Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Zones franches, marchés au P.U.C.E.

la diplomatie

du

tiroir caisse

 

 

 

Zones franches, marchés au P.U.C.E.

Si on en crois la presse et le ministère des affaires étrangères, certainement que les espaces où le commerce doit rester en fonctionnement 7 jours sur 7 et 24h00 sur 24 vont bientôt bénéficier d'une légère modification statutaire,  le socialisme avance à grand pas..

Heureuse décision ...pour les patrons.

Si rien ne les arrête, le gouvernement d'ici la fin de la mandature va réussir à les transformer en zones franches pour leur faire bénédficier d'une sorte d'extra-territorialité. Pas tout à fait des paradis fiscaux mais presque: "pour les Iles Caïmans , depuis Monaco, descendez à Pyramides".

C'est du moins ce que laisse à penser la dernière sortie gouvernementale : c'est maintenant le patron du Quai d'Orsay  qui propose d'ouvrir les commerces le dimanche au nom du redressement économique. 

Sans entrer plus avant dans les détails, M. Fabius, à peine de retour d'un voyage pour serrer les mains des nazis des bords du Dniepr revient sur les bords de Seine pour se prononcer donc en faveur de« la modification de certaines dispositions » organisant le travail dominical.

 

Interrogé, son entourage n'a pas souhaité donner plus de précisions sur ces évolutions souhaitées par le ministre, renvoyant à une collaboration interministérielle, laquelle sera conduite par le nouveau ministre du travail, François Rebsamen. Le terme de collaboration indiquanf que le matignonable de réserve s'invite à la table d'une discussion avant même de savoir si elle doit avoir lieu et décidant ainsi que pour lui elle le doit. La dépêche ne dit pas si la moutarde est montée au nez du ministre du travail devant une telle déclaration.

 

 

En décembre 2013, dans la foulée de la remise du rapport rédigé par Jean-Paul Bailly (ex-PDG de La Poste et spécialiste reconnu de l'harmonisation sociale, la monté en flêche des suicidés au travail sous sa gouvernance en témoigne), ZapatAyrault s'était engagé sur une remise à plat d'un autre " millefeuille" réglementaire et législatif : celui encadrant le travail dominical.

 

Ce coup de balai annoncé devrait passer par l'élaboration d'une loi qui "fixerait notamment les contreparties pour les salariés amenés à travailler le dimanche". (vous noterez que l'explication officielle avait déja gommé le "volontaires pour" remplacé par "amenés à").

 

Argument égalitaire à soumettre à Filoche : actuellement, les personnes employées dans des zones touristiques et travaillant ce jour-là ne bénéficient pas d'un surcroît de rémunération, au contraire des salariés des magasins situés dans des périmètres d'usage de consommationexceptionnelle (PUCE).

 

La remise à plat devrait aussi permettre de redéfinir les zones touristiques et les PUCE. Cela se voit comme le nez au milieu de la figure : pour beaucoup d'observateurs, les propos de M. Fabius ont pour objet de répondre aux revendications des patrons des grands magasins parisiens.  Aujourd'hui, ils ne peuvent pas ouvrir tous les dimanches puisqu'ils ne sont pas situés dans une zone touristique.

 

Le but de Fabius : un marché au PUCE ou c'est le droit du travail qui continue d'être bradé.

 

Quand les antiquaires s'occupent d'organiser la brocante c'est toujours mauvais pour la commode*. C'est ce que veut dire l'arrivée de Fabius dans cet espace.  

* la commode : terme d'argot parisien qui englobe toute l'activité de déménagement, garde meubles, portefaix et petits transports plus ou moins à la marge, voir hors des marges et toujours pour le compte d'honnorables donneurs d'ordres.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article