Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La fascho's week

 

Les Kryptos

et

les néos.

La fascho's week

 

L'actualité permet de revenir sur la relativité des concepts politiques selon qui les manie.

 

Pas question ici de s'engouffrer derrière la bannière de Poutine pour parvenir à dénoncer les aventures de l'UE et des USA mais comme entrée de ce qui suivra, juste l’étonnement de voir les USA de Guantánamo ou des dizaines autres de bases implantées contre la volonté des populations au travers de la planète se présenter comme chevalier blanc de l'interdiction des ingérences.

 

Mais surtout la déclaration d'Obama après celles des gouvernements de Pologne, de France pays au premier rang des libertés démocratique un éclairage très intéressant des discours idéologiques ambiants :

 

D'abord, précisons. Krypto avec un K comme dans Kremlin, knout, Kamarade, Kommuniste.

 

Pendant des années ceux des démocrates qui à partir de leurs choix et conceptions ont partagé l'activité dans différentes associations ou ont engagé de façons plus ou moins durables avec les militants et organisations communistes étaient qualifier de "krypto communistes". Des para, péri, donc krypto communistes honteux et souterrains qui l'étaient tellement qu’on ne pouvait les séparer des adorateurs du Lucifer rouge qui, du côté de la SFIO puis du PS, se singularisant dans le combat, les qualifiaient de "moscoutaires".

 

Une opération stigmatisation commencé dès 1947 qui ressoudera la grande famille anticommuniste rose provisoirement désunie par le vote des pleins pouvoirs à Pétain.

 

Ciblée principalement à l'époque contre les militants de la Paix engagé contre le réarmement allemand et la lute contre l'arme nucléaire tout comme ceux (souvent les mêmes) militants de la CGT qui ont refusé de partir avec les scissionnistes.

 

Scissionniste grassement payés qui fondèrent Force Ouvrière avec l'appui, nié à l'époque et maintenant totalement prouvé, de la CIA et le soutien des caciques de la SFIO.

 

Donc un krypto communiste est un communiste tellement honteux qu'il refuserait de l'assumer et à ce titre est indissociable des diables rouges à exorciser par l'élimination au besoin physique.

 

Quelques années plus tard, mais peu, réapparurent dans le paysages des groupuscules bruns verts de grisâtres, tous financés sur fond patronaux, bénéficiant en plus au grès des intérêts impérialistes, de subsides des services spéciaux (là aussi la littérature foisonne de cas, démonstrations, voir justifications.) ces mouvement étant qualifié de nationalistes "néo fascistes" ou "néonazis".

 

Vous remarquerez immédiatement la spécialisation des préfixes : néo pour l'extrême droite krypto pour les rouges pestiférés.

 

Mais si nous regardons de plus près le traitement médiatique que sous-tend le dit préfixe, à quoi sert-il dans l'affrontement idéologique ?  Il sert à dire "certes, néo,il s'en rapproche mais, que néo, ne le sont pas.

 

Et comme ils ne le sont pas restent dès lors fréquentable même à distance ne serait-ce que pour assurer les collages d'affiches de la droite ordinaire souvent formée par la reconversion des turbulents jeune néo devenu caciques "ultra" puis vénérables réacs.

 

C'est ce qui fait la différence entre le PS et la droite : le PS reste violemment opposé à son extrême "krypto" qu'il rejette en permanence alors que la droite cherche en permanence à organiser -dialyse et osmose conjuguées- les passerelles avec ses "néo".

 

L'intégration par les uns et le rejet par les autres les conduisant ensemble aux mêmes positionnements dans les crises internationales : du même coté dans les guerres coloniales de la seconde moitié du 20ème siècle poursuivi par les interventions communes dans les guerres impérialistes de ce début de 21ème.

 

Mais comme ces "néo" ne sont pas des "totaux", c'est ce qui permet d'affirmer sans honte les soutiens à la faction dominante arrivant dans les fourgons de l'Otan à Kiev. "Ils sont néo" voyez leurs fleurs". "Nazis" ? Taisez vos peurs ; ils ne le sont pas tout à fait.

 

Cette cécité idéologique volontaire fait des ravages puisque jusque dans les rangs des progressistes. A l'image d'un papier du Monde Diplomatique de mois de Mars pourtant d'habitude plus affûté, qui, à propos de l'Ukraine publie un article (signé Emmanuel  Dreyfus) lequel  reprend pour une grande part à son compte la fable du "non nazisme-fascisme" de Svoboda allant jusqu'à dire que ceux-ci "cherche à se débarrasser de ses relents d'antisémites" (ce qui prouve qu'il l'était) au moment ou ses groupes de choc sont photographiés avec des tee-shirt barrés d'un "mort au youpins".

 

Mais pour les agences de presse les partis politiques, ils ne sont que "néo" nazis.

 

Les ratonnades anticommunistes s'installent mais ils ne sont que "néo".

 

La différence s'établissant certainement dans ce que les entreprises du BTP n'aient pas encore reçu les bons de commande officiels pour installer les camps de concentrations. Nul ne sait si madame Ashton aura conseillé à son protégé d'user des "partenariats public-privé", la construction des centres de détentions en France sous ce régime instauré en Sarkozie se perpétuant en Blummolletie française.

 

Bref si les "kryptos", denrée devenue rare - a-t-on déjà vu des Manchots des mers australes survivre à la fonte de leur iceberg ? – ne sont plus objets de débat, les "néos" méritent d'être démasqués pour ce qu'ils sont réellement sans prendre de gants ou circonlocutions : des nazis et des fascistes réels à part entière mis en place et soutenus par des gouvernements impérialistes, dont le notre.

 

Affirmer cela n'est pas donner des gages à Poutine mais simplement remarquer que la planète est divisée entre intérêts impérialistes contradictoires mais ne se développant qu'à partir de l'appui de leur talon de fer sur les peuples qu'ils dominent.

 

L’intérêt de la démonstration faite à leur corps défendant par les impérialistes : "qui choies-tu ? qui tu réprimes-tu ?", montre combien leur théorie des extrêmes est fadaise. Les rouges bruns dès lors, parce que bruns n'ayant rien de rouge, et les rouges-roses parce que décolorés par la promiscuité n'ont plus rien de rouge.

 

Par contre à l'image d'un Fabius, Blummollet et la cohorte des "près à s'allier durablement" avec leurs "néos" pour pourchasser les "kryptos" confirme la nature de classe des alliances.

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Ringard Willycat 07/03/2014 20:52

Poutine va faire le ménage lui