Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les "regrets" de Guillaume III

Les "regrets" de Guillaume III

Regardez bien l'image ci dessus.

Une fois n'est pas coutume, Canaille le Rouge fait de la pub pour les fossoyeurs en produisant la vidéo qui suit .

C'est qu'il ne faut pas oublier que le Munich du service public accomplis hier à l'assemblée nationale s'est fait avec le concours zélé de ceux qui rèvent de s'aligner sur Proglio et ses équivalents, Aréva, Orange, Total etc.

Donc, regardez le cri du coeur porté par ce spot généeusement payé par la SNCF et donc par le travail des cheminots dont ceux qui se sont battus contre Guillaume III et rendez vous ensuite un peu plus bas.

Pepy le veule dans ses œuvres : la haine des cheminots le sens du propos . Mais il n'a pas réussi à monter la population contre les cheminots.

Et revenons sur ces "10 000" gilets rouges mobilisés.

Quand en service normal vous avez besoin d'un renseignement, de quelqu'un pour accompagner un handicapé en fauteuil ou autres, vous devez courir à travers la gare pour trouver, s'ils existent un de ces "gilets-rouges" souvent confinés au détour d'un couloir mal indiqué.

Et là, hop, là, 10 000 à votre disposition jusque dans ces ex-gares devenues haltes dont Pepy a fermé les guichets pour appliquer 20 ans de directives gouvernementales et europennes enjoignant de raboter les moyens des services publics.

Pepy sait mobiliser 10% de l'effectif devant travailler pour casser la grève pendant 10 jours mais a toujours refuser ce genre d'effort pour l'entreteient du matériel et des infrastructures. Les cadres jaunes qui conduisent les trains les jours de grève ne savent pas le faire quand il faut remplacer un malade ou un accidenté pour maintenir une circulation.

Poursuivez votre enquète et vous allez voir : d'habitude ces gilets rouges sont représentant de la diversité de la population française, surtout très jeunes, avec une "dose" importante de ceux qui diffèrent de la norme habituelle des livres d'histoire. Beaucoup de ces gars et filles manifestement ont des looks qui n'en font pas les descendants de la cavalerie d'Azaincourt, il sont à l'image de la jeunesse française de 2014 dans sa diversité et sont vetu comme tous les gamins de jeans et chaussure de sport.

Là, Pepy vous a offert sa promo spécial grève. Vous avez découvert la tenue "conflit social" : sous le gilet parfois le "Chanel" ou le "Cerrutti", mise en plis brushing, sac à main ou pochette, plutôt "Le Tanneur" que farfouille,  Des escarpins et non des tennis. Inhabituel pour pousser le chariot. 

C'est que ces rouges au gilet uni et pourtant rayé dans leur tête sont des jaunes.

Ils ont accompagné la casse de la SNCF, la majorité d'entre eux dispose de leur weekend, parte en vacances l'été et les fêtes carillonnées en famille. Ilsn'ont jamais touché un tirefond, un attelage ou du porté assistance à un voyageur en détresse dans un train, vous ne les voyez pas à 23h00 derrière le dernier guichet resté ouvert ou à 5h00 du matin. Les titulaires habituels de ces postes, majoritairement, défendaient l'entreprise que la valetaille de Pepy-Valls s'acharne à casser. 

Ils et elles sont ces enclumes qui par leur densité déséquilibrent au point de faire chuter le service public.

Cette grève aura révélé qu'aux cotés de la galaxie orange en dispersion,  des tristus bleus de l'UNSA existe une catégorie mutante de jaune.

Cela nous renvoi à la photo d'en haut de page:

Le soleil est jaune, c'est la norme. historiquempent les briseur de grève le sont aussi.

Pour masquer qu'il se couche, le soleil se pare de rouge. Ces cadres de la SNCF aussi.

Ils ont joué avec zèles et constance les briseurs de grève .

 

Les "regrets" de Guillaume III

Un laquais même paré de garance reste un laquais.

Le contencieux est établi. Jaunes, oranges, bleus, même travestis de leur gilet rayé de valet de pieds, d'expérience, ils se sont disqualifié devant la profession. Il serait surprenant que dans les centres ferrioviaire les semaines qui viennent ressemble au pays des bisounours. Parions que nombre d'entres elles et eux vont brancher leur clim et se réfugier dans les étages des directions regionales. A moins que pépy dispose d'un budget pour renouveler ses séminaires à Tanger (l'organisation d’un séminaire des managers opérationnels de la SNCF à Tanger en 2011 pour un montant total de 2,7 millions d’euros, soit 1 430 € par jour et par personne pointé par la cour des comptes).

A coup sûr, le Royal palfrenier saura convaincre le maquignon de Matignon de lui déploquer un budget pour trouver les multiples des trente deniers nécéssaires.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

hyar 25/06/2014 11:13

Si la canaille à raison en bonne partie, il serait bon tout de même qu'elle ne généralise pas de trop. Certes les directions ont comptés leur lots de gilets rouges jouant les jaunes.
Mais tous ne l'ont pas été certains ont refusé de le faire, voir même on fait grève un certains nombre de jours dans des conditions qui sont nettement différentes de celle du terrain en terme de visibilité et de conséquence que cela soit en terme de solidarité des collègues ou de conséquence dans des services quasiment totalement non grévistes...

Par ailleurs, il serait bon aussi de ne pas oublié que si les conditions de travail des différents postes sur le terrains ne sont pas simples, ces derniers ont tout de même des compensation en terme de salaire. Il ne faut pas oublier qu'a qualification égale entre sédentaire de direction et un agent de terrain les rémunérations possède un écart de 20 à 30% en raison des primes d'astreintes prime de nuit etc.
Donc certes les personnels administratifs peuvent prendre leur vacances l'été avoir les fêtes à la différence de nos collègues de terrains, mais nous n'en avons pas les compensation. Par ailleurs ces conditions sont inhérentes au poste et rien n'empêche de prendre un poste administratifs pour avoir de tels horaires ( la canaille de part son histoire familiale devrait en avoir conscience et ne pas l'omettre).
Simplement un grand nombre de nos collègues le refusent en raisons de la perte financière, ce qui explique aussi pourquoi certains de nos poste ne sont pas pourvus et les difficulté de recrutement dans certains services (en plus des sabrage d'effectifs actuels qui sont un autre débat)

bref ce n'est pas en généralisant une opposition manichéenne de la sorte que l'on peut ressouder les rangs et il serait bon de ne pas jeter les bébés avec l'eau de la piscine. Bien que je soit tout a fait d'accord pour dire que la piscine n'avait pas beaucoup de bébé nageurs sur la période.

Morineau 25/06/2014 10:12

Le Parti Socialiste au Pouvoir est bien le deuxième fer au feu du capital Le démantèlement du service public voulu par la Commission de Bruxelles a ses "fans" qui osent, sans rire,s'affubler du qualificatif "gauche"....Quelle horreur !!!