Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Horreur, colère et jugements moralisateurs

Horreur, colère et jugements moralisateurs

Pas de "jugement moralisateur" sur la pratique de la torture par l’administration américaine sous au moins Bush et après successeur, “ circulez y a rien à voir ” (c’est mister Obama qui l’a dit ainsi).

 

Le même, juste après avoir autorisé le réapprovisionnement des forces israéliennes en munition, déclare “ horrifié ” sa “ colère “ qu’un prisonnier (de guerre, pas un otage à Guantánamo) ait été capturé dans un endroit où selon de le droit international il n’avait rien à y faire, le mettant ainsi à cause de son employeur dans une situation d’accident de travail, éventuellement promis comme les palestiniens à un avenir de cible prioritaire d’un F16 ou d’un canon d’une frégate israélienne.

 

Aucun objecteur de conscience israélien refusant d’aller combattre à Gaza n’a été fait prisonnier preuve que le choix existe et que celui qui se fait prendre (voire tuer) pouvait éviter ce genre de désagréments.

 

Retour à "Camp Armaguedon" (parce que Camp David, la preuve par Obama, c’était avant) Le tout en moins de trois jours. Les cadences infernales de l’auto-absolution et du pousse au crime.

 

José Fort sur son blog rappelle les propos de l’ex espoir de la paix devenu vétéran du cynisme:  

« La seule solution, passe par deux États, où Israéliens et Palestiniens vivront chacun en paix et en sécurité. Il y va de l’intérêt d’Israël, de la Palestine, de l’Amérique et du monde. C’est pourquoi j’ai l’intention de rechercher personnellement cette solution, avec toute la patience que la tâche requiert. Les obligations que les parties ont contractées dans le cadre de la feuille de route sont claires. Pour que la paix advienne, il est temps pour elles - et pour nous tous - de prendre nos responsabilités. »

 

à partir de cette citation J.Fort conclus :

“ Pour quel résultat ? Rien ou plutôt si : jamais le peuple palestinien n’a été autant occupé, martyrisé, humilié.

Barack Obama va abandonner un monde en pleine convulsion. Il laisse l’Irak en feu, l’Afghanistan talibanisé, l’Afrique plus pauvre et instable que jamais. Jusqu’en Europe, il favorise une guerre aux portes de la Russie. Obama va finir comme Bush : discrédité. Totalement. ”

 

Canaille le rouge pour sa part ajoute : avec une planète qui n’a jamais été aussi près du cataclysme si toutefois celui-ci n’est pas déclenché par les tire-ficelles de l’administration américaine avant la fin du mandat.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article