Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Renfort pour Fabiusocchio : Fabiusinger arrive,

Mettez

les enfants

et

les démocrates

à

l'abris

Les "troupes" du parti des "non fascistes" de Fabiusocchios

Les "troupes" du parti des "non fascistes" de Fabiusocchios

Fabiusocchio persiste dans la dénégation et s'enferme dans un silence aussi complice que coupable. Son mutisme vaut approbation.

 

Son opposition "policée" à tout ce qui est rouge se transforme avec l'âge en encouragement des fascistes. S'il fallait établir la réalité du concept de rose-brun, nous y sommes et il participe à sa définition.

 

Son silence est rivé à la haine avec laquelle ses comparses dont son supérieur hérarchique et ses équivalent monarcho-présidents construisent le tarmac de débarquement des idées brunes.

 

Articles, déclarations, photo et vidéo tout concoure à la démonstration.

 

Pendant que notre Fabiusocchio, transformiste politique sur thème donné, ce petit clone du Kissinger de l'agent Orange du Vietnam, devient à son tour vaporisateur d'agent orange ukrainien, alorsqu'il pérore dans les fenestrons pour dénonçer ceux qui prétendent qu'il a mis des fascistes au pouvoir à Kiev, ses petits Pinochetnko, abrités derrière notre Hollandixon et son Fabiusinger, sont à l'oeuvre.

 

Comme le premier Ausaresse ou Bigeard venu, ils passent les rouges à la gégenne, tabasent en public les journalistes et lâchent leur jeunesse progomithlerienne traquer le juif dans les rue de Kiev, cela en arborant les insignes SS de la division Das Reich (pour les plus jeunes, celle d'Oradour). 

 

 

Reprendre les textes fondateurs d'une idéologie éclaire : Toute pratique est pratique d'une théorie, idée bien établie de la dialectique marxienne est confirmée par les faits.

 

Reprendre les textes fondateurs d'une idéologie éclaire : Toute pratique est pratique d'une théorie, idée bien établie de la dialectique marxienne est confirmée par les faits :

 

Un homme qui s'y connaissait un tantinet en fascisme, un certain Mussolini, a pu dire sans fard que "le fascisme c'est quand l'interêt de l'état se confond avec les interêts économiques".

 

Parole d'expert que Canaille le Rouge vous laisse méditer.

 

Pour completer le propos du maitre à penser des banderistes du Dniepr, une autre définition à partir de la vision du fascisme par un qui ne l'était pas :

 

"Le fascisme, ce n'est pas d'empêcher de dire, c'est d'obliger à dire."

                                                                                                        (Roland Barthes)

La Canaille vous renvoi au images de vos JT de cette semaine.

 

Dans une conférence de 1935, Palmiro Togliatti donne cette définition du fascisme* : "Le facisme est une dictature terroriste ouverte des éléments les plus réctionnaires, les plus chauvins, les plus impérialistes du capital financier"

 Si Togliatti ne vous a pas convaincu, peut-être le serez vous par cete autre citation de l'inventeur du concepte qui surtout peut servir pour convaincre autour de vous, cette citation de Benito "himself" :

 

Je suis un libéral. La nouvelle réalité de demain, répétons-le, sera capitaliste. La vraie histoire du capitalisme ne commence que maintenant. Le socialisme n'a plus une chance de s'imposer. Il s'agit de choisir entre un passé presque mort et des possibilités illimitées d'avenir... Il faut abolir l'Etat collectiviste, tel que la guerre nous l'a transmis, par la nécessité des choses, et revenir à l'Etat manchestérien **

(Premier discours de Mussolini au Parlement le 21 juin 1921)
 
 
Si vous voulez comprendre pourquoi Wallstreet rentrera en guerre très à contre coeur et très tard contre les forces de l'axe vous avez là une réponse aussi simple que limpide.
 
Sur la pratique piloté par la théorie, retour dans l'actualité :
Encore le même Mussolini qui déclare :
"C'est le sang qui meut les roues sanglantes de l'Histoire " (1919)
 
Canaille le Rouge vous remet en mémoire la citation tirée de l'interview paru dans le Monde du 25 février2014 de celui pour le quel l'UE et le gouvernement français se sont battus pour qu'il sorte de prison : l'escroc plus ou moins assasin et oligarque aussi Iouri Loutsenko. 

 

A la question du "Monde". 

"La phase révolutionnaire est-elle achevée ?"

il répond ceci :

 

"Seulement si les politiques remplissent les conditions de Maïdan. Pendant vingt ans, on s’est félicité que le sang ne coule pas malgré des cataclysmes. Hélas, la maxime se confirme : la roue de l’histoire exige d’être graissée par le sang."

http://canaille-le-rouge.over-blog.com/2014/02/kiev-apr%C3%A8s-la-pseudo-%C3%A9pop%C3%A9e-la-haine-et-le-sang.html

 

Alors, fasciste ou pas le gouvernement de Kiev ? Or, c'est bien Fabiusinger et Hollandixon qui avec Merkel, Ashton, Mac Cain  et l'alcoolo fou de Varsovie ont porté sur les fonds baptismaux leur Pinochetko.

Vers où nous conduit leur politique ? Si ce sont les peuples qui font l'Histoire, il est grand temps qu'ils prennent les choses en main et se fabriquent les outils politiques dont ils ont un besoin urgent pour mener ce combat.

En attendant, le gouvernement français soutient un pouvoir dont une des composante principale est allié au f-haine.

Fabiusocchio-Fabiusinger est au moins l'héritier des munichois. Comme Daladier était l'homme de Munich, Fabiusocchio restera comme l'ombre rose-brune de Kiev.

Svoboda, et l'UE la boucle est bouclée 

* huit leçons sur les caractères fondamentaux de la dictature fasciste ((recherche internatinale n°68 -3ème trim 1971)

** Ecole de Manchester : nom donné à un groupe de riches fabricants de Manchester qui a fait adopter par l'Angleterre, au XXe s., le système de libre-échange.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article