Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Des bienfaits de la privatisation.

En plein coeur

du

Cuvillierland

Des bienfaits de la privatisation.

Il fut un temps où la SNCF quand elle engageait des travaux le faisait avec du personnel embauché,formé par ses soins et dépositaire d'une déontologie qui la mettait si ce n'est totalement du moins très normalement à l'abris de ce qui va arriver plus loin. Lequel personnel avait le tord d'être titulaire d'un statut, de qualifications à rémunérer et de plus d'avoir pour habitude d'agir pour ne pas le laisser remettre en cause.

De réformes en réformes avec l'aides appuyée et actives de majorités plus ou moins homogènes, alors que des travaux d'entretien sont toujours indispensables, il y avait de moins en moins de cheminots et souvent les "Régions" prenant en charge factures et réalisation faisaient basculer les dit travaux dans une sous-traitance source de gâchis sociaux et de pertes de savoir faire. Durant un temps, il resta des cheminots pour encadrer les chantiers mais à quoi bon et comme de plus ils faisaient respecter le code du travail, il entravaient la bonne marche des affaires.

La nouveauté dans ce qui suit, c'est la façon dont s'est produit, telle que les OS mettaient en garde, le passage du gâchis à la création d'un espace balisée de délinquance.

Intéressant aussi de voir que non seulement contrairement aux idées bien entretenues pour rester reçues, ce sport n'est pas une chasse gardée d'une pré-supposée délinquence exogène péridanibienne voire roumano-centrée mais que de plus le chef de bande est si honorablement connu à la Chambre de Commerce et d'Industrie qu'il accède marchés publics du même pas qu'il vient de gagner le titre de délinquant patronal.

Le tout figure dans un compte rendu d'audience de la Voix du Nord du 18 avril 2014, titre qui est à la CCI de la région NPC ce que Ouest France est à celle de Bretagne : un outil en général très complaisant.

 

 

Nécessaires à fondue (recette patronale NPC)Nécessaires à fondue (recette patronale NPC)

Nécessaires à fondue (recette patronale NPC)

 

 

http://m.lavoixdunord.fr/region/la-sncf-lui-avait-commande-un-chantier-l-entrepreneur-ia0b0n2079243

 

 

"Un chef d’entreprise de la métropole lilloise vient d’être condamné pour abus de confiance à un an de prison avec sursis et 10000 euros d’amende: la SNCF lui avait confié l’enlèvement de câbles de cuivre. Il s’est servi au passage, entraînant dans l’aventure un de ses employés et un sous-traitant. La SNCF estime qu’ils ont volé et revendu trois tonnes de cuivre. Soit 15000 euros de gain.

À l’automne 2012, la signature du contrat avec la SNCF lui avait donné le vertige : un chantier de 500 000 euros pour mettre au net, avant travaux, la ligne ferroviaire Saint-Pol-Étaples. Il s’agit notamment de l’enlèvement de câbles de cuivre et de leur transport jusqu’à un entrepôt à Caumont (Aisne) où ils seront stockés en attendant de repartir pour recyclage. Au moins une trentaine de tonnes.

Pour ce chantier, Ludovic J. a demandé du renfort à Gérald C., entrepreneur dans le bâtiment comme lui, dont il est à la fois l’ami et actionnaire minoritaire de sa société. L’entrepôt de Caumont va leur faire l’effet d’une caverne d’Ali Baba : « On s’est monté la tête avec tout ce cuivre autour de nous », dira Ludovic J.

Sébastien F. est embarqué dans l’aventure, il est chef d’équipe chez Ludovic J. et l’homme de confiance du patron. Il a aussi l’avantage de savoir où revendre le cuivre en Belgique, plus souple en matière de traçabilité, et où le règlement peut se faire en liquide.

Il y aura deux voyages de l’autre côté de la frontière. Le butin est de 12 000 euros selon les prévenus, 15000 selon la SNCF. La présidente Agnès Banvillet aura bien du mal à obtenir des précisions sur les gains de chacun : Sébastien F. aurait touché 700 euros de commission mais s’est dédommagé sous forme d’entourloupes, le reste a été partagé à égalité entre les deux autres.

Il n’a rien dit à sa femme

Devant le tribunal, Sébastien F. et Gérald C. entendent clairement faire porter le chapeau à Ludovic J., pourtant difficilement crédible, avec sa silhouette enveloppée et son air effrayé, en chef de bande. Ils ne lui ont pas pardonné de les avoir obligés à se dénoncer.

La fraude s’est-elle ébruitée ? La SNCF confie d’abord une enquête à la police ferroviaire avant de porter plainte. À ce stade, Ludovic J. panique mais ne veut pas tomber seul. Devant le tribunal, la rupture paraît définitive entre les comparses. Seul sur son banc, Ludovic J. pleure un peu, s’excuse beaucoup. Il tremble surtout lorsque dans ses réquisitions, le procureur Patrick Cousinard demande l’interdiction de gérer une entreprise. Son avocat Me Alexandre Demeyere mettra plus tard dans la balance le sort de ses 21 employés. Gérald C. n’en mène pas large non plus. Me Karine Hoste expliquera qu’il n’a jamais rien dit à sa femme, ni de ses agissements, ni de son interpellation, ni du procès… Quant à Sébastien F., il n’est qu’un sous-fifre qui s’est senti obligé de participer, plaidera Me Marion Giraud. Sa condamnation sera plus légère que celle de Gérald C. : 3mois avec sursis et 1000 euros d’amende contre 6 mois avec sursis et 2000 euros.

Chantal David

Frontière et UE, sous traitance, pillage des services public etc. Tout y est.

Parions sans risque de perdre que le dit taulier devait pester contre les grevistes prenneurs d'otage, le poids de la fiscalité et les lourdeurs administratives.  

Vous noretez au passage la délicatesse : seuls les prénoms sont mentionnés il est vrai qu'il ne devaient pas conduire à mobiliser un charter, la France a des maisons d'arret disponible autour de la métropole lilloise.

Donc pas de stigmatisation ostentatoire possible à partir de l'état civil.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article