Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

De Clemenceau à Serol

"on" baillonne les libertés

"on" a une adresse :

Rue Solferino

ou 221 Faubourg St Honoré

et un concierge

il s'appelle Valls.

"On" a un nom

Il s'appelle Hollande

Ceux qui criaient cela à l'époque de leur culottes et idées courtes ont raccourcis encore les idées et sont au pouvoir

Ceux qui criaient cela à l'époque de leur culottes et idées courtes ont raccourcis encore les idées et sont au pouvoir

Dans toutes choses il y a le fond et la forme. La forme contient le fond, lequel donne son sens à la forme.

Cela vaut pour tout y compris (La Canaille allait écrire surtout) en politique.

La décision du portier du Medef depuis sa loge de Matignon de demander à son porte-clés de Beauveau de faire interdire la manifestation de soutien au peuple palestinien massacré par une invasion soutenu par l’Élysée marque plus qu’un virage dans l’histoire contemporaine de la diplomatie française.

Pour la première fois une milice fasciste organisée depuis un pays tiers, l’agresseur, protégée par la police française, agit de conserve avec le pouvoir pour museler le droit démocratique et constitutionnel en France de manifester.

Faut-il rappeler, oui pour les nouveaux arrivants sur le champ d’affrontement politique et idéologique, que ce sont des gouvernements socialistes qui ainsi donnent légitimité à l’extrême droite : Mitterrand avec le f-haine et maintenant Hollande avec la LDJ.

Autorisation d’assassiner à Gaza interdiction de dénoncer les assassins à Paris. A croire que la politique de Paris ne se détermine plus à l’assemblée nationale mais à la Knesset comme celle économique se décide à Dubaï ou à Bahreïn.

Les indignés d’il y a quelques jours ont du s’étouffer, on ne les entends plus.

Le préposé à la garde des traités internationaux plus occupé à masquer les insigne nazis sur les uniforme ukrainien qu’à faire respecter les engagements internationaux de la France laisse faire.

Cela semble mal passer jusque dans ses services tant l’accueil gêné reçu par La Canaille lors d’un appel téléphonique au quai d’Orsay pour dire son indignation suivi d’une invitation à écrire directement au ministre ont traduit cette gêne.

L’article de Mediapart (cliquer ici) rendant entre autre compte de la négociation du droit à manifester interdit par Valls sur injonction des néofascistes franco-israeliens est éclairante.

Devant les preuves manifestes de la provocation de la « LDJ » et les témoignages incontestables de la nature mensongère de la position officielle on tourne la tête et on continu.

Quand il faut donner des gages, c’est le premier pas qui fait réfléchir ensuite il suffit de poursuivre. Pour le président et sa garde rose, il y a maintenant longtemps que le premier pas a été fait.

Un jour Canaille le rouge a écrit « Valls se voyait Clemenceau il se fait Papon ». Aujourd’hui, il semble vouloir enfiler la défroque de Sérol. Et il y a plus près d’un Sérol à un Laval ou un Pucheu que d’un Clemenceau à un Sérol surtout quand le seuil Papon est franchi.


 


 

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article