Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

EDF tarif et service public

pendant les discours

l'escroquerie continue.

ou la pintade du poitou et le piège à ...

EDF tarif et service public

Voila comment sont présentées les choses :

 

"Le Conseil d’Etat a contraint vendredi le gouvernement à faire payer une facture d’électricité rétroactive à la plupart des foyers français. Une décision «très regrettable», a commenté la la pintade du poitou, vizirette verte du vizir de Matignon  Ségolène Royal, jugeant qu’il fallait «réformer le mode de calcul» des tarifs."

 

Première question, la contrainte, si contrainte il y a est-elle si forte ?

 

La raison invoqué par la Chambre Haute de Défense du capital :

 

Ces tarifs «ne permettaient pas de répercuter les hausses prévisionnelles des coûts de production pour l’année 2012», indique-t-il.

 

Admettons (mais juste un court instant). Mais alors à quand un arret du dit conseil pour "...augmenter le Smic et le point 100 des grilles salariales car ils "ne permettent pas de répercuter les hausses prévisionnelles du coûts de la vie pour l'année..."(mettez ici le millésime).

 

Avant de s'occuper de la pintade, regardons la garniture :

 

Argument déployé par les gardiens du dogme du tiroir caisse, 

 

"La hausse des tarifs de l'électricité se justifie notamment par la modernisation et le renforcement de la sûreté des 58 réacteurs d'EDF, mais aussi par l'entretien des réseaux de transport et de distribution d'électricité."

 

ils tentent de nous passer l'idée que la sureté à un coût.

 

Posons la question à 1000€ : pourquoi avant, avant que la droite puis la gauche puis la droite de nouveau et ensuite la gôche ne privatisent, dans un pays au départs ruiné par les pratique de ceux qui maintenant on récupéré les manettes, il a été possible de construire le modèle social mondialement reconnu pour sa qualité de production et de distribution d'électricité, alors que dans un pays ou 98 familles (les ceusses aux manettes) se gavent de la moitié de la richesse nationale cela ne serait plus possible ?

 

Nos théoriciens de la ponction ciblée (vous noterez que les casseurs d'usines, les champs de courses ou les casinos, les marchands de canons, les vampires vivant sur la sécu ou autres éclaireurs de gondoles à consommer le dimanche ne sont pas concernés .

Oui, parceque bien sur, cette décision concerne les tarifs « bleus », appliqués à 28,7 millions de foyers, mais également les tarifs « jaunes », pour les petits professionnels. Pas les voleurs du CAC à rentes .Concrètement, cela devrait entraîner une hausse supplémentaire de 20 à 40 euros en moyenne pour neuf foyers sur dix.

Examinons la fourchette basse :


28 millions x 30€ = 840 millions qui d'un coup sont injectés dans les coffres de ce qui n'est plus un service public mais des opérateurs privés qui se gavent sur un marché captif financé comme souris dans la cage par ceux la même qui sont...captif?


Allez, venez marcher dans la cage à tambour.


La presse précisant :

"Dans le premier cas, la facture rétroactive moyenne devrait être de l'ordre de 20 euros, de 40 euros dans le second. Cette somme serait probablement lissée sur les prochaines factures.
Dans sa décision, le Conseil d'Etat se réfère à l'évaluation «prévisionnelle» de la CRE (soit les 5,7%), ce qui privilégie l'hypothèse d'une «petite» hausse."


Mais nous dit-on, " l'Anode, le regroupement de petits concurrents d'EDF (Direct Energie, Eni, Lampiris...) à l'origine du contentieux, a d'ores et déjà appelé le gouvernement à prendre en compte «l'ensemble des coûts du passé», qui devront selon elle de toutes façons être réglés un jour ou l'autre.

«Il est absolument indispensable de solder, dès à présent, la totalité des dettes, en évitant qu’à l’avenir les charges d’hier ne pèsent, à nouveau, sur les factures de demain des Français», écrit l’Anode dans un communiqué où elle salue la «décision logique» du Conseil d’Etat.

La Commission de régulation de l’énergie avait calculé qu’une hausse de 5,7% était nécessaire.

Et l'UFC plus prompt à stigmatiser les cheminots en grève ou culpabiliser les "ménages impécunieux"de botter en touche :

«Un tel audit est indispensable pour garantir que les tarifs sont bel et bien en adéquation avec la réalité économique des coûts d’EDF» et permettrait de mettre au jour des «voies d’optimisation», a réagi vendredi l’UFC.

Une critique fermement rejetée par la CRE, qui reconnaît qu’elle «ne refait pas la comptabilité d’EDF, mais qu’elle vérifie l’exactitude des comptes».

Maintenant, passons à ce que dit le gouvernement et reprenons l'idée de base défendue par la pintade du poitou :

"Cette hausse rétroactive qualifiée de « très regrettable » par la ministre de l'écologie Ségolène Royal, doit conduire à « réformer le mode de calcul » des tarifs."

Ce ne sera pas de la collaboration honteuse avec les sociaux-libéraux mais Canaille le Rouge propose une autre solution à partir de ce qui fut la piste d'envol de 2012 : 

Défaire ce qu'a fait Sarko, puisqu'au Bourget celui qui encore Hollande n'était pas devenu Blummollet avait dit qu'il allait prendre son contrepied.


Donc remettre sous contrôle public total avec exercice de la maitrise collective de la production et de la distribution de l'énergie et de ses réseaux.


Puique Blummollet et son rêve de Valls se parfument d'être héritier du CNR, chiche ! Qu'ils en profitent pour vraiment démocratiser : moins d'état et plus de salariés, moins de notables et plus de consommateurs domestiques, et moins de représentant de Bercy ou du patronat.

 

Ce qui est dommage, c'est que ni du côté du FdG et les particules élémentaires de sa nébuleuse, ni du côté syndical, Canaille le Rouge n'a vu exprimer une proposition politique ou une revendication pourtant populaire et mobilisatrice.

Pas un pôle public qui, comme tout pôle artificiel, magnétise la boussole de travers, non une maitrise publique franche et totale.

Plus à l'ordre du jour, ni dans leur lexoque la maitrise des leviers industriels et économiques ? L'énergie n'en est pas un ou bien certains auraient-ils une telle amnésie ? 

En tout cas, c'est bien a preuve qu'ils se sont disqualifiés : comment construire l'avenir quand on ignore son hstoire et ses atouts ?

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article