Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Odessa, suite

Et certainement pas fin

tant il va falloir maintenir

une intense pression

pour que

la lumière soit faites

sur les responsabilités

d'un des pires massacres 

depuis les tueries de l'ex yougoslavie

une des images parmi celle qui restent "publiables" sans précaution tant les autres sont insupportables. Pourquoi des cadavres brûlés dans un lieu sans trace d'incendie ?

une des images parmi celle qui restent "publiables" sans précaution tant les autres sont insupportables. Pourquoi des cadavres brûlés dans un lieu sans trace d'incendie ?

À Odessa, ce sont des émules des SS qui ont été à l'œuvre. Trois jours plus tôt, les dit SS était objet de culte de la part de ceux qui ont été affrétés avec des cars pour les transporter et venir massacrer la population civile.

Les photos et documents s'accumulent au point que ne pas admettre l'évidence est devenir complice. Tout démontre la préméditation d'un crime exécuté par des forces entrainées au meurtre et envoyé sur place pour cela.

Des images insoutenables de femmes violées et assassinées dont une manifestement enceinte, la barbarie avec volonté et "compétence" en matière de tortures exécutées par des "professionnels". Brulures de type napalm, écorchages, défigurations chimiques ou "mécaniques", exécutées par des gens connus embauchés sur "compétences professionnelles" rémunérés "à la pièce" par un salopard affichant un mariage qui ne surprendra que les naïfs d'un oligarque à la fois titulaire d'un passeport israélien et ukrainien et soutien affiché des nazis de "secteur droit" au point d'avoir annoncé dans la presse le montant des primes distribués pour assassinats prouvé.

Reste la question que personne ici ne pose : pourquoi à ce jour en France aucune interpellation publique du ministre de ces étranges affaires qui souille la République par sa protection affirmée des assassins ? Pourquoi un Chassaigne au nom de son groupe reste-t-il si silencieux devant les copinages assumés par le titulaire du maroquin du quai d'Orsay ?

Fabius qui en conscience a nié l'évidence doit être déféré devant la cour de justice de la République pour complicité de pogrom.

Aucun des députés se prétendant communiste ose lever la voix et dire les choses.

Où est passé ce qui reste du fond de cuve de dignité du passé du PCF qui pourtant devrait être là tant ils ne cessent de le revendiquer pour justifier leurs reniements au plan national ?

Être minoritaire interdit-il d'avoir de la dignité ?

Les nazis, c'est comme le capital ; ou on les combats avec les risques que cela comporte ou on transige avec l'indignité que cela implique.

Il est encore temps qu'ils (elles) se reprennent.

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
Sur ce crime d'Odessa,crime contre l'humanité,dont le bilan est loin d'être définitif,tant par le nombre de victimes que dans les manières atroces de leurs exécutions..... militant communiste en Bretagne je partage totalement votre indignation sur tous ces silences abjects y compris chez nous et cela me révolte, comme si nous avions oublié ce que peuvent commettre les nazis,pour le plus grand profit de tous les oligarques capitalistes de la planète
R
C'est le même Fabius qui accusait le "régime de Bachar" de massacrer son peuple malgré la preuve de plus en plus difficile à dissimuler de la présence de "djihadistes" et "djihadettes" venus du monde entier et y compris de France ainsi que de mercenaires anglo-saxons,et qui avait déclaré en son temps que "Al Nosra faisait du bon boulot en Syrie". On a les amis et les alliés qu'on mérite et oui un tribunal s'impose pour ce triste sire et sa bande de pyromanes. Quant à la réaction ou absence de réaction digne de ce nom (mais tout compte fait, digne de ce qu'est devenu le PCF et certains communistes) elle n'est pas surprenante : l'allégeance à la politique néo-coloniale de la France qui va juqu'à ne pas réclamer la sortie de l'Otan de ce pays, semble avoir gagné les rangs de ces messieurs-dames (ou de certains, il reste encore des communistes sincères et honnêtes et dignes et qui s'interrogent sur le maintien de leur présence au sein du PCF). J'en connais certains qui n'ont pas hésité longtemps et qui en sont sorti depuis un certain temps et qui se sont désabonnés à l'Humanité (le journal, bien sûr !)