Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ce qu'internationalisme veut dire

Ce qu'internationalisme veut dire

Après la wurtzologie sidérante de la semaine précédente (lire ici : les-aventuriers-les-jusqu-auboutistes.html), le P"c"F vient de sortir de son mutisme sur la situation en Ukraine.

Nombreux sont ceux qui vont penser qu'il aurait dû prendre un peu plus de temps dans la réflexion tant sa déclaration (qui ne renvoi plus dos à dos mais à partir d'un point de vue très européen, après avoir marqué le terrain pour se distancer d'une extrème droite non qualifiée comme telle désigne un responsable privilégié venant des steppes d'Asie centrale, va participer à valider les choix de l'UE présentée comme légitime à Kiev quand les historiques combattants communistes du Donbass, pour cause de pollution russe ne le seraient plus.

2086 morts essentielement la population  du Donbass, un Gaza en Europe à partir d'une opération de type Balkan 99 montée par l'UE quinze ans plus tard.

Et on tente d'inverser les choses en se dotant d'une légitimité discutable : 

Comme si c'était BHL Barroso et Fabius qui avaient sauvé les gamins de Tchernobyl et pas ces gueux de mineurs du bassin du Doneskt.


Avant d'entrer dans le détail des... La Canaille dira bêtises pour rester dans le politiquement correct, le texte de la déclaration, suivi des observations expliquant ce coup de gueule supplémentaire :



Ukraine: il y a urgence à établir un cessez-le-feu dans le Donbass
La situation dans l'Est de l'Ukraine est catastrophique au plan humanitaire du fait de l'intensification des combats et des bombardements par l'armée ukrainienne et les milices de Pravyi Sektor dans leur croisade « anti terroriste » contre Donetsk et Lougansk faisant de nombreuses victimes au sein de la population civile.

Le bilan est lourd de part et d'autre, le nombre de victimes dans cette région a doublé en quinze jours atteignant désormais 2.086 morts, selon l'ONU. A Lougansk, la situation est « critique », la ville étant privée d'eau et d'électricité. A Donetsk, la situation médicale se dégrade. Au total au moins 285.000 personnes ont fui le Donbass pour la Russie ou d'autres régions de l'Ukraine.

Dans ces conditions, le PCF soutient toute solution favorisant un cessez-le-feu immédiat afin de porter secours aux populations civiles et à mettre un terme à la catastrophe humanitaire qui ravage l'est de l'Ukraine.
Il ne doit pas être question de jouer avec le sort des populations si l'aide humanitaire de la Russie -dans le respect des règles internationales, notamment celles du CICR- peut apporter un début de répit aux souffrances des plus démunis.

Plus globalement, la question de l'Est de l'Ukraine doit enfin être réglée non par les armes, mais par la concertation, comme l'avaient laisser présager les premières tentatives de dialogue entre le Président Porochenko et les différentes parties prenantes au conflit.

L'Europe et les États-Unis, au lieu de verser de l'huile sur le feu ukrainien, devraient ouvrir un « Genève II » avec la Russie et l'Ukraine afin de régulariser la situation prévalant aux portes de l'Europe. La France doit plus que jamais activer sa diplomatie pour que l'Ukraine devienne réellement un pont entre l'Est et l'Ouest et non l'enjeu de rivalités géostratégiques.

 

Une conclusion très passe-partout qui banalise d'autres idées plus perfides, la régularisation de la situatrion signifiant la cautiondu putsch.


Premier point :
" Le bilan est lourd de part et d'autre " dit la déclaration. Sauf que comme à Gaza, il y a des miliaires en accident de travail et là, de plus, les militaires en question sont des supplétifs nazis recruté par svoboda et consorts. C'est une donnée d'autant plus forte que l'armée régulière ukrainienne est peu présente et ne participerait que de très loin au "travail" des milices. 
Dès lors, plus il en crèvera mieux ce sera. De l'autre côté, des populations civiles qui se dressent et se défendent contre la peste brune inoculée par les seringues de l'UE, Fabius prenant son relais pour tenir le piston de la seringue.

Pas de qualification de la réalité ouvertement nazie de pravyi secteur, pas de mise en cause de Svoboda. Comment aider à clarifier dans ces conditions ?

Le positionnement du P"c"F n'est pas même équilibré (si là le terme pouvait avoir un sens) mais complètement à la remorque de l'OTAN en usant du même vocabulaire. Même Obama est moins timoré.

Qu'en pensent, parmi les vétérans du P"c"F ceux qui de 1949 à 1954 ont mené le combat contre la CED et Speidel, son général nazi, proposé alors comme chef d'état-major *?


Deuxième point :
Dans une déclaration officielle de ce parti, voir attribué le qualificatif de président comme si rien n'était à un type qui gouverne à partir d'un putsch et d'une junte avec des fascistes ouvertement assumés dans le gouvernement, c'est comme à l'époque le PCF avaient parlé du "président Salazar" en parlant du Portugal.

Enfin et pour n'en rester que là, il ne s'agit pas de soulager la souffrance pour les plus démunis et de " charité business " mais de catastrophe humanitaire causée des troupes fascistes qui éliminent les opposants politiques, au besoin en les tuant, et en bombardant les populations civiles, avec un objectif de terreur et d'obtenir un casus belli par réaction de la Russie permettant d'engager les troupes de l'Otan dans un affrontement frontal majeur.

Ne pas le dire, faire semblant de ne pas le voir est gravissime. C'est ce qui permet à Wurtz de parler de "jusqu'auboutistes et d'aventurier".

La pratique de l'OTAN et donc de l'UE dont la FRance porte un nom que la direction du P "c "F devrait connaître : la direction de la SFIO il y a juste 100 ans l'avait accepté : cela s'appelle de l'impérialisme.

Est-ce à dire qu'il faudrait se ranger dans le camp des oligarques poutiniens pour combattre les oligarques otaniens ? Encore une fois, non !

Dire non à l'Otan n'est pas adhérer à feu le pacte de varsovie.

Toujours partir d'une analyse de classe et du point de vue des peuples, de leurs intérêts et leur volonté. C'est ce qui s'appelle l'internationalisme.

Il y a loin du couplet ânonné en fin de congrès à une compréhension lucide des paroles de l'hymne à la Révolution, le communiqué de la place du colonel Fabien en témoigne.


Mais de même que 25 ans après la boucherie de 14-18 les communistes français, après analyse et combats engagés les premiers contre les fascismes et pour la paix ont été du côté de l'impérialisme le moins abject en agissant avec les USA et la G-B. contre les forces de l'axe, il s'agit aujourd'hui de faire face à une fascisation exigée par le capital pour mettre les peuples au pas.


C'est de cela qu'il est question et des velléités de conquêtes territoriales, de mise au pas des peuples de l'atlantique à l'Oural puis vers l'Asie pour maîtriser les ressources minérales, les terres agricoles et l'eau.


Ces données en leur temps étaient débattues et enseignées dans les formations du P "c "F. Mais la Canaille vous parle d'un temps que les moins de 20 ans ne risquent pas de connaître.


Ces formations se concluaient sur un constat :
Quiconque ne combat pas l'impérialisme se met dans les pas de l'anticommunisme. Qui cède sur le fond des idées sert la soupe à l'impérialisme. CQFD.

 

* Speidel qui fut entre autres dès 1941 le coordinateur de l'internement, le pourvoyeur du camp de Compiègne Royallieu en tant qu'adjoint à l'état-major de Stupnagel, le fusilleur du Mt Valérien.Speidel ayant à ce titre la responsabilité de la "gare de triage" des trains vers les camps de la mort.

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article