Toute pratique est pratique d'une théorie

une fois encore,

cela se confirme

Toute pratique est pratique d'une théorie

A chaque fois que l'extrême droite prend ses aises ou qu'une menace de violence fasciste pointe, la social-démocratie prend des mesures liberticides contre... les libertés publiques.

1938 La SFIO du front populaire contre le mouvement ouvrier

1947 La SFIO de l'après guerre chasse les ministres communistes et envoie les chars contre les mineurs

1956 La SFIO pacifie l'Algérie au lance flamme et agresse l'Egypte

2015 Le PS renoue avec ces pratiques avec la loi "Renseignement"

C'est la troisième loi sécuritaire de Blummollet (il y eu la LPM de 2013 puis la loi antiterroriste de 2014 dont les décrets sont encore dans les cartons tant l'encre en est peu sèche). Une nouvelle loi qui sur le fond, la forme et la méthode, est-ce parce que son rapporteur est J-J. Urvoas, député député Solférinocrate est du Finistère qu'elle provoque plus que des lames de fond de protestation( tout comme les précédentes).

Il faut dire qu'il y a de quoi.

L’article premier du projet de loi, modifiant « les principes et les finalités de la politique de renseignement » ;  c'est l'article pivot. Il fixe le cadre du renseignement qui précise, parmi les barbouzes officiels, corsaires du parapluie bulgare connecté aux cotés des flibustiers des officines de sous-traitance, qui aura le droit de se servir des technologies de "l'intelligence furtive", pour qui ces nouveaux « outils » offerts à nos Vidocq qui auront droit aussi (et surtout?) d'écumer les piquets de grèves , les manifs et les citées HLM.

Une liste des « intérêts publics » justifiant « le recueil de renseignements » va être établie, elle sera inscrite dans l’article L. 811-3 de la loi.

Médiapart (encore lui mais peu ou pas d'explication claires et synthétiques ailleurs) nous informant  (voir la totalité de l'article en lien: http://www.mediapart.fr/journal/france/030415/renseignement-la-commission-des-lois-encore-durci-le-texte?page_article=1 )

Jusqu’à présent, ceux-ci étaient au nombre de cinq, fixés parl’article L241-2 du code de la sécurité intérieure : « la sécurité nationale, la sauvegarde des éléments essentiels du potentiel scientifique et économique de la France, ou la prévention du terrorisme, de la criminalité et de la délinquance organisées et de la reconstitution ou du maintien de groupements dissous en application de l'article L. 212-1 ». La version initiale du texte transformait le « potentiel scientifique et économique » en « intérêts économiques et essentiels de la France », mais surtout ajoutait deux nouvelles finalités : « les intérêts essentiels de la politique étrangère et l’exécution des engagements européens et internationaux de la France » et surtout « la prévention des violences collectives de nature à porter gravement atteinte à la paix publique ».

Cette " prévention des violences collectives de nature à porter gravement atteinte à la paix publique"  rappelle étrangement les termes des lois anticasseur de Poniatowski les lois Marcellin et Pasqua de triste mémoire et ouvre la possibilité de placer sous surveillance ceux que le pouvoir (et avec ce gouvernement le Medef) va décrêter comme trop radicaux voire subversif ou, à l'image de la partie de bras de fer contre l'Ayraultport de Nantes, contre des catégories entières de la population. Avec, suivez mon regard les banlieues et les bassins de luttes sociales dans le colimateur.

Vu de l'esprit ? spéculation de La Canaille ? Alors pourquoi le ministère de l’intérieur retient-il l'hypothèses d’émeutes urbaines. 

Soyons clair. Que le pays et son gouvernement veuillent se doter des moyens et des technologies pour interdire des actes criminels comme au siège de Charlie ou à l'épicerie cacher de la porte de Vincennes, il ne viendrait à personne l'idée de le contester.Mais alors pourquoi déplacer sur le terrain de la lutte contre la subversion sociale en mettant dans le texte ceci "les intérêts essentiels de la politique étrangère et l’exécution des engagements européens et internationaux de la France"» ou "la prévention des violences collectives de nature à porter gravement atteinte à la paix publique". 

En quoi cela a-t-il une relation avec le terrorisme des théofascismes ou équivalent sauf à dire que quiconque contesterait les engagements européens ou internationnaux de la France est un terroriste ; auquel cas, Canaille le Rouge qui conteste les engagements de la France de Dakar à Kiev en passant par Tripoli ou Damas serait un Terroriste ? Faites pas les cons les gars dans la tour où habite canaille le Rouge il y a plus d'une soixante de gamins, des retraités, quelques invalides. Allez-y doucement pour l'assaut et surtout pas de gaz : ma compagne est asthmatique .

Mais trèves d'humour à deux balles, la suite aggrave le casier liberticide de ce pouvoir :

Avant sa présentation en conseil des ministres, le projet de loi "Renseignement" avait été transmis au conseil d’État qui avait demandé une série de modifications. Lors de son passage devant la commission des lois, Urvoas a déposé 161 amendements, une paille ! Que n'en a-t-il fait autant pour défendre le code du travail ou interdire les licenciement comme dans la'agroindustrie bretonne, d'autantqu'il doit être coinvainquant puisque tous ou presque ont été retenus. Notre pompon la galette se vantant d'avoir permis de passer outre l’avis du conseil d’État et à rétablir son texte dans sa version première.

En conséquence la liste de l'article L811-3 définissant le périmètre d'intervention des chaussettes à clous informatisées soumise au débat parlementaire se présente ainsi :.

1- L’indépendance nationale, l’intégrité du territoire et la défense nationale

2- Les intérêts majeurs de la politique étrangère et la prévention de toute forme d’ingérence étrangère

3- Les intérêts économiques, industriels et scientifiques essentiels de la France

4- La prévention du terrorisme

5- La prévention des atteintes à la forme républicaine des institutions, des violences collectives de nature à porter atteinte à la sécurité nationale, de la reconstitution ou d’actions tendant au maintien de groupements dissous en application de l’article L. 212-1

6- La prévention de la criminalité et de la délinquance organisées

7- La prévention de la prolifération des armes de destruction massive

Preuve que le risque subversif existe, un groupe semi clandestin de citoyen s'agite dans l'ombre mais heureusement les brigades du putois de Matignon ont identifié les meneurs :

Média part en à dressé la liste :

" des organisations de défense des droits de l’homme, comme Reporters sans frontières, La Quadrature du Net, Amnesty International, Ligue des droits de l’homme, mais également d’organisations professionnelles comme le Syndicat de la magistrature, l'Union syndicale des magistrats, le Syndicat des avocats de France ou encore la CGT-Police. Elle a également essuyé les critiques d’organismes officiels comme la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil), le Conseil national du numérique (Cnnum), du président de la CNCIS Jean-Marie Delarue ainsi que du défenseur des droits, Jacques Toubon.

 

Toubon, la CNIL ou l'USM subversif !  Malgré son bilan calamiteux, ce pouvoir parfois dans le désarrois global pourrait presque réussir à nous faire sourire...si ce n'était pas si grave.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

aline 04/04/2015 15:53

L'inconvénient du caramel mou, quand il durcit, il est tenace à décoller alors le flamby national bien installé dans notre palais républicain va s'y cramponner envers et contre nous son peuple qui n'aura bientôt plus droit aux urnes si le cap est maintenu de cette manière. Oui nous avons toutes les bonnes raisons de nous inquiéter pour notre démocratie. Aline