Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sommes nous au bord du Goulag ?

Il y en a au moins un (voire quatre ),

qui ce jour vont le dire

Sommes nous au bord du Goulag ?

Coïncidence mais faits intéréssants. 

Alors que Médiapart annonce avoir gagné devant le conseil d'Etat pour : 

 "que le contrôle des comptes de campagne électorale se fasse désormais à ciel ouvert, dans la transparence. Un an après l'affaire Bygmalion, qui a démontré l'existence de failles béantes dans le dispositif français, il était temps."

Alors que,

"la Commission nationale des financements politiques (Cnccfp) aura guerroyé jusqu’au bout pour tenter de sauver, recours après recours, le secret qui règne sur ses opérations de vérification. La plus haute juridiction du pays l'oblige aujourd'hui à ouvrir ses portes et ses tiroirs."

 

Énième avatar d'un poisson d'avril à rebondissement :

Guillaume Lambert, directeur de la campagne et aujourd'hui préfet de Lozère, le député UMP Philippe Briand, qui en était trésorier, et l'avocat de l'UMP Philippe Blanchetier sont interrogés dans les locaux de l'Office anticorruption de la police judiciaire (OCLCIFF), à Nanterre (Hauts-de-Seine).

Au même moment, l'ex locataire de l'Elysée est arrivé chez les juges financiers parisiens pour y être interrogé.

En rester là dans le constat serait totalement stérile si ceux qui ont besoin d'un autre fonctionement institutionel dans le cadre d'un autre fonctinnement de la société ne faisaient que se réjouir (quelque part légitimement) de ce que les truands du capital soient un peu (trop peu) malmenés. Mais n'en rester là sans engager la bataille politique qui porte le fer dans les structures de tous les affairismes fait d'abord le jeu de l'extrême droite et son antiparlementarisme qui est le cache sexe d'atteintes mortelles à la démocratie.

Pour que les juges puissent serainement instruire tous les dossiers du type de ce que révèle la Sarkocratie clone de la Lepenocratie et la Solférinocratie il est plus qu'urgent que les luttes sociales d'un c'un pied, le combat politique de l'autre permette à notre peuple de se mettre en marche pour imposer d'autres choix.

Sans cette réaction la justice la aussi sera de classe et préservera les forfaits comme l'a montrer les réquisitoires devant les tribunaux correctionels de Bordeaux.

En attendant, que le p'tit provo des bacs à l'Oréal de Neuilly soit obligé, même durant une demi journée, de demander l'autorisation à la justice de la République pour aller pisser et qu'il y soit accompagné par les gendarmes est une satisaction certes minime mais réelle que Canaille le Rouge voulait vous faire partager.

 

Sommes nous au bord du Goulag ?
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article