Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

+29%

et environ

30 smic

par mois

+29%
 

« Quand on crée de la richesse, on la distribue » : c'est par cette formule que le président du Medef, Pierre Gattaz, se justifie, alors que Le Canard enchaîné révèle mardi 6 mai qu'il a perçu, en tant que patron de Radiall, une rémunération en hausse de 29 % en 2013.

Pierre Gattaz, qui dirige l'entreprise de composants électroniques, a ainsi touché 420 000 euros de rémunération en 2013, dont 102 000 euros de part variable. Un paradoxe, souligne l'hebdomadaire satirique, alors que le même homme prône, en tant que représentant du patronat, l'appel à la modération salariale et à l'exemplarité. Sur la même période, les salaires de ses employés n'ont augmenté que de 3,3 %.

Lire aussi notre analyse : Les patrons du CAC 40 ne connaissent pas tous la crise

HOLLANDE APPELLE À « ÊTRE RESPONSABLE »

La hausse de rémunération de Pierre Gattaz a suscité des réactions au plus haut niveau de l'Etat. Le président François Hollande y a fait allusion dans son interview sur BFM-TV-RMC :

« Il y a un moment où chacun doit être responsable : on ne peut pas demander la baisse du smic, voire sa suppression, et en même temps considérer qu'il n'y a pas de salaire maximal. »

« INFORMATION INCOMPLÈTE ET BIAISÉE »

« A peine un journal satirique publie-t-il une information incomplète et biaisée, que voilà la classe politique qui s'en saisit, souvent à contresens », a déploré Pierre Gattaz sur son blog. Dans un billet intitulé « Salaires et modération : cessons les fantasmes », le patron des patrons détaille, chiffres à l'appui, que son salaire n'a augmenté que de 3 % et que le reste de sa rémunération est indexée sur le résultat opérationnel du groupe, en hausse de 33,3 % en 2013 :

« Au final, ma rémunération en 2013 s'élève donc à 420 k€, dont 102 k€ de variable. Pour mémoire, la limite maximale des salaires des PDG des entreprises publiques a été fixée par l'Etat à 450 k€ (…) Quand j'ai parlé de modération salariale, j'avais précisé qu'elle devait se comprendre en fonction de la situation de l'entreprise. » 

 

Souvenez vous, il y a une semaine ou deux, Canaille le Rouge vous parlait de Radiall, la petite échoppe de l'actuel patron du Medef.

Pour vous faciliter le voyage dans le passé, c'est ici  : http://canaille-le-rouge.over-blog.com/2014/04/le-capital-sans-treve-ni-repit.html

 

Le Monde (dont au passage, il faut le savoir la moitié, de la rédaction vient de démissionnner ... mais qui n'en parle pas dialectique informationnelle) publie la suite des aventure "Pierrot longues canines". Et là ça cartonne.

Comme le dit la marchande de journaux de La Canaille, "Ben dit donkeu, l' môssieur, l'est pas dans l'besoin, l'a d'quoi voir venir " 

C'est qu'avec un revenu annuel lié à sa boite (il doit avoir un peu d'oseille à gauche (gauche façon PS bien sûr) de 420 000 € , on peut s'acheter des escalopes. Pas obligé de passer par les "cordons bleus" de chez Lidl.

420 000€, soit 370 smic mensuels l'ami Pierrot se met sur son 31... smic par mois. C'est ce que gagne notre méritant partisan du smic au rabais (mais pas pour lui).

Alors bien sûr, faut pas l'dire parce que cela risque de mettre en colère.

D'où sa lettre à dame parisot que le pote de Blummollet arriverait à nous peindre en bergère sociale si nous n'avions pas la mémoire courte.

Disons plutôt qu'à l'aune de ce que fut Laurence mesurons ce qu'est Pierre. Mesurons aussi que c'est sur tel pierre que Sarkollande y Blummollet del UE bâtit son église.

Et comme Valls a été à Rome négocier la béatification...

 

« Quand on crée de la richesse, on la distribue » : c'est par cette formule que le président du Medef, Pierre Gattaz, se justifie, alors que Le Canard enchaîné révèle mardi 6 mai qu'il a perçu, en tant que patron de Radiall, une rémunération en hausse de 29 % en 2013.

Pierre Gattaz, qui dirige l'entreprise de composants électroniques, a ainsi touché 420 000 euros de rémunération en 2013, dont 102 000 euros de part variable. Un paradoxe, souligne l'hebdomadaire satirique, alors que le même homme prône, en tant que représentant du patronat, l'appel à la modération salariale et à l'exemplarité. Sur la même période, les salaires de ses employés n'ont augmenté que de 3,3 %.

HOLLANDE APPELLE À « ÊTRE RESPONSABLE »
La hausse de rémunération de Pierre Gattaz a suscité des réactions au plus haut niveau de l'Etat. Le président François Hollande y a fait allusion dans son interview sur BFM-TV-RMC :
« Il y a un moment où chacun doit être responsable : on ne peut pas demander la baisse du smic, voire sa suppression, et en même temps considérer qu'il n'y a pas de salaire maximal. »
« INFORMATION INCOMPLÈTE ET BIAISÉE »
« A peine un journal satirique publie-t-il une information incomplète et biaisée, que voilà la classe politique qui s'en saisit, souvent à contresens », a déploré Pierre Gattaz sur son blog. Dans un billet intitulé « Salaires et modération : cessons les fantasmes », le patron des patrons détaille, chiffres à l'appui, que son salaire n'a augmenté que de 3 % et que le reste de sa rémunération est indexée sur le résultat opérationnel du groupe, en hausse de 33,3 % en 2013 :

« Au final, ma rémunération en 2013 s'élève donc à 420 k€, dont 102 k€ de variable. Pour mémoire, la limite maximale des salaires des PDG des entreprises publiques a été fixée par l'Etat à 450 k€ (...) Quand j'ai parlé de modération salariale, j'avais précisé qu'elle devait se comprendre en fonction de la situation de l'entreprise. »
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article