Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Nigéria, Boko Haram,

qui entretient la chaudière ?

Nigéria,  Boko Haram,

José fort qui fut journaliste à l'Huma a mis en ligne un texte concernant les exaction de la secte Boko Haram.

http://josefort.over-blog.com/2014/05/nigeria-au-dela-de-l-emotion.html

Allez donc y jeter un couop d'oeil, Canaille le Rouge partage le sens de son cpup de gueule.

La Canaille à partir d'une phrase de son texte tente de tirer un ou deux fils :

Exprimer sa peine, son indignation, sa colère ne suffit pas. Il faut aller au-delà, au risque sinon d'en rester au constat. Les gouvernants nigérians ont fabriqué un monstre, le Boko Haram,

Le gouvernement nigérian fabrique-t-il tout seul ces monstres ?

Lors de la première vidéo où apparait celui sur la réalité du quel "on" tente de nous faire fantasmer, dans son dos un véhicule blindé léger (VBL) de marque Panhards fait en France sous controle à la vente des autorités françaises.

"

"En 2009, vingts deux VBL ont été fabriqués en avance pour la force épervier, "prêts à être livrés rapidement pour des opérations de maintient de la paix au Tchad", précise le constructeur."
 

Pour conduire un tel engin l'entretenir il faut une formation donnée par des instructeurs ou constructeur et honorables correspon dants spécilisés ne sont jamais loin.

Qui, quand, comment pour fournir ces engins et les laisser à disposition des clones des talibans ?

On sait avec des drones compter les orteils d'un "terroriste" dans la jungle ou au milieu d'un desert, éventuellement le "traiter " comme on dit à l'école de guerre, mais on ne sait pas repérer un engin qui brule 120 litres de carburant au 100km ?

 

 

Sans en rajouter à l'approbation du papier de J Fort, une précision sur les responsabilités "néo"coloniales : un des acteurs majeurs du pillage du Nigeria, c'est celui qui a la concession des ports dont celui de Lagos : un certains Bolloré, et ce, jusqu'en 2026 (pour commencer) .


C'est dire combien la France n'est pas exempte de responsabilité au Nigeria. Souvenons-nous comment Paris avec Londres et Washington ont soutenu la sécession au Biafra dont le Nigeria ne s'est jamais remis.

Il me semble que les réactions pour compassionnelles (et plus que légitimes) qu'elles soient, servent aussi d'écran à la protection d'intérêts qui sont bien loin de la volonté de libérer ces 200 lycéennes.


Le capital fabrique des talibans sur toute la planète, il s'en sert contre les peuples puis, toujours contre les peuples, au nom de l'urgence de combattre leur créature. De Kaboul à Lagos en passan t par Kiev, la recette commence à être bien rodée.

 

Avec ce point nodal encore insupportablement confirmé: à chaque fois, ce sont les femmes qui sont en première ligne pour en subir les conséquences.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article