Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Concurence libre et non faussée, INSEE, dette de l'état envers la SNCF et cour des comptes

Ne pas confondre

quais de gare et trottoirs,

fumeries et salles d'attente

 

Pour valoriser le PIB

Pour valoriser le PIB

Salariés de l'INSEE (dont, bravo, part de votre direction) vous êtes potentiellement les futurs cheminots de la statistique, avec ce qui suit il vont repartir à l'asaut :

Qu'est-ce que c'est que ce refus de mettre en oeuvre les préconisations de "L'Europe" en matière de calcul du Produit Intérieur Brut ?

Pourtant la règle est simple: pour l'UE, s'il existe marchés, tarifs et échanges marchand cela doit entrer dans le calcul du PIB.

C'est avec cette mécanique d'une logique implacable que l'UE exige que le trafic de drogue et la prostitution soit ainsi partie prenante à l'évaluation d'un effort de redressement qu'on n'ose plus dire national.

Prennez l'exemple britannique : "Le Royaume-Uni a lui estimé que les revenus générés par le trafic de drogue et la prostitution pourraient augmenter le PIB nominal de 12,3 milliards d'euros, un peu moins de 1 %"

Ca se frotte les mains du coté du la cour du Maroc, le joyeux démocrate va avoir son siège au G20. Idem chez les talibans et autres.

Les maquereaux fretillent, Dédé la Sardine se voit commissaire européen. Leurs efforts vont enfin être reconnus par la communanuté internationale. DSK , un visionnaire qui justifie a postériori sa place au FMI !

On ne sait pas s'il vont payer en nature leurs participations aux congrès négociations et débats et autres comités de suivi. Parions qu'il y en aura.

Au passage, le porte parole de l'INSEE (heureuse maison qui semble ne pas avoir que du Pepy dans le haut des étagères)  annonce le refus de son administrration de s'inscrire dans cette logique et nous apprend (ou rappelle) que le travail clandestin et la fraude fiscale représente 4 points de PIB.

OH, Migaud t'es sourd ? 4 points, sous tes pieds ! Et tu ne dis rien ? Et si on supprime les fonctionnaires chargés de traquer le travail candestin et la fraude fiscale, au bout, combien cela fera-t-il ? 

Or, vous pouvez aller vérifier, en décembre 2013 (dernier chiffre connu) un point de PIB, c'est 20 milliards d'euro.

Camarade Cheminot, le travail au noir et la fraude fiscale coute chaque année à la France deux fois la totalité de l'effacement de la dette de l'état envers la SNCF.

Et si on allait aussi  le dire fermement aux oreilles de Gattaz ?

Si l'état embauchait des fonctionnaires pour l'inspection du travail et dans les service fiscaux, ce vieux Migaud (avec un "M" encore que) pourrait enfin prendre sa retraite et nous lâcher la grappe. La SNCF ne pourrait plus augmenter de façon insupportable le prix des trains pour les colos de vacances des gosses quand elle ne les supprime pas parceque pas assez rentable.

Le Monde d'hier, il faut savoir faire du tri selectif dans les informations de la période, nous l'apprend incidement :

L'institut national de la statistique et des études économiques (Insee) a indiqué, mardi 17 juin, qu'il ne prendra en compte que le trafic de drogue et la prostitutiondans ses statistiques sur la richesse nationale, et dans une partie qui ne concerne pas le calcul du produit intérieur brut. Ce faisant, l'Insee ne se plie pas aux demandes de l'Europe en la matière.

DES MILLIARDS D'EUROS EN JEU

Les nouvelles normes du système européen des comptes (SEC), sur la base des recommandations d'Eurostat, l'institut européen de la statistique, préconisent aux Etats-membres d'intégrer la plupart des activités illégales créatrices de richesses (dont le trafic de drogue et la prostitution) dans les statistiques nationales. Eurostat et le SEC estiment qu'il s'agit de transactions commerciales menées d'un commun accord.

 

Il y a peu, la Belgique et l'Espagne ont annoncé qu'ils se plieraient à l'exercice. L'Italie a de son côté confirmé le 22 mai qu'elle intégrerait dans son PIB l'argent de la drogue, de la prostitution, de la contrebande de tabac et d'alcool (une « économie criminelle » évalée en 2012 à 10,9 % du PIB par la Banque d'Italie).

Le Royaume-Uni a lui estimé que les revenus générés par le trafic de drogue et la prostitution pourraient augmenter le PIB nominal de 12,3 milliards d'euros, un peu moins de 1 %.

 L'Insee fait toutefois un geste en ce ce qui concerne la drogue.

 « Nous intègrerons [le trafic de drogue] pour les besoins de la politiqueeuropéenne, notamment pour l'établissement du revenu national brut en septembre prochain », a détaillé devant la presse mardi Eric Dubois, directeur des études et synthèses économiques de l'institut. Le revenu national brut (RNB) est destiné principalement à déterminer la contribution de la France au budget de l'Union européenne.

« Dans le trafic de drogue, ce qu'on a longtemps défendu est l'argument selon lequel il y a une dépendance et donc la personne qui se drogue ne consent pas librement à l'échange », a jusifié Eric Dubois.

 

Ci dessous une plantation de cannabnis qui n'a rien d'artisanale cela interresse à coup sur l'OMC : 135 terrain de foot, pas besoin de tondre, pas de tribunes et en plus l'herbe rapporte sont poids en or :

Message personnel : "JM Barroso and C° passez le bonjour à marie-jeanne, pour 2015, ça f'ra le joint". Je répète "JM Barroso and C° passez le bonjour à marie-jeanne. pour 2015, ça f'ra le joint"

 

 

« UN MIRAGE ET UNE OFFENSE »

Au sujet de la prostitution, l'Insee se montre encore plus sceptique face aux demandes européennes. « Tout ce qui est de la prostitution discrète, c'est-à-dire de la prostitution qui se cache derrière d'autres activités, on considère qu'on le prend déjà en compte » de même que la fraude fiscale et le travail au noir, qui représentent « autour de 4 points de PIB », a expliqué Eric Dubois mardi.

« Il y a aussi une prostitution de rue qui est plutôt le fait de réseaux de mafieux et relève plutôt de la traite de personnes en situation irrégulière etc., Pour le coup le critère de consentement mutuel n'est probablement pas vérifié », selon lui, ce qui conduit l'Insee à ne pas l'intégrer dans ses mesures.

Ceci alors que les nouvelles exigences européennes font débat jusqu'au sein du gouvernement.

« La prostitution n'est pas une activité commerciale librement consentie. Croirequ'elle puisse l'être est un parti pris idéologique, c'est un mirage et une offense aux millions de victimes de l'exploitation sexuelle à travers le monde », ont écrit, dans un courrier adressé à la Commission européenen, la ministre française des droits des femmes Najat Vallaud-Belkacem et la ministre belge de l'intérieur Joëlle Milquet.

Canaille le Rouge se demande, à voir cet article, si pour augmenter le PIB, Guillaume III ne va pas proposer d'investir dans des trottoirs roulants, et réinstaller des espaces fumeurs dans les trains. Avec des voitures couchettes ?

Cela cadrerait bien avec sa vision du service public.

Concurence libre et non faussée, INSEE, dette de l'état envers la SNCF et cour des comptes
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article